Ciat veut diviser par deux le coût de la géothermie en résidentiel
Logo Ciat - © © Ciat

Ciat veut diviser par deux le coût de la géothermie en résidentiel

Pierre Pichère |  le 17/11/2014  |  InnovationMatériel de chantierEnergies renouvelablesFrance Energie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Innovation
Matériel de chantier
Energies renouvelables
France
Energie
Technique
Valider

Le spécialiste de la pompe à chaleur mise sur la géothermie, une technologie efficace mais onéreuse. Avec un objectif : en diviser le coût par deux pour populariser le procédé. Une innovation présentée la semaine dernière au salon Made in France.

Et si la géothermie trouvait enfin sa place en résidentiel ? Avec un panier moyen autour de 20 000 euros pour une installation en maison individuelle, le marché reste confidentiel, porté par quelques consommateurs militants. La donne pourrait bouger avec l'offre que lance Ciat. Objectif : atteindre les 10 000 euros, pose et forages compris.

Moins de puissance, moins de forages

Comment atteindre une telle rupture en termes de prix ? Ciat cible avant tout la maison individuelle neuve d'une centaine de mètres carrés, soumise à la RT 2012. "Dans ces bâtiments, explique Laurent Parisse, responsable marketing produits de la Business unit Habitat de Ciat, les offres actuelles en neuf misent sur une trop forte puissance." La voilure est donc réduite, pour couvrir chauffage, eau chaude sanitaire et rafraîchissement.

Il en va de même côté forages. "Les maisons d'aujourd'hui se construisent sur des terrains de 500 ou 600 m²", poursuit Laurent Parisse. Deux options existent pour les forages : soit six corbeilles de tubes (chacune de 2,50 m de hauteur) placées lors de la phase de terrassement, soit cinq à six microforages verticaux, de 10 m de profondeur au lieu de 80. Dans les deux cas, les travaux sont fortement réduits par rapport à une intervention traditionnelle.

Consortium de recherche

Ce projet, baptisé GNéo, est né grâce au soutien de deux pôles de compétitivité, Tenerrdis et S2E2. Si la solution est déjà commercialisée, Ciat entend la perfectionner dans les mois qui viennent, grâce aux retours d'expérience des appareils déjà mis en oeuvre. Une certitude, l'économie est au rendez-vous. Couvrant la totalité des besoins en eau chaude sanitaire (ECS), en chauffage et en rafraîchissement d'une maison neuve moyenne, le système ne coûte que 500 euros par an environ en consommations énergétiques. Il faut y ajouter la maintenance, un aspect qui fait l'objet de toutes les attentions, le groupe Veolia étant partie prenante du projet.

Commentaires

Ciat veut diviser par deux le coût de la géothermie en résidentiel

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil