En direct

Cinov alerte sur les conséquences du télétravail imposé à 100 %
Frédéric Lafage, président de la fédération Cinov. - © Jean-Marc Gourdon

Cinov alerte sur les conséquences du télétravail imposé à 100 %

J.B. |  le 06/11/2020  |  France CinovIngénierie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
France
Cinov
Ingénierie
Valider

La fédération des métiers de la prestation de services intellectuels du conseil, de l'ingénierie et du numérique (Cinov) tire la sonnette d’alarme. En cause, l'impact délétère du passage en « tout télétravail » pour les TPE et PME de la branche BETIC.

« On demande aujourd’hui aux chefs d’entreprises l’impossible ! », s’insurge le président de la fédération Cinov, Frédéric Lafage. A ses yeux, imposer 100 % de télétravail en cette nouvelle période de confinement pourrait bien être le défi de trop pour nombres de TPE et PME de la branche bureaux d’études techniques, ingénierie, conseil, numérique (BETIC) qui luttent depuis des mois dans ce contexte de crise sanitaire et économique.

Des activités essentielles

Or, se passer de leurs prestations de services serait contraire à l'objectif de maintien des activités essentielles, souligne Frédéric Lafage. « Qui n’a pas besoin du numérique, de la culture, d’écoles, de lycées, d’EHPAD, de restaurants, de lieux de spectacles, de conseils en matière de management et de ressources humaines ? Qui n’a pas besoin d’hôpitaux ? Qui n’a pas besoin de voir une réelle transition écologique naître et se développer ? ».

Si l’importance de ces prestations ne semble pas devoir être contestée, une question reste néanmoins en suspens : sont-elles intégralement réalisables en télétravail ? « Concevoir et accompagner, c’est là notre quotidien et il ne se résume pas au travail sur ordinateur, répond le président de Cinov. De plus, nombres de salariés ne veulent plus télétravailler. Le 'téléconfinement' vécu entre mars et mai a laissé des traces psychologiques et sociales profondes ». Une analyse qui illustre à elle seule l’incompréhension de la fédération face à l’attitude actuelle du gouvernement.

Injonction paradoxale

« Le gouvernement a donné injonction de maintenir des pans entiers d’activités. Dans le même temps, une nouvelle obligation de télétravailler 5 jours sur 5 par semaine a été formulée pour tous les salariés. Le principe est que désormais l’employeur devra démontrer qu’ils ne peuvent pas télétravailler. Tout ceci sous forme de recommandations via le protocole sanitaire national, sachant que cela n’a force ni de loi ni de règlement. Non seulement cette nouvelle injonction paradoxale laisse craindre le pire aux responsables des TPE et PME de notre branche, mais elle inquiète, plus largement, concernant l’équilibre économique de notre pays », déplore Frédéric Lafage.

Menace de fermetures administratives

Et le président de poursuivre : « Ce n’est pas ou plus seulement un mécontentement qui remonte du terrain, mais un désarroi profond dû à la responsabilité que l’on fait peser sur nos ressortissants par des décisions qui protègent plus ceux qui les prennent que ceux à qui elles s’imposent. Pire, ces derniers sont stigmatisés et menacés des foudres des services de contrôles et d'une fermeture administrative s’ils n’appliquent pas strictement les règles qui leurs sont imposées, et ce sans aucune considération de ce qu’il se passe réellement à l’échelle de chaque entreprise, service ou poste de travail ».

Au travers de la voix de son président, c'est toute une fédération qui alerte et attend des réponses car « la résilience a ses limites et celles-ci sont en passe d’être franchies », rappelle Frédéric Lafage.

Commentaires

Cinov alerte sur les conséquences du télétravail imposé à 100 %

Votre e-mail ne sera pas publié

Wiki

07/11/2020 15h:34

C’est quand même extraordinaire de voir ces patrons prôner aux autre le digital et ne pas être capables de le faire eux mêmes. De nombreuses personnes télétravaillent dans le monde dès maintenant mais en France ce n’est pas possible. Et en plus on leur demande pour une durée limitée! Et de ressortir le fait qn’on Leur impose la chose. Mais dans le droit, le télétravail Existe depuis longtemps sauf que le medef n’en a jamais voulu. Ils auraient pu être prêts depuis longtemps déjà. En ce n’est pas le gouvernement qui leur impose mais le covid. Si on n’arrete pas l’épidémie, il n’y a pas que les vieux qui vont mourir, toute la population sera malade, donc incapable de travailler ou de consommer la production, et avec des séquelles à long terme. Mais de cela rien n’est dit. Avec de tels managers, on court au désastre

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

Ré(investir) les toits

Ré(investir) les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Code des relations entre le public et l'administration

Code des relations entre le public et l'administration

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil