Etat et collectivités

Chistine Boutin veut « résoudre la crise du logement »

Le projet de loi « de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion », qui a entamé mardi son parcours parlementaire au Sénat, a pour objectif de tenter de « résoudre la crise », a estimé la ministre du Logement Christine Boutin dans son discours de présentation.

« Il y a urgence, et urgence plus que jamais aujourd’hui. Nous n’avons plus seulement à faire face à une crise du logement, mais à une crise de confiance sans précédent qui ébranle l’économie mondiale et, déjà en France, le secteur de l’immobilier », a déclaré Mme Boutin.
Pour la ministre, la France subit « depuis le mois de juin un ralentissement sérieux qui nous laisse à penser que nous terminerons l’année aux alentours de 360.000 mises en chantier » de logements neufs, soit 75.000 de moins qu’en 2007, loin de l’objectif des 500.000 jugés nécessaires par les experts et le président de la République Nicolas Sarkozy pour répondre aux besoins.
Aussi Mme Boutin propose-t-elle « trois objectifs majeurs » dans ce « plan d’action: soutenir l’activité de construction pour la location et l’accession populaire à la propriété, permettre aux classes moyennes et modestes d’accéder au logement, lutter contre le mal-logement ».
Ainsi les HLM pourront plus facilement racheter des projets de construction à des promoteurs privés qui n’ont pas trouvé d’acheteurs pour les transformer en 30.000 logements locatifs.
Le dispositif, dit « Pass-Foncier », appliqué à la « maison à 15 euros par jour » en payant d’abord le logement individuel puis le terrain, va être étendu au collectif pour pouvoir s’appliquer aux périphéries des grandes agglomérations et ainsi édifier au total 30.000 logements par an.

Mme Boutin a aussi défendu la modification de la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) qui permettra de comptabiliser les habitations en « accession aidée à la propriété » dans le quota obligatoire de 20% logements sociaux pour les communes de plus de 3.500 habitants.
Devant la réticence d’un certain nombre de sénateurs, même UMP, à adopter une telle modification, Mme Boutin a assuré qu' »il n’y a aucune honte à ce qu’un ministre soit battu sur un article », lors d’une conférence de presse improvisée avant la séance.

Afin de favoriser la mobilité dans le parc HLM, dont le taux est tombé à 9,4%, la ministre a plaidé pour la libération des « logements sous-occupés » ou occupés par « les ménages qui disposent de revenus très élevés ».
Mme Boutin veut également diminuer le plafond de ressources qui permet d’obtenir un logement social. Actuellement, 70% de la population, en fonction de ses revenus, y a droit. Si ce chiffre passe « juridiquement à 60%, nous permettons aux personnes de ressources modestes et aux personnes défavorisés d’avoir plus facilement accès à ces logements ». « C’est un moyen de permettre à des ménages à revenus modestes qui sont dans les files d’attente de trouver un logement adapté à leurs besoins », a souligné Mme Boutin.
Avec AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X