Cessions immobilières record de l'Etat en 2007
L'année 2007 a été marquée par la vente du Centre de conférences international de l'avenue Kléber, à Paris, à une société qatarie, pour un peu plus de 400 millions d'euros. Il sera réaménagé en palace. - ©

Cessions immobilières record de l'Etat en 2007

Defawe Philippe |  le 16/01/2008  |  France entièreCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Immobilier
Collectivités locales
Valider

808 millions d'euros, c'est le montant des cessions immobilières de l'Etat français réalisées en 2007. Un succès pour le ministre du Budget et des Comptes publics, Eric Woerth, qui s'était fixé comme objectif 500 millions d'euros.

Ce montant "excède encore le produit de 2006 (799 millions)", a indiqué M. Woerth lors de son audition devant la commission des finances de l'Assemblée nationale.
"Pour 2007, comme pour 2006, les résultats de cession sont excellents et la contribution au désendettement s'est établie autour de 15%", a précisé le ministre, affirmant que "l'intérêt financier de ces opérations pour l'Etat est donc établi".

En 2008, l'Etat a prévu pour 600 millions d'euros de cessions immobilières. "Si une administration ne remplace pas un départ à la retraite sur deux, mutualise ses fonctions support et divise par deux le nombre de ses directions de centrale, elle a besoin de surfaces plus réduites. Il faut le quantifier, le planifier et accompagner le ministère dans cette réduction", a expliqué aux députés M. Woerth.
Il a également annoncé qu'une "clause d'intéressement aux plus-values ultérieures" serait appliquée aux ventes à venir en 2008 afin d'éviter la spéculation aux dépends de l'Etat.
"Elle permettra de garantir que l'Etat réalise bien la cession à la valeur de marché, puisqu'une telle clause dissuade le spéculateur mais pas l'acquéreur prêt à payer le vrai prix", a-t-il expliqué.

Eric Woerth a également souhaité expérimenter une "location longue durée" à la place de la cession définitive pour certains types de biens, "afin qu'ils puissent revenir dans le patrimoine de l'Etat à terme et après un bon entretien".
Il a aussi insisté sur une "meilleure mutualisation des produits immobiliers" entre les différents ministères, pour éviter des situations "où certaines administrations sont logées dans des bâtiments trop grands alors que d'autres ont des besoins mais restent locataires".

Une vente très critiquée


Le gouvernement avait dû faire face à de vives critiques concernant la vente des locaux de l'Imprimerie nationale situés à Paris dans le XVe arrondissement. Les bâtiments avaient été vendus 85 millions d'euros en 2003 au fonds d'investissement américain Carlyle et rachetés récemment pour 376,7 millions d'euros au profit du ministère des Affaires étrangères.
Selon un rapport de l'Inspection générale des finances, le prix de vente aurait été inférieur d'une dizaine de millions d'euros au prix du marché.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur