En direct

Ciment Ciments français retrouve une dynamique de développement

MICHEL OCTERNAUD |  le 27/02/1998  |  Produits et matérielsMaison individuelleBétonInternationalEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Produits et matériels
Maison individuelle
Béton
International
Europe
France
Immobilier
Logement
Valider

-Sa restructuration financière achevée, le cimentier veut reprendre l'offensive à l'international.

Ciments Français (groupe Italcimenti) avait mis de côté ces dernières années sa stratégie de développement international pour se consacrer à un recentrage de ses activités et à une restructuration financière. Le pari a été tenu. « Une page est tournée, le gros problème de l'endettement est derrière nous, ce qui redonne au groupe les moyens de son développement », a déclaré Yves René Nanot, P-DG de Ciments Français le 18 février en présentant les comptes 1997.

Les performances ont été tirées par la forte progression des implantations du groupe en Amérique du Nord où la croissance économique perdure et dans les pays méditerranéens (Espagne, Grèce, Maroc et Turquie) où le marché devrait continuer à se développer ; tandis que le marché français, qui a connu le creux du cycle, s'est stabilisé l'an passé. Seul le marché belge s'est replié, après avoir bénéficié ces dernières années d'un fort effet TGV. Désormais, le groupe Ciments Français « repose sur un trépied plus stable qu'il y a cinq ans, a expliqué Yves René Nanot : le résultat d'exploitation est réalisé par tiers entre l'ensemble France-Belgique, les pays méditerranéens et l'Amérique du nord ».

Un ciblage des marchés porteurs et peu concurrentiels à l'étranger

Sur les perspectives à court et moyen terme du marché français, le P-DG de Ciments Français, reste plutôt réservé : « dans le bâtiment résidentiel neuf, explique-t-il, la maison individuelle connaît un regain, tandis que le logement collectif social continue à baisser ; dans le non-résidentiel, on n'enregistre pas encore de frémissement ; en revanche, l'entretien-réhabilitation a redémarré et les TP connaissent un léger mieux. Or, la maison individuelle et la réhabilitation sont traditionnellement des secteurs peu consommateurs de ciment ». Ainsi, le groupe n'a pas une appétence illimitée à remettre en France de nouvelles capacités de production. De même, Ciments Français n'a pas pour objectif prioritaire d'investir en Europe de l'Est où les « jeux sont faits » (le groupe est d'ailleurs sorti du marché tchèque).

La stratégie de Ciments Français va donc consister à rechercher des opportunités de développement à l'international sur des marchés porteurs et encore peu concurrentiels, avec la possibilité de s'associer à des partenaires locaux.

Le groupe regarde notamment l'Asie du sud-est : Malaisie, Thaïlande, Indonésie, Philippines où des opportunités d'investissements intéressantes peuvent se présenter au sortir de la crise.

Mais le groupe reste très prudent en Chine où il possède une implantation, mais où les prix sont encore peu rémunérateurs. Et il regarde également du côté de la Tunisie, qui a lancé des privatisations, l'Egypte, les républiques turcophones de l'ex-URSS, les pays autour de la Mer Noire et peut-être l'Amérique du Sud, notamment l'Argentine.

TABLEAU : Scores en 1997 en millions de francs - Les performances du groupe ont surtout été tirées par les implantations en Amérique du Nord et dans les pays méditerranéens.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil