En direct

Chantiers de beaux bétons

DOMINIQUE ERRARD, BERNARD REINTEAU, ALBANE CANTO, JACQUES-FRANCK DEGIOANNI, RICHARD GOASGUEN, LAURENT MIGUET |  le 14/04/2000  |  BétonProduits et matérielsTechniqueMatériel de chantierArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Béton
Produits et matériels
Technique
Matériel de chantier
Architecture
Maîtrise d'ouvrage
International
Var
Jura
Hauts-de-Seine
Seine-et-Marne
Principauté de Monaco
Seine-Maritime
Haut-Rhin
France entière
Europe
Professionnels
Valider

Sommaire du dossier

  1. Des murs isolés et revêtus exécutés en une fois
  2. Sommaire dossier BETON
  3. Prévoir la résistance et stabiliser les teintes : un modèle
  4. Bétons haute performance : les avancées du programme BHP 2000
  5. Des fibres métalliques pour renforcer les ouvrages
  6. Les bétons ductiles au centre des recherches
  7. La texture du béton révélée par la lasure
  8. Le polissage, haut de gamme des traitements de surface
  9. Préserver la qualité de parement grâce à l'hydrofugation
  10. Les contraintes mécaniques et esthétiques du TGV Méditerranée
  11. Les composites ciment-verre en grandes dimensions
  12. 5 500 t d'adjuvants, un pompage sur 700 m
  13. Des blocs de maçonnerie à double lame d'air
  14. Des murs coulés en béton architectonique avec engravures
  15. Rigueur et suivi sur le chantier pour des parements de qualité
  16. Eclaircir des bétons courants grâce à un additif
  17. Béton autoplaçant pour des voiles complexes
  18. Une structure par points porteurs
  19. Assurer le remplissage de moules inclinés
  20. Le béton prêt à l'emploi (BPE)
  21. Plus de produits soutenus par plus de services
  22. La vogue du béton imprimé
  23. L'Equipement poursuit les recherches sur le béton routier
  24. Projet BAP : deux années et demie d'études et 3,5 millions d'euros
  25. L'activité du BPE et de la préfabrication en hausse
  26. Aménagements agricoles : à la recherche de solutions optimales
  27. Béton UHP : réduire les délais et valider les calculs
  28. Chantiers de beaux bétons
  29. Couler un « beau » béton sur chantier
  30. A la recherche de granulats de substitution
  31. Un outil de prédimensionnement pour la conception des ponts-rails
  32. Des indicateurs pour mesurer la durabilité du béton
  33. Une protection longue durée des armatures
  34. Mortier colle prêt à gâcher
  35. Bicomposant reboucheur de fissure
  36. Ciment pour utilisation agricole
  37. Adjuvants pour BPE et préfabrication
  38. Les glenium en version plus souple
  39. Adjuvants pour bétons autoplaçants et désactivés
  40. Des colorants adaptés aux outils de mélange
  41. Béton pour les ouvrages agricoles
  42. Un entraîneur d'air prêt à malaxer
  43. Mortier spécial
  44. Des superplastifiants adaptés aux usages
  45. Ciment à haute résistance chimique
  46. Coffrage pour les corniches de pont
  47. Pompes à mortier et à béton
  48. Les PRM plus ergonomiques
  49. Suivre les banches de chantier en chantier
  50. Pompes à béton de 42 m de portée
  51. Mobilier urbain en béton
  52. La filiere beton retrouve le sourire
  53. Le béton partenaire de l'environnement
  54. Faciliter la construction des bâtiments
  55. Intégrer les murs antibruit dans le paysage
  56. Retenir les eaux pluviales dans les chaussées
  57. Réguler l'échange thermique des bâtiments
  58. Lutter contre la pollution des exploitations agricoles
  59. Les pavés dépollueurs
  60. Du béton d'environnement en sites ruraux
  61. Bétons de comblement : moins de gêne pour le voisinage
  62. Le béton respectueux de l'environnement
  63. Intégrer les centrales foraines
  64. Trier pour récupérer du granulat
  65. Récupérer le ciment
  66. Un réseau «Matériaux recyclés»
  67. Les projets nationaux présentent leurs résultats
  68. Sols Revêtement de sol antidérapant
  69. Isolation Enduit intumescent coupe-feu pour chemins de câbles
  70. Matériels de chantier Réhabilitation des réseaux par éclatement
  71. Structures, fondations Système antigraffiti pour béton brut
  72. Assainissement Fosse en béton pour assainissement non collectif
  73. Matériaux Colorant pour béton compact
  74. Aménagements urbains Margelles et dalles pour piscines
  75. Outillage Perceuse-visseuse de 18 V
  76. Assainissement Séparateurs d'hydrocarbures allégés
  77. Structures, fondations Mortier de réhabilitation pour réseaux sollicités
  78. Matériaux Superplastifiants pour bap et préfabrication
  79. Outillage Scies double lame à mouvements inversés
  80. Façades, bardages Corniche industrialisée concave
  81. Protection de travail Bottes légères imperméables à 100 %
  82. Les cimentiers investissent le Net
  83. Beton Pleins feux sur la mise en oeuvre
  84. Béton Esthétique
  85. Béton esthétique - Préfabrication Un double éventail de mégastructures réglées au millimètre
  86. Béton esthétique - Voirie Association de matériaux autour d'une place publique
  87. Béton esthétique - Béton banché Double injection pour des parements nets
  88. Béton esthétique - Bâtiment CGE de Toulouse : 3700 m2 de béton blond
  89. Béton esthétique - Réhabilitation Le Havre : respecter l'authenticité des façades
  90. Le lexique du béton esthétique
  91. Structures - 127 m de voile de 14 m de haut coulés en 13 fois
  92. Structures - BUHP et post-contrainte pour conforter un silo
  93. Sécurité - Des banches soumises à des conditions extrêmes
  94. Un nouveau béton ultraperformant
  95. Le Ductal à l'essai
  96. Pate de nettoyage du béton
  97. Deux portails dédiés au calcul de structures
  98. Enduit coupe-feu
  99. Ciments en sacs de 35 kg
  100. Adjuvant pour la préfabrication
  101. Sous-enduit monocouche d'imperméabilisation
  102. Abrasif à projeter pour le nettoyage des surfaces
  103. Hydrofuge en phase aqueuse
  104. Lasure béton
  105. Agent de viscosité
  106. Logiciel de calcul
  107. Dalle en béton précontraint
  108. Systèmes décoratifs pour revêtements de sols extérieurs
  109. Superplastifiant
  110. Connecteur pour plancher mixte acier-béton
  111. Mortier de réparation pour tunnel
  112. Désactivant de surface sans solvants
  113. Sites Internet
  114. Bétons innovants Le temps de l'audace
  115. Béton Ductal Maison-galerie au Muy (Var)
  116. Béton autoplaçant Centre d'art et de culture a Meudon (Hauts-de-Seine)
  117. Béton composite en façade 125 logements à Paris
  118. Coques en béton autoplaçant Couverture des quais de la gare d'Austerlitz, avenue de France, Paris
  119. Voiles gris et blancs 30 logements en accession sociale pour l'OPAC de Paris
  120. Voûte en 3 coques Jetée du terminal 2E à Roissy
  121. Des matériaux autonettoyants et dépollueurs
  122. Une peau métallique appliquée par projection thermique
  123. Construire avec les bétons architectoniques
  124. CONJONCTURE Le marché du béton ralentit
  125. Les TP et les grands chantiers tirent l'activité du béton
  126. Edition 2004 du guide Calcia
  127. Concours d'architecture CIMBETON 2004
  128. Un site internet pour « Adimer » le béton

Les gestionnaires de centrales à béton et l'industrie de la préfabrication s'appliquent à démontrer leur maîtrise du matériau.

La filière béton et les réalisations avec des architectes de renom ont contribué depuis plusieurs années à renverser l'opinion vis-à-vis des bétons. Cette tendance vers l'amélioration du béton se poursuit de plus belle. Pour preuve, chaque acteur de la filière trouve des motifs de revendiquer les progrès récents : chimistes, carriers, cimentiers, gestionnaires de centrales à béton, industrie de la préfabrication, entreprises de construction. Un dynamisme qui donne le sentiment d'un marché où foisonnent les innovations, tant en bâtiment, en voirie qu'en génie civil.

En bâtiment, ce sont les innovations autour des bétons autoplaçants qui mobilisent les efforts et laissent augurer - même si la modestie est de mise chez les bétonniers - un développement important de ces formulations. Les fournisseurs de chimie du bâtiment (Sika, MBT, Chryso, Pieri et Axim) ont donné le rythme il y a maintenant plus de deux ans. Le marché emboîte le pas. Forts des premières expériences et des ajustements de formulations, les adjuvantiers s'appuient sur l'important réseau des fournisseurs de bétons prêts à l'emploi qui trouvent aujourd'hui des constructeurs totalement acquis à l'emploi de ces pâtes fluides pour optimiser les chantiers : augmentation parfois supérieure à 20 % de la cadence de production de voile - la durée de coulage d'un voile peut être réduite de moitié, voir des deux tiers -, recours moindre à la grue grâce à l'usage de pompes ou de tapis, réduction du bruit par suppression de la vibration, grande qualité de parement, adaptation des formules avec pratiquement tous les ciments disponibles, notamment des ciments blancs, pour répondre à tous les marchés. Ils permettent en particulier de répondre à la demande désormais classique de béton à revêtement soyeux sans aucun bullage.

Le développement des bétons fluides profite aussi à un segment d'usage handicapé par des contraintes de délai et les difficultés d'exécution : les chapes autonivelantes à base de ciment, adaptées aux systèmes de chauffage par le sol. Disponibles chez pratiquement tous les bétonniers, elles résolvent un point faible des chantiers en permettant un travail rapide - jusqu'à 1 000 m2 de chape par jour avec des équipes d'applicateurs réduites à trois personnes -, une accessibilité après 24 à 36 heures et un parement lisse qui réduit la préparation de la pose des revêtements de sol au retrait de la laitance. La pose des revêtements peut être planifiée une semaine après les travaux, et le collage des carrelages peut s'effectuer sans primaire d'accrochage. Des avantages importants par rapport aux chapes liquides à base de gypse.

Maîtriser le surcoût

Le surcoût de ces bétons se maintient à environ 200 francs/m3. Il est justifié par le doublement de la durée de malaxage en centrale, le coût des adjuvants, l'incorporation de fractions fines, le suivi de qualité... Pour justifier son emploi dans le bilan global d'une opération, il est donc impératif de le prendre en compte en amont des préparations de chantier. Les bétonniers n'hésitent d'ailleurs pas, pour en démontrer l'intérêt, à présenter des devis de gros oeuvre avec et sans autoplaçants, les premiers permettant de réduire les postes de location de grues et le nombre d'opérateurs, de supprimer le ragréage, de réduire des délais, voire d'incorporer les primes de bonne fin de chantier. Si les gains n'apparaissent pas toujours nettement, la solution devient de plus en plus concurrentielle. En outre, le potentiel de ce marché incite les entreprises de béton prêt à l'emploi à investir dans des équipements tels que des turbomalaxeurs, qui devraient réduire ce surcoût.

L'impact de ces bétons a permis une prise en compte plus large des notions d'aspect des voiles. Par ricochet, il a permis à des formules, comme celles des bétons fluides (blancs ou gris, à vibrer), connues depuis longtemps, d'émerger des catalogues des produits spéciaux. Ce type de béton a par exemple été prescrit par les architectes Luc Arsène-Henry et Alain Triaud pour la réalisation des parois d'un chai dans le Médoc en voile de 20 cm d'épaisseur qui présentaient en façade des motifs végétaux de 7 cm de profondeur.

Travailler la mise en oeuvre

Les architectes cherchent à maîtriser le matériau béton qui restera apparent, et il n'est plus rare de les voir travailler dans le détail tous les aspects de leur mise en oeuvre. La chimie vient à leur secours pour assurer la qualité de parement, mais les laboratoires mettent à leur disposition un éventail large de méthodes pour traiter les aspects les plus subtils : ciment blanc, incorporation de métacaolins ou de fillers calcaires blancs pour les éclaircir, ajout d'oxydes de pigmentation déclinés dans les nuanciers normalisés RAL, mais aussi travail fin sur les coffrages, avec préparation de volumes, clouage de planches brutes ouvragées... Le ton avait été donné depuis plusieurs années dans le domaine des ouvrages d'art, avec la préparation de la peau des bétons avec des matrices de coffrage en matériaux de synthèse. L'imagination des maîtres d'oeuvre s'exprime, avec la possibilité de mixer les solutions : peau brute, désactivée, teintée, voire photogravée, coulée en place.

Ce souci du béton à parement de qualité a toujours été un axe de développement majeur des entreprises de préfabrication. Les conditions de production contrôlées en atelier permettent d'optimiser les traitements architectoniques des pièces. Chez ces fournisseurs, la simple formulation des bétons ne suffit pas à convaincre des clients très exigeants : il n'est pas rare de voir les architectes suivre chaque phase de réalisation. Il leur faut ajouter le suivi de l'homogénéité des bétons, la maîtrise des moules complexes et une offre pléthorique d'effets à partir de granulats ou de traitements de surface. Parements bruts lasurés, teintés dans la masse, blancs, effets acidé, sablé à haute ou basse pression, désactivé, bouchardé ou poli, ces surfaces sont aussi traitées en association sur une même pièce. L'exemple le plus récent est donné sur le chantier du centre commercial du Val d'Europe, près de Disneyland, en Seine-et-Marne, où les entreprises EPI (Etudes et Préfabrication industrielle) et MSA (Morin Systèmes Architectoniques) ont livré des pièces très ouvragées. Ces finitions sont autorisées par l'investissement des entreprises dans des équipements performants, notamment les outils de polissage pour pièces de grande dimension et de forme complexe à commande numérique.

Parmi ces matériaux préfabriqués, les bétons à hautes performances et à ultra-hautes performances constituent des voies de développement potentiellement riches. La recherche de chimistes et de préfabricateurs s'oriente vers la définition de formulations à 80 voire 100 MPa pour produire des panneaux d'une épaisseur de seulement 1 cm. Le traitement des façades constitue naturellement l'un des débouchés.

Hautes performances : du génie civil au bâtiment

Dans le domaine des bétons à ultra-hautes performances, le béton ductile Ductal, développé par Lafarge, Bouygues et Rhodia et aujourd'hui produit par EPI, constitue un exemple remarqué. Le chantier de parement acoustique dans la gare souterraine de Monaco a permis d'ouvrir le champ d'usage de ce produit présenté initialement pour ses avantages en structure. Lancées il y a une dizaine d'année, les formulations de bétons à hautes performances coulés en place sont très largement restées cantonnées au domaine des ouvrages d'art. D'ailleurs, la prise en compte des bétons B80 dans les notes de calcul est acceptée depuis seulement quelques mois par les règlements du Setra. Une évolution jugée suffisamment importante pour faire évoluer la conception des équipements.

En bâtiment, ces matériaux constituent des exceptions d'usage. Deux ouvrages en construction dans le quartier d'affaires parisien de la Défense les utilisent cependant largement : « Coeur Défense » où sont mis en oeuvre des bétons coulés en place et des pièces préfabriquées ; et la tour PB6 dont l'occupation au sol très étroite et l'élancement ont justifié l'emploi de bétons coulés en place B60 et B80 pour limiter les volumes structurels. Cet ouvrage devrait consommer quelque 20 000 m3 de bétons à hautes performances.

Pour faire apprécier le matériau béton sous ses aspects esthétiques et durables, le développement actuel des bétons de voirie paraît un choix judicieux. Les bétons coulés en place et désactivés, exprimés avec une grande variété de granulats et de teintes de béton, sont connus, mais la tendance lourde porte aujourd'hui sur les bétons matricés et colorés. Ces produits monolithiques subissent des traitements de surface durcisseurs, bouche-pores qui les rendent résistants aux infiltrations et à l'entretien. Un concept qui rassemble les arguments utiles pour faire valoir le matériau béton.

Motifs teintés sur une façade préfabriquée

Les dessins bleus dans un matériau ivoire des façades de la future maison de retraite de Saint-Louis (Haut-Rhin) créent l'illusion d'une peinture avec des motifs pris dans la masse du béton. Cet effet est produit par le mélange de deux bétons de teintes différentes et d'un sablage fin. Sur le banc de préfabrication, on coule un béton jaune chargé de ciment blanc et teinté avec du sable du Jura. Puis l'architecte vient dessiner dans le béton encore frais des motifs stylisés de soleils, de nuages et d'oiseaux, puis les remplit avec un béton bleu teinté au cobalt. L'ensemble est ensuite vibré pour éviter les marques franches.

MAITRE D'OUVRAGE : District des Trois-frontières.

CONDUCTEUR D'OPERATION : SEM de Haute Alsace (SEMHA).

MAITRISE D'OEUVRE : Cabinet Sutter et Laburte.

BET STRUCTURES : ICAT.

GROS OEUVRE : Gherardi.

PREFABRICATION : BCS.

LIVRAISON : octobre 2000.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Un parement parfait pour des voiles de béton blanc et gris

Le centre d'art et de culture de Meudon (Hauts-de-Seine) présente l'éventail des solutions techniques évoluées pour la réalisation de voiles courbes et de grande hauteur (jusqu'à 8 m de haut), avec une grande qualité de parement (teinte uniforme), bruts de décoffrage. Quillery a mis en oeuvre des bétons blancs et gris autoplaçants, formulés par le bétonnier Béton de France Ile-de-France, en partenariat avec l'adjuvantier MBT. Le fabricant de banches Hussor a joué son rôle en fournissant des outils à étanchéité renforcée et capables de supporter une pression en pied de 12 t/m2. La double enveloppe de la salle de spectacle en parois concentriques de 15 m de haut constitue la pièce centrale de l'ouvrage. Le voile intérieur est en béton gris autoplaçant, et celui du cylindre extérieur a été réalisé avec un béton blanc autoplaçant. Ces deux cylindres sont raccordés à un cadre de scène, en béton gris autoplaçant, de 15 m de hauteur.

MAITRE D'OUVRAGE : ville de Meudon.

MAITRISE D'OEUVRE : Atelier d'architecture Jacques Ripault et Denise Duhart.

ENTREPRISE GENERALE : Quillery.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Des parois de béton ocre et plissé

Pour cet établissement scolaire de Bourg-la-Reine qui ouvrira à la rentrée prochaine, le cabinet d'architectes Bical-Courcier -Martinelli a choisi une structure en béton animée par des teintes ocre et claires. Le béton des parois du rez-de-chaussée est teinté dans la masse avec des oxydes de fer et présente un aspect de surface froissé, produit par l'application libre d'un film polyane fixé par adhésif double face sur le coffrage. Pour ce parement brut, l'entreprise de gros oeuvre a coulé un béton dosé à 400 kg/m3 de ciment et adjuvanté de superplastifiant pour épouser toutes les formes. Un matériau qui atteint une résistance à la compression de 42 MPa pour 25 MPa demandés. La structure du premier niveau est composée de poutres préfabriquées de béton blanc (ciment, granulats et sables blancs) et de poteaux et dalle de béton clair (ciment, sables et filler de calcaire blancs, granulats courants).

Les concepteurs ont choisi de réaliser une dalle à grands caissons, coulée sur coffrage bois traditionnel.

MAITRE D'OUVRAGE : Département des Hauts-de-Seine.

MAITRISE D'OEUVRE : Bical-Courcier-Martinelli, architectes.

BET STRUCTURE : Khephren.

BET BETON ARME : CE BAT.

ENTREPRISE GENERALE : Bec-Guerra Tarcy.

GROS OEUVRE ET VRD : SEE SIMEONI.

BETON : Béton de France Ile-de-France.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Béton photogravé, coulé en place

Des sangliers, des biches et des bécasses sur un parement minéral. C'est la décoration retenue pour la façade de la Maison de la nature et de la faune sauvage, dans le Jura. Les fresques ont été réalisées avec un béton photogravé sur des voiles coulés en place. La formulation a été mise au point par l'adjuvantier Pieri et le bétonnier Orsa Bétons. Le procédé exploite trois innovations récentes : un béton autoplaçant, la photogravure sur béton et la désactivation sur parois verticales. L'image est insolée grâce à un écran textile de sérigraphie.

Un désactivant de surface est ensuite couché sur ce pochoir géant, puis reporté, à travers les mailles restées ouvertes, sur une plaque de polystyrène qui sera fixée dans les banches.

Après bétonnage et lavage, le jeu des contrastes entre les parties désactivées et les zones de béton lisse fait apparaître l'image. Cette solution exploite un désactivant capable de résister à l'abrasion du béton lors de la coulée, et un béton d'une fluidité accrue grâce au dosage en fines à 440 kg/m3 et à l'usage de granulats 0-16 mm au lieu de 0-20 mm.

MAITRE D'OUVRAGE : Fédération des chasseurs du Jura.

MAITRISE D'OEUVRE : Atelier 71 ; Christophe Brisé, Architecte.

GROS OEUVRE : Gentelet.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Béton brut pour l'école d'architecture à Marne-la-Vallée

Paré pour la circonstance d'une exemplarité pédagogique, le béton brut de décoffrage, clair et sans défaut, voulu par l'architecte, interdisait tout ragréage. Le velouté du grain est obtenu avec un béton prêt à l'emploi, très fluide, à base de granulats fins. Des coffrages métalliques ont été utilisés pour les parois les plus lisses, et des coffrages en bois pour les parements à cannelures. De gros joints creux viennent masquer les reprises de coulage.

MAITRE D'OEUVRE : Bernard Tschumi.

MAITRE D'OUVRAGE : Dapa/Ministere de la Culture.

ENTREPRISES : Campenon bernard, Orsa betons.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Désactivé et imprimé à Ris-Orangis

La place du marché de Ris-Orangis est totalement réaménagée avec un sol béton qui associe trois finitions : du béton désactivé chargé de granulats rose porphyre, du béton imprimé imitant le pavé parisien et du béton balayé. Ces finitions ont été choisies pour leur rendu esthétique, leur résistance et leur simplicité d'entretien.

MAITRE D'OUVRAGE : Commune de Ris-Orangis.

MAITRE D'OEUVRE : Atelier d'assistance technique.

ENTREPRISE : Sotravia.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Pont-cadre à Rouen : des voiles ouvragés sans raccord visible

Sur le chantier TEOR (transports est-ouest de l'agglomération rouennaise), Quillery vient de réaliser, en moins de trois mois, un pont-cadre, dit « bretelle Nansen », long de 38 m pour une hauteur variable de 5,80 à 7,10 m. Pour répondre aux exigences esthétiques de la maîtrise d'oeuvre, il a fallu allier qualité des produits mis en oeuvre et organisation rigoureuse du chantier. L'outil coffrant, fabriqué par Péri (mixte Vario GT 24), était composé de trois modules de 7,20 2,50 m, acheminés depuis Meaux (Seine-et-Marne) par convoi exceptionnel. Les matrices souples en polyuréthane (type no 102 Prewi grave de marque Soceco) ont été collées en usine sur le contreplaqué brut. Après application au pulvérisateur manuel d'une cire de démoulage, le béton a été mis en place avec une benne équipée d'une manche souple de 7 m de long qui réduit les chutes de béton à 50 cm de haut. Le béton a été vibré quasiment en continu avec une aiguille de 50 mm de diamètre. La formulation du béton, fin et fluide, a été à la hauteur des enjeux : ciment CPA CEM 1 52.5 à 400 kg/m3, du sable 0/4, du gravillon 4/20, du superplastifiant Glenium 27 de chez MBT à 2,4 kg/m3 et de l'entraîneur d'air Micro-Air 200 dilué à environ 0,20 kg/m3. Au résultat, seul un oeil exercé pourrait déceler les raccords.

MAITRE D'OUVRAGE : Communauté d'agglomération de Rouen.

ASSISTANT AU MAITRE D'OUVRAGE : Sogeti.

MAITRISE D'OEUVRE : Gmot, groupement regroupant notamment Systra, Sodeteg et Attica.

ENTREPRISE GENERALE : Quillery.

FONDATIONS SPECIALES : Solétanche.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Du préfabriqué lasuré pour imiter le style Baltard

Sur l'énorme chantier du centre commercial du Val d'Europe à Marne-la-Vallée (100 000 m2 de Shon), le cabinet d'architectes Lobjoy et Associés a développé le projet fourni aux investisseurs par le consultant américain Graham Gund. Pour réaliser la façade du centre commercial qui imite un style fin XIXe (structure métallique, verrières, grands volumes), l'équipe française sur ce projet a opté pour une structure béton avec accrochage d'éléments en béton préfabriqués - dont la plupart pèsent de 7 à 9 t - à surfaces et finitions particulièrement soignées. Sur la façade de l'ouvrage est appliquée une lasure verte qui lui donnera son aspect métallique. Ce travail a été mis au point avec la collaboration du spécialiste des bétons architectoniques Jean-Pierre Aury.

MAITRE D'OUVRAGE : Cegece.

CONSULTANT THEMATIQUE : Graham Gund.

ARCHITECTES : Lobjoy et Associés.

MAITRE D'OEUVRE D'EXECUTION : Otra.

ENTREPRISES : Sicra, Sogea, Fougerolle.

BETONS PREFABRIQUES : Epi.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Béton blanc poli pour bâtiment universitaire à Cergy-Pontoise

« Le béton blanc contient en lui-même sa propre finition aime à souligner l'architecte, et sa mise en oeuvre suscite davantage de soins que celle du béton gris ». Toutes les parois du bâtiment sont ici de béton blanc poli « miroir » en 3 à 5 passes de pouçage, voire davantage. Les granulats sont de marbre blanc des Pyrénées concassé. La continuité d'aspect a été obtenue par un stockage des sables et des graviers correspondant à la totalité des besoins du programme. Chaque livraison a été contrôlée en couleur et granulométrie.

MAITRE D'OUVRAGE : conseil général du Val D'oise.

ARCHITECTE : Michel W. Kagan.

ENTREPRISE GENERALE : Savouré.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Précis du droit de la commande publique

Précis du droit de la commande publique

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur