Energie

Ce que les Français attendent de leur chauffage

Mots clés : Equipements techniques et finitions

Une enquête on-line Ipsos Observer ((1) pour l’association Via sèva, installe un baromètre annuel qui recueillera et mesurera les souhaits des Français pour leur vision du monde énergétique de demain.

En France, plus de la moitié de l’énergie consommée l’est actuellement sous forme de chaleur, et ce principalement pour le chauffage des bâtiments résidentiels et tertiaires. Avec seulement deux sources d’énergie (40% gaz et 40% électricité) pour chauffer plus des trois quarts de la population, le paysage énergétique actuel laisse peu de place aux alternatives.

59% des citadins interrogés se disent chauffés au chauffage individuel contre 33% au chauffage collectif et 6% par un réseau de chaleur. Côté satisfaction, si 76% s’estiment globalement satisfaits de leur mode de chauffage actuel, seul un quart l’est totalement.

C’est le mode de fonctionnement très simple (53%), la possibilité de régler la température (37%), la simplicité de son entretien (32%) qui ressortent le plus positivement. A l’inverse, le montant élevé de leur facture d’énergie (46%), son augmentation régulière (41%) et le confort apporté (25%) sont les motifs d’insatisfaction les plus souvent cités. Ces insatisfactions sont encore plus marquées lorsqu’il s’agit d’électricité (62%, 44% et 36%).

 

Besoins d’informations sur le ENR

 

Cette enquête révèle également que la moitié des interrogés n’a encore jamais eu l’occasion de s’informer sur les énergies renouvelables pour leur chauffage. L’élément déclencheur pour qu’ils s’y intéressent pourrait être une baisse de leur prix pour 42 % d’entre eux, ou un projet de changement de mode de chauffage dans leur immeuble ou leur ville (30%).

 

 

En revanche, près de 40% des Français sont prêts à voir leur facture augmenter pour se chauffer plus vert. Un pourcentage qui pourrait être revu à la hausse avec un meilleur niveau d’information. Les sondés s’estiment en effet mal renseignés sur les différents choix possibles en la matière et attendent des pouvoirs publics qu’ils communiquent sur les avantages et inconvénients des différentes solutions de chauffage existantes.

 

Chauffage de demain

 

Selon les personnes interrogées, le chauffage idéal doit être économique (62%), leur offrir un confort maximal (47%), être réglable individuellement (34%) et leur assurer une facture stable dans le temps (31%).

Les énergies plébiscitées pour cela sont le solaire (pour un quart), la récupération de chaleur – chaleur produite par les industries, la valorisation des déchets, les eaux usées, les datas centers, … – (19%), la géothermie (18%) ou encore le gaz naturel (18%) alors que le bois-énergie – principale énergie renouvelable en France- ne remporte que 6% des suffrages. Cependant, à la question « quelles sont, selon vous, les sources d’énergie d’avenir ? », le trio de tête ne reflète pas tout à fait la même réalité, puisque seules des énergies vertes sont citées : solaire (63%), récupération de chaleur (55%), et géothermie (50%).

L’enquête révèle qu’en matière de chauffage, les Français veulent décider seuls. Non seulement ils veulent gérer leur chauffage de manière autonome, mais plus de 3 Français sur 5 n’attendent pas des pouvoirs publics qu’ils soient décisionnaires en la matière. En revanche, ils espèrent de ces derniers une incitation fiscale pour les aider à disposer d’un chauffage moins polluant.

 

L’avenir ? Les réseaux de chaleur

 

Chauffage central à l’échelle d’un quartier voire d’une ville, les réseaux de chaleur valorisent les énergies renouvelables ou de récupération locales afin d’offrir à leurs utilisateurs un chauffage écologique dont la facture est stable dans le temps. Aujourd’hui, selon l’enquête annuelle du SNCU (Syndicat Nationale du Chauffage Urbain et de la Climatisation Urbaine), la part des énergies vertes au sein du bouquet énergétique des réseaux atteint en effet 36% (soit une hausse de 25% depuis 2005) et la profession s’est fixée un objectif de 50% d’ici à 2020. De plus, le comparatif du cout global (abonnement et consommation) des différents modes de chauffage*, publié cette année par AMORCE, démontre que les réseaux de chaleur vertueux (avec plus de 50% d’énergies vertes) sont la solution la plus compétitive en moyenne.

 

 

« 8 Français sur 10 ne connaissent toujours pas les réseaux de chaleur», souligne Guillaume Planchot, Président de Via sèva. «Pourtant les qualités environnementales, les performances énergétiques et la contribution pour lutter contre la précarité énergétique des réseaux de chaleur ont été reconnues par le Grenelle de l’environnement et devraient être au cœur des discussions sur la transition énergétique ».

Pourtant, après explication, ils perçoivent aussitôt ses qualités et estiment qu’un raccordement au réseau de chaleur leur permettrait de bénéficier non seulement d’un chauffage écologique mais aussi d’une facture d’énergie maitrisée et stable. « Cette enquête nous démontre que les énergies de récupération apparaissent à juste titre de plus en plus attractives aux Français. Or, à ce jour, les réseaux de chaleur sont le seul vecteur permettant de les réutiliser et de les mutualiser pour les transporter au cœur des villes », poursuit Guillaume Planchot.

C’est sans doute pour ces raisons que 87% des sondés se montrent intéressés par un raccordement au réseau de chaleur à titre personnel. Ils sont même 55% à le qualifier comme mode de chauffage d’avenir. « Les acteurs des réseaux de chaleur, regroupés au sein de Via sèva, ont clairement un défi à relever, en synergie avec les pouvoirs publics, pour faire connaître cette solution durable et économique qui s’inscrit parfaitement dans les objectifs de la transition énergétique » conclut Guillaume Planchot.

 

*  Réseau de chaleur vertueux, moyenne réseau de chaleur, chauffage collectif gaz, chauffage individuel gaz, chauffage électrique et chauffage fioul collectif

 

 

En savoir plus

Les Français et le chauffage

 

 

 

 

Focus

Via Sèva

Via sèva est le point de rencontre et d’échanges entre les gestionnaires des réseaux de chauffage et de climatisation, les collectivités territoriales, les organismes publics, les industriels, les équipementiers, les conseils en urbanisme et architecture et les associations d’utilisateurs. L’objectif de l’association est de favoriser la compréhension du grand public sur le fonctionnement des réseaux de chaleur et de froid.

www.viaseva.org

(1) Réalisée en avril 2014 auprès d’un échantillon représentatif de 1000 personnes, habitant en appartement dans les villes françaises de 20 000 habitants et plus.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X