En direct

Centre Orléans lance l'opération de la Charpenterie

jean-jacques talpin |  le 15/08/1997  |  Collectivités localesTransportsAménagementLogementTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Transports
Aménagement
Logement
Transports mécaniques
Loiret
Loire
Architecture
Valider

- La ville veut achever la restructuration de son centre ancien. - Un programme réunissant parking souterrain, complexe cinématographique et logements.

Après avoir engagé la restructuration des quartiers Châtelet et Dessaux, la ville d'Orléans veut achever son programme d'aménagement dans le centre historique, avec l'opération de l'îlot de la Charpenterie.

Situé en bord de Loire, cet îlot de 15 000 m2 abrite un bâtiment servant à la fois de parking et de marché couvert. A proximité, une vaste place, hérissée de « champignons » ou de « parapluies » en bois, accueille quatre fois par semaine les étals des commerçants.

Afin de conserver les marchés sur place, la ville a décidé d'étaler ce programme urbain en deux ou trois phases, avec en priorité l'aménagement de la partie nord occupée par le marché couvert et le parking. Ce projet vient de déboucher sur la désignation, après concours, du cabinet d'architectes Tudelle (avec GEC SA comme bureau d'études) pour définir le parti d'aménagement, assurer la coordination des travaux, réaliser un parking et remplir une mission d'architecte en chef de la future ZAC.

La première phase porte sur la construction d'un parking public souterrain de 500 à 600 places sur cinq niveaux, d'un complexe cinématographique de dix salles et 2 000 fauteuils et d'environ 60 logements. Par cette opération « exemplaire », le maire Jean-Pierre Sueur veut tout à la fois « reconstruire la ville » et rééquilibrer le centre-ville, désaxé depuis la réalisation, au nord, du centre commercial « Place d'Arc ».

Une passerelle sur la Loire ?

Mais ce gros projet, dont seule l'esquisse est aujourd'hui connue, devra d'abord lever quelques hypothèques portant sur la réalisation du parking souterrain. Il faudra en effet mener une campagne de fouilles archéologiques qui dureront entre six et dix mois, tandis que des sondages devront être réalisés jusqu'à 28 m de profondeur. Le niveau inférieur du parking descendra jusqu'à 8 m sous le niveau de la Loire, ce qui pose des problèmes de stabilité, d'étanchéité, et bien évidemment de coût. Les premières fouilles archéologiques sont lancées dès cet été, tandis que la ZAC, qui pourrait être concédée à la Semdo (société d'économie mixte de développement de l'Orléanais), devrait être créée à l'automne, avec un démarrage des travaux au plus tôt à l'été prochain pour une livraison du programme en 2000.

Une seconde phase devrait alors être engagée. Les « champignons » de bois seront détruits pour laisser place, en partie, à une vaste halle accueillant les marchés. Une passerelle pour cycles et piétons pourrait partir de cette place pour traverser la Loire et relier le quartier sud de Saint-Marceau, lui aussi en pleine évolution. Ce lien par-dessus le fleuve royal marquera alors, à l'horizon 2003-2005, la fin de la reconquête du centre-ville historique d'Orléans.

PHOTO : Le parking sera remplacé par un parking souterrain et les «champignons» par une halle pour les marchés.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur