En direct

Chez Calcia, les ouvriers ne veulent pas revenir travailler
Vue de l'intérieur d'une usine de production de ciment. - © Ivan Traimak - stock.adobe.com

Chez Calcia, les ouvriers ne veulent pas revenir travailler

Emmanuelle Picaud |  le 06/04/2020  |  CimentCalciaCiments CalciaCoronavirusFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ciment
Calcia
Ciments Calcia
Coronavirus
France
Travaux publics
Bâtiment
Négoce
Valider

Une partie des salariés du cimentier dénonce un « non-respect du confinement » et « des conditions de travail insuffisantes », alors que les usines de production reprennent progressivement leur activité dans toute la France.

Le 20 mars dernier, la CGT Calcia lançait une pétition en ligne en soutien aux acteurs du BTP. Depuis, l’initiative a recueilli plus de 700 signatures sur le site Internet change.org.

Les employés du cimentier dénoncent « un non-respect du confinement » et une « reprise prématurée du travail dans des conditions sanitaires insuffisantes ». « Les gens ont peur de venir travailler. Ils redoutent de contaminer leur famille et leurs enfants. Certes, des mesures de précaution sanitaire ont été prises de la part de la direction, par exemple nous avons pour consigne de travailler à moins d’un mètre d’une autre personne. Sauf que, sur le terrain, ces mesures ne sont pas applicables. Comment voulez-vous que quatre ouvriers démontent une pièce métallique en étant à moins d’un mètre l’un de l’autre ? Les retours de nos collègues se disant incapables de tenir ses mesures se multiplient. Sans compter que nous manquons de masque et de gel hydro-alcoolique… », s’insurge Pascal Millet, responsable syndical à la CGT Calcia.

Réouverture progressive des sites : « Les gens ont peur de venir travailler », Pascal Millet, responsable syndical à la CGT Calcia

Suite à l’annonce du confinement le 17 mars 2020, une partie des sites de production du cimentier avait été fermée. Une partie des salariés a été mise au télétravail, tandis qu’une autre a été mise au chômage partiel.

Plusieurs sites ont toutefois progressivement rouvert, et certains salariés ont repris leur activité. Jointe par le Moniteur, la direction du groupe précise que «  ces actions ne concernent que deux usines sur l’ensemble du parc industriel Calcia en France [sur une dizaine de sites, NDLR] ». Elle assure « prendre toutes les mesures qui s’imposent vis-à-vis de la santé et de la sécurité sanitaire de chacun » et « être particulièrement stricte sur le respect des consignes, en veillant à ce que celles-ci soient suivies sans dérogation possible ».

En outre, depuis le début du confinement, aucun salarié du groupe n’a fait valoir son droit de retrait sur son site de travail. « Certains ont tenté de faire valoir un droit d’alerte, mais cette initiative n’a rien donné », précise Pascal Millet.

Un secteur stratégique

Ce conflit social intervient à un moment où ce secteur industriel s’avère particulièrement stratégique pour assurer la poursuite de l’activité des chantiers, et que le guide de l’OPPBTP, publié jeudi 2 avril 2020, vise à assurer une reprise progressive de ceux-ci. Dans un récent sondage réalisé auprès de ses membres, la Fédération nationale des travaux publics expliquait observer une importante diminution des approvisionnements ces dernières semaines, consécutive à la fermeture des sites de production et aux problèmes logistiques et de transport.

Sur le même sujet Arrêt des chantiers : "Les chiffres confirment ce que nous pressentions", explique la FNTP

Alors que les fédérations appellent de leurs vœux à une reprise des chantiers, la confiance des ouvriers demeure un des facteurs clés qui conditionnera cet élan. « Cet appel à la reprise nous semble contradictoire car d’un côté, le gouvernement nous dit de rester confinés chez nous et de l’autre, on nous exhorte à reprendre l’activité », dénonce Pascal Millet.

« Nous menons ce combat, non seulement pour les salariés du BTP, mais plus globalement pour tous ceux qui se trouvent dans la même situation. Nous sommes convaincus de notre responsabilité dans cette crise. Si nous n'agissons pas et ne dénonçons rien, alors nous serons également coupables ».

Commentaires

Chez Calcia, les ouvriers ne veulent pas revenir travailler

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur