En direct

Christian Gazaignes (Bouygues Travaux Publics) :
- ©

Christian Gazaignes (Bouygues Travaux Publics) : "Nos intérêts convergent avec ceux des grands armateurs" (exclusif)

Defawe Philippe |  le 24/01/2008  |  France entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Transports
Valider

Le point avec Christian Gazaignes, directeur général de Bouygues Travaux Publics, sur la stratégie du groupe en matière d'infrastructure portuaires. Une interview exclusive.

Depuis quand travaillez-vous sur le projet du port de Busan ?
Nos premières études remontent à trois ans. Il faut savoir être patient en Corée du Sud car le processus administratif est assez lent. Mais ce délai n'est finalement pas si long. Il s'agit tout de même de déplacer le cinquième port mondial en termes de trafic containers.

Vous prévoyez de réaliser l'opération en 48 mois alors que vos concurrents et le maître d'ouvrage misaient sur 60 mois. Comment allez-vous faire ?
Nos choix techniques et la mobilisation de moyens importants vont nous permettre de tenir en 48 mois. Par exemple, nous n'allons pas draguer la vase mais y réaliser un réseau de drain et la charger pour accélérer les tassements. Au droit des caissons alvéolés qui formeront le quai, le sol sera renforcé par inclusion de pieux de sable. Durant cette phase, nous mobiliserons plus de la moitié des ateliers coréens disponibles. Comme la durée des travaux fait partie de la durée de concession, en misant sur 48 mois, nous gagnons une année de recettes tout en réduisant les intérêts intercalaires.

Y'a-t-il des risques particuliers en terme de construction ?
Non, les techniques auxquelles nous recourrons restent classiques même si elles sont déployées à grande échelle. Nous prendrons grand soin évidemment au renforcement de sol sous les caissons car c'est là que seront installés grues et portiques de déchargement.

Au départ, trois armateurs faisaient partie du groupement. Mais l'un d'entre eux, l'israélien Zim, s'est désengagé. Cela fragilise-t-il le montage de l'opération ?
Ce désengagement a eu pour effet d'augmenter légèrement le risque de trafic. Et a donc perturbé le bouclage du tour de table en obligeant à revoir les conditions bancaires. Mais cela ne fragilise pas pour autant le montage de l'opération. Nos deux partenaires CMA CGM et KMTC sécurisent déjà une bonne part du trafic et pour le reste, ce sera au groupement concessionnaire de faire valoir ses atouts. Je suis confiant. Le trafic de containers par voie maritime augmente de l'ordre de 10% par an.

Ce premier contrat d'envergure aux côtés de CMA CGM annonce-t-il de futures collaborations ?

Par le passé, nous avions déjà fait ensemble quelques tentatives commerciales. Mais le port de Busan est notre premier grand contrat. Il est certain que nos intérêts convergent pour la conception-réalisation-exploitation d'infrastructures portuaires. Ces grands projets nous intéressent bien sûr en tant que constructeurs et les grands armateurs voient dans la participation aux sociétés concessionnaires un moyen de réduire leurs temps d'attente dans les ports.

Après le pont à haubans de Masan Bay, vous obtenez un deuxième grand projet en concession. Le début d'une longue histoire entre Bouygues Travaux Publics et la Corée du Sud ?
Il ne faut jurer de rien. Nous sommes pragmatiques et essayons de maintenir notre plan de charge dans le pays. Les travaux du pont de Masan Bay s'achèveront cette année, ceux du port de Busan viennent de débuter. Et nous sommes "candidat pressenti" sur le projet de Buckhang bridge, un pont à haubans plus long que celui de Masan, situé à l'entrée actuelle de la rade du port de Busan. Le bouclage de l'opération devrait intervenir dans le courant de l'année.
Propos recueillis par Julien Beideler

Voir le portfolio sur le construction du port de Busan

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur