Clap de fin pour le projet controversé de transformation de la Gare du Nord

La SNCF a annoncé mardi 21 septembre au soir qu'elle renonçait au gigantesque et controversé projet de transformation de la Gare du Nord à Paris conçu avec Ceetrus, une filiale d'Auchan, mettant en avant des "dérives insupportables", notamment en matière de coût.

Partager
Clap de fin pour le projet controversé de transformation de la Gare du Nord
La Gare du Nord revue par Valode & Pistre depuis la rue de Saint-Quentin

Après une première alerte dans l'après-midi, la sentence a fini par tomber dans la soirée de mardi : la SNCF abandonne le projet de rénovation de la Gare du Nord et donc son contrat avec Ceetrus, la filiale immobilière d'Auchan.

Déjà avertie en juillet d'un « surcoût très important, les travaux passant de 389 millions d’euros à 750 millions d’euros, portant le coût global du projet à 1,5 milliard d'euros ne permettant plus de trouver un équilibre économique à cette concession », et d'une fin de travaux intervenant au plus tôt en 2026, «soit bien après les JO de 2024 qui seraient ainsi accueillis dans une gare en chantier», SNCF Gares & Connexions a décidé de jeter l'éponge.

« Compte-tenu des dérives insupportables par rapport aux engagements contractuels », SNCF Gares & Connexions « ne peut que constater la défaillance grave de son concessionnaire et prononcer sa déchéance », a indiqué dans un communiqué la filiale de la SNCF chargée des gares.

La concession avait été confiée à la SA Gare du Nord 2024 (StatioNord), une Semop (Société d’économie mixte à opération unique) créée en 2019, composée de Ceetrus, filiale immobilière du groupe Auchan à hauteur du 66% et de SNCF Gares et Connexions (34%). Le contrat de concession portait sur le financement, la conception, la réalisation et l’exploitation des commerces en gare du Nord pour une durée de 46 ans. L’agence Valode et Pistre assurait la maîtrise d’œuvre du projet tandis que Bouygues Bâtiment Ile-de-France avait été désignée en février 2021 pour réaliser les travaux.

Cette annonce de la SNCF intervient alors que vient de se clore l’enquête publique relative au permis modificatif déposé par la SA Gare du Nord 2024 en janvier 2021, soit deux mois après l’accord conclu avec la Ville de Paris pour dédensifier le projet.

Un nouveau projet rapidement ?

Après l'annonce de la SNCF, la mairie de Paris a appelé à "ne pas reporter une nouvelle fois la modernisation et la rénovation de la gare". "Nous sommes disponibles et volontaires pour engager un nouveau projet de rénovation de la Gare du Nord qui soit au service des usagers du quotidien, de l'insertion urbaine et de l'intermodalité", a indiqué dans un communiqué Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire PS Anne Hidalgo.

Après l'abandon du projet avec Ceetrus, SNCF Gares & Connexions promet désormais "une adaptation rapide de la Gare du Nord aux enjeux" de la Coupe du monde de rugby en 2023 et des jeux Olympiques de 2024.

Elle s'engage également à "la conception d'un nouveau projet de transformation (...) élaboré en concertation étroite avec les acteurs publics concernés".

De son côté, le gouvernement a demandé à la SNCF de préparer un projet "beaucoup plus réduit", autour de 50 millions d'euros, a annoncé le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Ceetrus multiplie les avanies

Pour Ceetrus, la filiale immobilière d'Auchan, c'est un nouveau coup dur. Elle avait déjà été confrontée à l'abandon par l'Etat du projet de vaste complexe commercial Europacity, à une quinzaine de kilomètres de Paris, après des années de contestation par des mouvements écologistes et certains responsables politiques.

Plus de 700.000 personnes transitent chaque jour dans la Gare du Nord aujourd'hui "et 900.000 sont prévus en 2030", avait indiqué en janvier Aude Landy-Berkowitz, présidente du directoire de StatioNord.

Un projet maudit

 

La concession pour la rénovation de la gare du Nord avait été confiée à SA Gare du Nord 2024 (StatioNord), une co-entreprise formée par la foncière immobilière Ceetrus (66%), filiale d'Auchan chargée de la conception, des travaux et de leur financement, et par SNCF Gares & Connexions.

 

Dans la version initiale du projet de transformation, la Gare du Nord devait, avec 88.000 m² supplémentaires, atteindre une superficie totale de 124.000 m², dont 46.000 m² consacrés à une salle de spectacle, des équipements culturels, une salle de sport ou encore des commerces et bureaux.

 

Le projet avait fait l'objet d'une longue polémique avec la mairie de Paris, qui l'avait jugé trop commercial et déconnecté du quartier, même si elle l'avait approuvé à l'origine. En septembre 2020, une vingtaine d'architectes de renom, dont Jean Nouvel et Roland Castro, avaient dénoncé un projet "inacceptable" et "pharaonique", dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde, demandant qu'il soit "repensé de fond en comble".

 

En novembre, une mouture moins ambitieuse du projet avait été adoptée. Cette nouvelle version réduisait de 15% les surfaces des commerces et de services, soit 7.500 mètres carrés de moins, et supprimait notamment la salle de spectacles. Le calendrier reculait également les échéances du projet. Il prévoyait une reconfiguration du terminal Eurostar avant la Coupe du monde de rugby en septembre 2023, et la livraison du nouveau terminal des départs pour juin 2024, juste à temps pour les jeux Olympiques. Mais l'inauguration du nouvel ensemble n'était plus annoncée avant 2025.

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

30 - CC RHONY VISTRE VIDOURLE

Fourniture et acheminement de gaz

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil