En direct

Evénement

Chantiers à venir dans les départements Morbihan

nathalie bougeard |  le 28/03/1997  |  CulteArchitectureMorbihanFrance Professionnels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Culte
Architecture
Morbihan
France
Professionnels
Valider

Selon Alain Tournaire, architecte des Bâtiments de France dans le Morbihan, si le volet « emploi » du plan Patrimoine et Emploi posera des problèmes à des entreprises déjà très sollicitées, son principal souci est de voir aboutir la convention qu'il a préparée entre l'Etat et le conseil général du Morbihan.

« Ce n'est pas simple pour le département : jusqu'à présent, dans le cadre du patrimoine rural non protégé, le conseil général finançait les opérations à hauteur de 17,5 %. Aujourd'hui, nous leur demandons de passer à 25 %, sans savoir d'ailleurs si les deux systèmes coexisteront. En revanche, en travaillant avec nous, ils parviendront à mieux contrôler la qualité des opérations réalisées », estime Alain Tournaire. Pour sa part le conseil général réserve sa décision.

Autre souci de l'ABF : pouvoir atteindre la barre des 51 % de financement accordés aux propriétaires des éléments patrimoniaux concernés. Pour ce faire, il faut que le conseil régional s'engage - pour l'heure, il réserve sa réponse -, et que des crédits européens viennent en complément. « Dans la mesure où l'enveloppe Feder est déjà sollicitée par la Drac pour les gros travaux des monuments historiques, il sera difficile d'en faire profiter également le petit patrimoine non protégé. »

Moins « ciblée » que le projet commun aux Côtes d'Armor et à l'Ille-et-Vilaine, qui porte sur la restauration des moulins de la Rance, la démarche morbihannaise inclut beaucoup de choses : églises, chapelles, ossuaires, murs de clôtures des cimetières, des domaines et des châteaux, calvaires et monuments aux morts, fontaines et lavoirs, maisons d'habitation présentant un caractère architectural, et ouvrages maritimes, notamment les quais et les cales. Déjà une quinzaine de dossiers seraient susceptibles de bénéficier de ce financement. « Il s'agit de dossiers classés sans suite dans la procédure d'aide au patrimoine rural non protégé, et qui pourraient très bien s'inscrire dans ce nouveau type de financement », explique Alain Tournaire. La convention prévoit un plafond de 3 millions de francs de travaux chaque année.

PHOTO : la chapelle Sainte-Barbe au Faouet.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur