En direct

Châtenay-Malabry Des jardiniers au pied de « la Butte rouge »

PAUL PHILIPPART |  le 10/01/1997  |  Hauts-de-SeineFrance AménagementEspaces vertsArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Hauts-de-Seine
France
Aménagement
Espaces verts
Architecture
Professionnels
Valider

-Dans le cadre de Pacte 92, le conseil général des Hauts-de-Seine relance l'aménagement des jardins familiaux, avec une première opération dans la cité-jardin de Châtenay-Malabry : « la Butte rouge ». Il s'agit, pour la direction des espaces verts, de réhabiliter en trois tranches des jardins familiaux créés en 1930, plus ou moins abandonnés et dispersés dans le quartier.

Vingt parcelles de 150 m2 chacune seront restructurées entre décembre 1996 et le printemps 1997. Situées en coeur d'îlots, alignées au pied des immeubles, au flanc de la butte, il sera d'abord nécessaire de les désenclaver avant de leur donner une homogénéité en créant un véritable espace vert « lisible », traversé par des cheminements redessinés et reliés aux autres espaces publics de « la Butte rouge ». Ensuite, elles seront redécoupées, clôturées, et des abris (3,42 m2 Shon), conçus par l'architecte Denis Targowla, seront installés. « L'idée est de passer du simple cabanon fait de bric et de broc à des abris, généralement jumelés, fonctionnels, explique l'architecte. Ils sont en bois avec un toit en shingle de couleur ou similaire coloré, équipés d'un réservoir d'eau de 200 l pour récupérer l'eau de pluie, d'un banc intégré et d'un mini-atelier. Tout en évitant l'abri "clé en main", nous avons préservé le mythe de la cabane et du retour à la nature. »

Cette opération, qui devrait coûter 1,2 million de francs, a été préparée avec l'office départemental d'HLM, en concertation avec les habitants de la cité-jardin. Ceux qui le souhaiteront pourront louer une parcelle pour 120 francs par mois (au lieu de 10 francs). « Cette initiative est la traduction verte du Pacte 92, car nous redonnons une pérennité et un statut à ces espaces privatifs voués à l'autoproduction de fleurs, d'aromates, de légumes, de fruits, et les habitants qui ne sont pas des propriétaires fonciers pourront se réapproprier ces lieux, indique Thierry Bouchet, de la direction des espaces verts. Une équipe de jardiniers de la ville de Châtenay-Malabry devrait leur donner un coup de main pour les plantations et en leur fournissant de la terre végétale. »

Si cette opération est concluante, elle sera renouvelée dans la cité-jardin de Gennevilliers et sur les flancs de la colline Rodin à Issy-les-Moulineaux.

PHOTO : - -Conçus par l'architecte Denis Targowla, les cabanons seront jumelés et fonctionnels.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil