Le moniteur
Ces artisans qui exportent : Stéphane Lerre, charpentier-couvreur, raconte !
Stéphane Lerre

Ces artisans qui exportent : Stéphane Lerre, charpentier-couvreur, raconte !

Laurent Duguet |  le 18/12/2018  |  Artisan charpentierArtisan couvreurExportMoi, artisan 100 % gros œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Artisan charpentier
Artisan couvreur
Export
Moi, artisan
100 % gros œuvre
Valider

Stéphane Lerre, 50 ans, dirige l’entreprise de charpente-couverture qu’il a reprise il y a vingt ans avec son père, à Haubourdin dans le Nord. Et travaille en Suisse, comme en Ouzbékistan ou au Sénégal. Témoignage.

« Quand j’ai repris l’entreprise de charpente couverture avec mon père en 1997, j’ai souhaité la diversifier en proposant une assistance à maîtrise d’ouvrage, en raison de ma formation d’origine en économie de la construction. Ca ne s’improvise pas ! Nous avons débuté cette activité en Suisse et en Ouzbékistan, pour des villas hors norme. Il s’agit d’accompagner le maître d’ouvrage dans l’acte de construire en vérifiant la compatibilité de l’ensemble des intervenants.

Élu à la chambre des métiers, j’ai fait partie, en 2014, d’une délégation au Sénégal pour observer les opportunités sur le terrain. J’y suis retourné régulièrement, à tel point que je passe 10 jours par mois à Dakar, où j'ai tissé des partenariats avec des entreprises locales de construction qui ont monté un groupement, pour lequel j’ai une mission AMO. Nous avons répondu à un appel d’offres pour l’éradication des abris provisoires. Cela consiste à réaliser 7 000 classes en bloc modulaire ou construction classique dans tout le Sénégal, en remplacement des salles de classes en paille. Le dernier lot sera attribué en avril prochain et ce marché va représenter 50% du CA de l’entreprise.

Je n’ai aucune stratégie particulière sinon celle de trouver des marchés spécifiques et de ne pas rester cloisonné à la charpente couverture. L’un des objectifs est, non pas d’envoyer nos compagnons à l’étranger pour réaliser des chantiers, mais d’apporter un échange de compétences dans notre domaine. Tandis que mon épouse développe l’entreprise en France, je diversifie l’activité à l’étranger. Depuis 2013, toute l’organisation de l’entreprise s’est orientée vers l’autonomie des salariés pour me permettre de prospecter à l’export. Sur place, où nous disposons de bureaux connectés, le plus difficile reste d’apporter une solution technique avec des financements adaptés. En la matière, il convient d’être bien conseillé par des acteurs locaux ».

Commentaires

Ces artisans qui exportent : Stéphane Lerre, charpentier-couvreur, raconte !

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur