En direct

Cessions, transmissions… Les groupements anticipent

Yannick Le Goff |  le 21/11/2018

Pour les groupements, plusieurs raisons peuvent provoquer des pertes d'adhérents.

Pour cause de pyramide des âges, l'enjeu va prendre de l'ampleur dans les années qui viennent. Pour se protéger, les groupements doivent réagir et travailler le lien avec leurs membres.

En 2017, suite à une étude auprès de ses membres, la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA), organisation professionnelle qui regroupe près de 200 enseignes de tous les secteurs(1) , révélait que 15 % du parc de magasins des adhérents auraient probablement changé de mains d'ici à 2022. Les années qui viennent s'annoncent particulièrement riches en transmissions plus ou moins maîtrisées, dont certaines se concluront donc par des disparitions. L'enjeu est évidemment important pour les entreprises, pour ceux qui y travaillent comme pour ceux qui les possèdent… mais également pour les enseignes qu'elles représentent.

Vieillissement. Les raisons de ces changements sont multiples. Le vieillissement des dirigeants-propriétaires semble arriver largement en tête. « Au regard de l'évolution de la pyramide des âges, le nombre des transmissions va aller en augmentant au cours de la prochaine décennie et nécessite la mise en place d'outils, notamment financiers, de la part des groupements, pour les accompagner », affirme Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA. « La cause, c'est le vieillissement ; le risque, c'est sa non-anticipation, tant du côté de l'adhérent que de celui du groupement qui n'a pas su tirer la sonnette d'alarme suffisamment tôt », prolonge Philippe de Beco, président de Socoda, en mentionnant « les appétits croissants de certains groupes intégrés » en tant que cause de l'accroissement probable du nombre de ces changements de mains dans les années à venir. « Certains, en fonction de la conjoncture et/ou de leurs objectifs, préfèrent parfois acheter la croissance plutôt que de prendre le temps de la générer en interne », affirme-t-il. Et cette cause est beaucoup plus difficile à anticiper, « d'où une importance accrue pour des dispositifs de protection des réseaux », poursuit Philippe de Beco.

Rareté. Même si le problème posé aux groupements par les [...]

Cet article est réservé aux abonnés Négoce, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur