En direct

CERTIFICATION QUALITE Scherberich vainqueur d'une course d'obstacles de quatre ans

Laurent Miguet |  le 24/09/1999  |  QualitéNormesBétonHaut-RhinBas-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Qualité
Normes
Béton
Haut-Rhin
Bas-Rhin
France
Immobilier
Réglementation
Technique
Produits et matériels
Valider

La ténacité de l'alsacien Scherberich a payé : après une course d'obstacles de près de quatre ans, le généraliste colmarien du BTP a obtenu en juillet la certification ISO 9002, délivrée par l'Association française pour l'assurance qualité (Afaq) pour ses activités de gros oeuvre et de béton prêt à l'emploi. « L'engagement de la démarche, à la fin 1995, ne découlait pas de la pression de nos donneurs d'ordre. Nous voulions faire le point sur nos savoir-faire et nos performances », souligne Philippe Scherberich, directeur général. Cette volonté résultait de la prise de fonction de la quatrième génération de dirigeants à la tête de l'entreprise famililale. La retraite de René Scherberich, père de Philippe et actuel président du conseil de surveillance, a coïncidé avec la fin de carrière de toute une équipe de cadres. Ce contexte explique la mission confiée au début 1996 à Vincent Martin, jeune responsable d'assurance qualité : amener l'entreprise à la certification en moins de deux ans « en prenant soin d'éviter d'enfermer l'activité dans un carcan de procédures », précise Philippe Scherberich. Trois contretemps imprévisibles sont venus contrarier ce calendrier : frappée par la crise en 1996 et 1997, l'entreprise a vu ses effectifs passer de 230 à 150 salariés. Le décès du chef du département TP a conduit Scherberich à différer la certification de cette activité. Enfin, la PME a perdu à mi-chemin le consultant qui l'avait accompagnée au début de sa démarche : CEP a abandonné son activité de conseil en qualité après son absoption par Veritas.

Ces années difficiles ont validé la stratégie qui fonde l'identité de Scherberich : compenser les fluctuations des marchés de gros oeuvre (plus de 50 % du chiffre d'affaires) par la diversité des activités. La centrale à béton intégrée au groupe limite son rayon d'action à l'Alsace centrale, délimitée par les agglomérations de Colmar (Haut-Rhin) et Sélestat (Bas-Rhin). Seule l'activité Monuments historiques, indépendante du béton, rayonne du nord au sud de l'Alsace. En promotion, Scherberich se prépare à mettre fin à la pause liée à l'arrêt des amortissements Périssol : « Nous venons d'obtenir le permis de construire pour 17 logements au sud de Colmar, où le marché semble bien s'adapter au système Besson », annonce Philippe Scherberich.

En mai 2000, l'entreprise espère profiter des audits de validation pour étendre sa certification qualité aux TP, avant de poursuivre la démarche dans la promotion et les monuments historiques. A plus long terme, il lui faudra renouveler un personnel ouvrier dont le tiers est proche de la retraite. L'accord Aubry signé en juin, avec la création de 10 emplois à la clé, marque une première étape dans cette direction.

LES CHIFFRES CLES

Effectif : 160 salariés ;

Chiffre d'affaires : 100 millions de francs, dont :

bâtiment et génie civil : 50 à 60 % ;

travaux publics : 15 % ;

monuments historiques : 15 % ;

promotion : 15 %.

PHOTO : Philippe Scherberich, directeur général : «Nous voulions faire le point sur nos savoir-faire et nos performances ».

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil