En direct

Cinétisme de façade

Raphaëlle Saint-Pierre |  le 16/12/2011  |  Saône-et-Loire

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Saône-et-Loire
Valider
Habitation -

Avec un immeuble de logements sociaux à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), les jeunes architectes Vincent Baur, Guillaume Colboc et Gaël Le Nouëne (Ateliers O-S) signent une première œuvre… vibrante !

Proche du centre-ville, cet immeuble de logements sociaux s’inscrit à l’angle de deux rues, sur un ancien site industriel. Pour briser la linéarité de l’édifice et éviter « l’effet de barre », les architectes l’ont fragmenté en deux volumes de trois et quatre étages qui épousent l’inflexion de la rue. Jouant avec les règles d’urbanisme, ils décalent chaque niveau de 80 cm l’un par rapport à l’autre, créant « un mouvement un peu dansant » selon Gaël Le Nouëne, un twist qui évase graduellement la volumétrie. Objectifs de l’agence : répondre aux exigences de ce type d’opération (densité, rentabilité des surfaces, etc.), tout en apportant un « plus » grâce à des espaces extérieurs privatifs généreux qui permettent d’agrandir les appartements.

Bois-composite coloré

Ainsi, tous les logements sont ceinturés de balcons filants, larges de 1 à 1,60 m, à la fois lieu de vie et de circulation, qui relient les chambres et le séjour. En façade, des lames colorées en bois-composite protègent l’intimité des habitants. Fixées en rive de dalles, elles accentuent l’effet de décrochage des étages. Un travail sur l’enveloppe qui signe l’identité du projet, anime la rue et forme une protection solaire. De l’extérieur, ces lames masquent le fatras qui envahira les balcons. De l’intérieur, elles sont quasi invisibles. Deux trames de 60 et 80 cm créent un effet cinétique visible de la rue, effet amplifié par un dégradé du blanc au bleu, « pour que le bâtiment se fonde dans le ciel ». La palette est travaillée de manière à créer une progression et une disparition d’une couleur à l’autre, avec une tonalité plus soutenue à l’angle. « Malgré ces intentions esthétiques, le bâtiment n’a rien de compliqué et adopte une structure béton classique », précise Gaël Le Nouëne. A l’intérieur des logements, la double orientation est de rigueur, grâce à la position de l’immeuble dont chaque pignon est traité comme une façade principale.

PHOTO - 603753.BR.jpg
PHOTO - 603753.BR.jpg - © Photos luc boegly
DESSIN - 603837.BR.jpg
DESSIN - 603837.BR.jpg - ©
PHOTO - 603752.BR.jpg
PHOTO - 603752.BR.jpg - ©
Fiche technique

Maître d’ouvrage : Logivie/Batigère. Maître d’œuvre : Ateliers 0-S Architectes (Vincent Baur, Guillaume Colboc, Gaël Le Nouëne). BET TCE : Euclid. Principales entreprises : Pascal Guinot (VRD), Gandin (gros œuvre), Soprema (étanchéité), Pier (enduits de façade), Oxxo (menuiseries PVC). Surface : 3 221 m 2  Shon. Montant des travaux : 3,46 millions d’euros TTC.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur