En direct

Chauffage « Développer le créneau des chaudières murales »

JEAN-MICHEL GRADT |  le 11/12/1998  |  Produits et matérielsEquipementIndustrieEuropeFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Produits et matériels
Equipement
Industrie
Europe
France entière
Moselle
Valider

Viessmann France mise sur l'intégration verticale et vise 5 % du marché français.

Quel est votre sentiment sur le marché français du chauffage et sur le niveau de pression concurrentielle, en France et en Europe ? Après avoir fini l'année avec une progression de 7 %, le marché français connaît un tassement, ce que nous constatons également chez Viessmann. A la fin juillet, la tendance était une progression de 1 % en 1998. Mais l'attitude des investisseurs et les conditions climatiques auront un rôle important à jouer. Quant à la concurrence, elle se joue désormais au plan européen, avec des grands groupes notamment allemands, comme Preussag, qui jouent la carte de l'intégration verticale. Avec le recul des ventes sur le marché allemand et le ralentissement des pays émergents, ils reportent leurs efforts vers l'Europe de l'Ouest et proposent des versions à l'export de leur gammes nationales, sujettes à des normes plus strictes. Mais il existe d'autres grands groupes en Europe. A mon sens, le mouvement de concentration ne fait que commencer. Dans cinq ans, je doute que l'on trouve autant de marques qu'aujourd'hui en Europe. Comment Viessmann France se situe-t-il aujourd'hui ? L'an dernier, nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 1 milliard de francs, avec une contribution largement positive, en termes de bénéfice. Au premier semestre de 1998, nous avons progressé de 2,5 %, en chiffre d'affaires, par rapport aux six premiers mois de 1997. Mais 45 % de cette activité a été consacrée au marché français, tandis que 55 % de notre production a été réexportée. D'ici à deux ans, nous tablons sur un équilibre, à 50/50 entre ces deux activités. Notre stratégie est celle de l'intégration verticale, de la fabrication des coques en acier jusqu'aux brûleurs et à la distribution. D'ailleurs, nous avons récemment investi 150 millions de francs pour produire des ballons sur notre site de Faulquemont (Moselle) et venons de racheter le fabricant suisse de pompes à chaleur Sorrer. Pourquoi assiste-t-on, en Europe, à une offensive des industriels sur le créneau des chaudières murales ? Le marché des chaudières au sol stagne, voire décroît légèrement, à 2,8 millions d'unités, tandis que celui des chaudières murales, plus gros en volume, avec 3,5 à 3,8 millions d'unités par an, est en progression régulière, tant au sud qu'au nord de l'Europe où la hausse est estimée entre 3 et 5 % par an. D'où notre volonté d'acquérir une place significative sur ce créneau. En France notamment, nous voulons passer de moins de 2 % à 5 % de part de marché d'ici à trois ans ; tout en poursuivant notre progression sur les chaudières au sol intégrées. PHOTORoger Dehlinger, directeur de la division commerciale de Viessmann France. PRECISION PARUE 25/12/98 P21 Dans l'article consacré à Viessmann,Viessmann précise qu'il n'intègre pas la distribution de ses produits : "notre stratégie se fonde sur une politique cohérente basée sur la thermique, de la fabrication des corps de chaudières jusqu'aux bruleurs et aux périphériques de la chaudière."

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur