En direct

Cigéo : un projet de funiculaire de 4,2 km de long à 500 m de profondeur
Cigéo - © © DR

Cigéo : un projet de funiculaire de 4,2 km de long à 500 m de profondeur

Anthony Laurent |  le 04/09/2014  |  DéchetsMeuseHaute-MarneEnvironnement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Déchets
Meuse
Haute-Marne
Environnement
Valider

Pour son Centre industriel de stockage géologique (Cigéo), l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a choisi le spécialiste grenoblois du transport par câble Poma pour la conception et la réalisation d’un funiculaire de 4,2 km de long qui transportera les colis de déchets de la surface à 500 m de profondeur.

Situé sur la commune de Bure, à cheval sur les départements de la Meuse et de la Haute-Marne, le projet – contesté – de Centre industriel de stockage géologique des déchets radioactifs (Cigéo) devrait être mis en service, si le gouvernement l’autorise, à l’horizon 2025. Son principe ? Stocker durant plusieurs centaines de milliers d’années, à 500 m de profondeur, dans une couche d’argilite (un mélange d’argile et de quartz), au moins 108 000 m3 – soit environ 370 000 colis – de déchets radioactifs de haute et de moyenne activité à vie longue (HMA-VL).

C’est ainsi que l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), en charge du site d’enfouissement, a choisi Poma pour la conception et la réalisation d’un funiculaire « grandes profondeurs » de 4,2 km de long destiné à transporter les colis de déchets entre les gares amont (en surface) et aval (au niveau des galeries de stockage souterraines) dans des conditions de sécurité maximales. Conçu pour des charges lourdes (130 tonnes), ce funiculaire descendra à une profondeur de 500 m à la vitesse de 2,5 mètres par seconde – soit une durée de transport de 30 minutes environ (chargement et déchargement inclus) –, sur une pente inclinée à 12 %.

Des expérimentations techniques in situ

Les études préalables, menées par l’entreprise grenobloise et ses filiales Semer et Comag, auront lieu de 2015 à 2017 puis, si les autorisations sont délivrées, suivront la création d’un démonstrateur à l’échelle 1 (de 2018 à 2021) ainsi que l’approvisionnement et la construction du funiculaire (de 2022 à 2024), pour une mise en service en 2025.

Pour l’heure, et ce depuis janvier 2007, l’Andra réalise une série d’expérimentations techniques in situ dans le cadre du dépôt, en 2015, de la demande d’autorisation de création (DAC) de Cigéo. Plusieurs périmètres et méthodes de construction sont actuellement testés et analysés dans un réseau de plus d’un kilomètre linéaire de galeries instrumentées : mouvements du terrain et pressions de la roche-hôte lors des opérations de creusement, effets de la température sur le soutènement des alvéoles de stockage, qualité des scellements pour la fermeture des alvéoles, etc. Si la DAC aboutit, ce « laboratoire » laissera alors la place, en 2025, au stockage effectif des déchets radioactifs dans des galeries et des alvéoles courant cette fois sur 320 km et dont l’emprise souterraine sera de 15 km².

Commentaires

Cigéo : un projet de funiculaire de 4,2 km de long à 500 m de profondeur

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur