Century 21 très sceptique sur les mesures en faveur des locataires

Defawe Philippe |  le 08/01/2008  |  France entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Immobilier
Valider

Le réseau des agences immobilières a fait part, mardi, de son scepticisme sur les mesures annoncées en faveur des locataires, s'inquiétant notamment de la révision du mode de calcul de l'indice de référence des loyers alors que l'inflation repart à la hausse.

Le président Sarkozy avait indiqué fin novembre vouloir indexer l'indice de référence des loyers (IRL) entièrement sur celui des prix à la consommation. Mais pour Sylvain Juteau, directeur de l'administration de biens chez Century 21, la différence finale sur les loyers serait minime.
"Pour un loyer moyen constaté en France de 547 euros au 4e trimestre 2007, la différence de loyer au bout d'un an est de 4,98 euros" par mois si l'on se fonde sur le nouvel indice, a-t-il estimé.
Un écart qui se réduit encore pour les calculs de 2008 "car l'inflation repart à la hausse - +2,73% en novembre -", a-t-il ajouté, "nous pouvons pronostiquer que le gain de pouvoir d'achat moyen, pour les locataires en place, atteindrait 3 euros en décembre 2008".
Selon l'ancien calcul, l'IRL est composé à 60% de l'indice des prix à la consommation, à 20% de l'indice du coût de la construction (ICC) et à 20% de l'indice des prix d'entretien et d'amélioration (IPEA).
Après les déclarations de Nicolas Sarkozy, le Premier ministre François Fillon a annoncé, début décembre, que les loyers seraient indexés sur les prix "dès le 1er janvier". Mais la décision n'a pas encore été entérinée par un vote au Parlement.
Century 21 n'est pas plus optimiste sur les autres changements voulus par le chef de l'Etat : réduction du dépôt de garantie de 2 à 1 mois et caution prise en charge par les assurances.
"L'impact principal" de telles mesures est "une sélection beaucoup plus forte des locataires entrants", a assuré M. Juteau, "les locataires présentant le plus de risques aux yeux des bailleurs seront rejetés vers des logements déjà insalubres et donc sans risque pour le bailleur".
"Les locataires les plus fragiles seront les victimes de ces mesures", a-t-il ajouté. De plus, ces mesures "vont dans le sens d'une restriction de l'offre locative", a-t-il ajouté, les propriétaires-bailleurs "mettant en vente" leurs biens plutôt que de prendre des risques avec des locataires pas assez solvables.
"Ils ne laissent pas de logements vacants, ils les vendent", a-t-il précisé en indiquant que les logements vacants "continuent leur décroissance régulière".
©AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur