En direct

Cher Un port sec à Vierzon

le 07/12/2001  |  CherFrance TransportsInternationalEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Cher
France
Transports
International
Europe
Loire-Atlantique
Charente-Maritime
Transports mécaniques
Valider

L'association des ports du Nord-Ouest Atlantique (PNOA), créée voici juste un an, vient de présenter une première étude de faisabilité justifiant son grand projet : un port sec à Vierzon dans le Cher, sur le modèle d'autres grands ports européens, notamment Bilbao qui prévoit l'ouverture de quatre ports secs en Espagne.

Vierzon est, en effet, un noeud autoroutier (A71, A20 et bientôt A85) et ferroviaire au carrefour des axes Paris-Toulouse et Nantes-Lyon. « L'idée est d'élargir l'hinterland des ports adhérents en établissant loin dans les terres une plate-forme permettant de massifier les flux en privilégiant le mode ferroviaire », expliquent les promoteurs du projet : responsables des ports de l'Atlantique et élus de la région Centre associant pour la circonstance la SNCF Fret.

Selon l'étude, qui mérite d'être affinée et davantage chiffrée, une telle infrastructure intéresse autant les régions du littoral Atlantique, et principalement les ports de Saint-Nazaire et de La Rochelle, que le tissu industriel du centre de la France. L'étude prétend que huit filières pourraient revoir leur chaîne logistique en fonction d'un port sec à Vierzon. Ces besoins logistiques importants sont recensés dans l'alimentation animale, l'industrie papetière, celle du pneumatique ainsi que l'eau minérale, les matériaux de construction et les conteneurs maritimes. Selon les élus soutenant le projet, notamment Jean-Claude Sandrier, député du Cher, la mise en place du port sec pourrait prendre 10 ans.

Le port sec pourrait être développé sur l'ancienne gare de triage de Vierzon mais aussi sur la nouvelle zone d'activité de Centre-Berry-Logistique. Les premiers investissements indispensables au projet sont une voie de stationnement de 750 mètres sur la gare, estimé à 5,3 millions d'euros, ainsi que l'électrification de la voie ferrée Vierzon-Tours, estimée à 56 millions d'euros. Ces investissements sont inscrits au contrat de Plan pour une fin des travaux en 2006.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil