En direct

CENTRE Un service complet sur le marché des piscines

jean-jacques talpin |  le 27/08/1999  |  France Collectivités localesLoir-et-CherFormation BTPMarchés publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Collectivités locales
Loir-et-Cher
Formation BTP
Marchés publics
Cher
Loiret
Réglementation
Valider

L'entreprise de Patrick Woestelandt s'est imposée dans la région Centre, où les piscines se vendent à un bon rythme.

Depuis 23 ans, Patrick Woestelandt s'est spécialisé dans la piscine avec aujourd'hui à son actif près de 1 700 bassins aménagés. Certes, la région Centre n'est pas une grande région de plaisirs aquatiques. « Mais ce marché se développe bien dans la région, explique le piscinier qui construit environ 80 bassins par an, même si c'est un marché totalement désorganisé, sans protection du consommateur. »

Combat pour la qualité. Patrick Woestelandt a donc engagé un certain combat pour la qualité : « Les fabricants de kits se sont lancés dans une concurrence féroce avec une guerre des prix qui va à l'encontre de la qualité. Beaucoup d'artisans se sont aussi engouffrés sur ce marché sans maîtriser toutes les compétences. »

Installé à Thénioux, non loin de Vierzon, et à Orléans, Patrick Woestelandt a fait un autre choix, celui d'offrir un service complet, sans sous-traitance : « Nous sommes les seuls à proposer tous les corps de métiers du bâtiment : maçon, plombier, électricien, même la maintenance que plus personne ne veut assumer. »

Dans ce marché très atomisé de la piscine, Woestelandt, avec ses 30 salariés et ses 12 millions de francs de chiffre d'affaires, fait figure d'entreprise moyenne qui a su notamment s'imposer dans les résidences de luxe en Sologne ou les centres médicaux. Une image qu'il veut préserver aujourd'hui par l'intermédiaire d'une centrale d'achat, « Euro services piscines », qu'il a créée il y a cinq ans et dont il est toujours le président.

Ce groupement avec 45 entrepreneurs-actionnaires, 80 millions de francs d'achats annuels et près de 1500 piscines par an revendique une place de leader national. Les nouveaux adhérents du groupement (qui n'est pas une franchise) doivent être cooptés par les membres titulaires et subir une mise à l'épreuve d'un an, « afin de ne garder que les gens sérieux et les entreprises qui tiennent la route ». Donc, pas de recrutement à outrance : « C'est un outil pour défendre notre profession, la crédibiliser et la moraliser. »

PHOTO

Patrick Woestelandt : «Nous sommes les seuls à proposer tous les corps de métiers du bâtiment... même la maintenance.»

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil