Projets

Christine Binswanger (agence Herzog & de Meuron) : « Le projet Unterlinden enthousiasme les Colmariens »

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie

Premier projet public français signé par Herzog & de Meuron, l’extension du musée Unterlinden bat son plein à Colmar, jusqu’en 2014. Senior Partner de l’agence bâloise, Christine Binswanger, évoque l’esprit de ce projet phare pour les riverains du Rhin.

Pourquoi l’Agence Herzog & de Meuron a-t-elle souhaité réaliser l’extension du musée Unterlinden ?

Bâle appartient à la vallée du Rhin, plus encore peut-être qu’à la Suisse, et ce territoire constitue notre environnement de proximité. L’agence a toujours souhaité contribuer à son développement et à l’effacement des frontières. Le projet Unterlinden participe à ce processus, au même titre que par exemple le développement urbain de l’agglomération trinationale autour du site historique du port bâlois. Joyau de notre région en premier lieu pour le retable de Grünewald, la collection  du musée Unterlinden est composée d’ensembles hétérogènes qui couvrent les domaines des beaux-arts, de l’archéologie, des arts et traditions populaires, de l’art moderne et contemporain. Leur plus petit dénominateur commun est l’histoire locale. Après la seconde guerre mondiale, au moment où l’histoire ne peut plus être pensée seulement à l’échelle régionale, où l’artisanat  et les traditions populaires laissent la place à la culture de masse et au design, la collection s’est ouverte à l’art moderne. Le projet d’extension entrepris aujourd’hui s’inscrit dans la continuité de cette évolution et en marque une nouvelle étape, qui met le musée d’Unterlinden en perspective pour le siècle qui vient de commencer.

 

Comment avez-vous appréhendé la contrainte d’une proximité de nombreux monuments historiques, dans un secteur sauvegardé ?

Contrainte n’est pas le bon mot. Ce contexte ajoute de la complexité à un projet caractérisé par le chevauchement d’époques. Les nombreux intervenants adhèrent tous à l’idée de protéger l’existant, tout en donnant un nouveau souffle au monument.

Au centre de la place Unterlinden qui finalement méritera son nom, une petite maison marque la présence du musée sur la place. Elle occupe la place de l’entrée des anciennes dépendances du couvent, avant la construction des bains. Nous reprenons le volume de cet ancien bâtiment, mais il ne s’agit pas d’une reconstruction littérale. Cette maison offre aux curieux une vue restreinte sur la galerie souterraine de liaison. De même, les quelques ouvertures en forme d’ogives qui cadrent la partie extérieure des baies de l’aile nouvelle ne cherchent pas à imiter le gothique : parlons plutôt d’une évocation, appropriée à un projet qui évite le clash, la rupture radicale avec le contexte historique, qu’aurait provoqué une boîte en verre ou en béton. Il essaie de s’inscrire dans son contexte sans devenir un pastiche.

Ce projet s’inscrit-il dans la continuité d’œuvres précédentes de l’agence ?

Les rénovations et extensions de bâtiments existants constituent un des fils conducteurs de notre travail, depuis la Tate Modern de Londres ou le musée Küppersmühle à Duisburg, jusqu’au Caixa Forum de Madrid, tous équipements issus de la reconversion d’anciens bâtiments industriels. Le musée Unterlinden prolonge la recherche autour de la matérialité de la brique. Parmi les autres projets de la même veine encore en cours de réalisation, citons le projet de Park Avenue Armory à New-York, initié en 2006.

Comment la culture technique française et le savoir-faire des entreprises locales s’adaptent-ils à vos ambitions ?

Une réglementation très stricte et normée rend la recherche de solutions complexe, c’est vrai. Mais nous avons trouvé beaucoup de bonne volonté et des artisans très motivés qui respectent la tradition d’un artisanat de qualité, commune à l’ensemble de l’espace rhénan. A cela s’ajoute à la volonté générale des entreprises d’aller au-delà de leurs limites habituelles, d’ajouter une dimension artisanale au simple respect des normes.

Avant la passation des marchés, nous nous sommes entendus avec le maître d’ouvrage pour les attribuer par lots séparés. Conscientes de leurs responsabilités par rapport à la transformation de la ville, les entreprises locales, souvent enracinées dans la région colmarienne depuis plusieurs générations, nous ont paru plus appropriées qu’une entreprise générale. Ce choix impose beaucoup de coordination en amont, que nous nous sommes engagés à assurer.

Le maire de Colmar n’a-t-il jamais cédé à la tentation d’intervenir dans le travail des architectes ?

Jamais. Face à la difficulté de rassembler les nombreux financeurs, la personnalité du maire a facilité la prise de décision. Toujours à l’écoute et attentif à l’évolution du projet qui est le sien autant que le nôtre, Gilbert Meyer a soutenu l’ensemble du projet depuis le début, et a toujours été à l’écoute pour des questions architecturales qui nous sont chères.

Vous-êtes-vous senti portée par l’attachement des colmariens au projet ?

Oui. Chacun sent à Colmar que quelque chose bouge dans la ville. Nous avons toujours senti beaucoup d’enthousiasme et une grande appréciation. En changeant la vocation des bains, initialement prévus comme lieu d’exposition, notre projet contribue à l’adhésion générale. Cet espace événementiel donnera aux colmariens l’occasion d’un usage du musée dans leur vie quotidienne, au-delà des arts visuels ou de l’histoire du patrimoine.

Quel sens donnez-vous à des investissements culturels lourds, dans ces temps de crise ?

Pour moi, la culture ne vient pas en plus du reste… Elle fait partie de nos besoins de base, pour aider à construire une identité. Cette considération s’ajoute à celle des retombées économiques que ce projet va créer.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X