En direct

CDG Express: voici les deux scénarios que le préfet propose au gouvernement
Le CDG Express devra relier à compter du 1er janvier 2024 -quelques mois avant les JO- la gare de l'Est, au centre de Paris, au terminal 2 de l'aéroport de Roissy. Le trajet de 32 km, sans arrêt, coûtera 24 euros. - © Ministère des Transports
Décryptage

CDG Express: voici les deux scénarios que le préfet propose au gouvernement

Florent Maillet, avec AFP |  le 13/05/2019  |  Travaux publicsCDG ExpressGrand ParisJO 2024

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Travaux publics
CDG Express
Grand Paris
JO 2024
Valider

Le premier propose une mise en service de l’infrastructure à temps pour les JO 2024, au prix d’une longue interruption du RER B. Le second scénario étire l’agenda de réalisation jusqu’en 2025. L'exécutif, favorable au projet, doit se décider ces prochains jours.

Les discussions promettent d'être animées, tant cette infrastructure fait débat. Le préfet de la région Ile-de-France Michel Cadot a indiqué vendredi 10 mai 2019 avoir proposé deux scénarios au gouvernement pour la réalisation du CDG Express, proposant une mise en service à temps pour les jeux Olympiques de 2024 moyennant une longue interruption du RER B, ou fin 2025.


Pour rappel, la ligne ferroviaire CDG Express doit relier directement la gare de l'Est, dans le centre de Paris, au terminal 2 de l'aéroport de Roissy. Le trajet doit durer vingt minutes et coûter 24 euros.

Un secteur saturé de "grands chantiers"


Mais ce projet est contesté par de nombreux habitants et élus d'Ile-de-France, qui craignent notamment que les travaux ne perturbent trop les lignes de trains de banlieue au nord de Paris -en particulier le RER B-, d'autant que 15 chantiers importants sont prévus ces prochaines années dans ce secteur, notamment pour le Grand Paris Express.

Sur le même sujet CDG Express : le contrat de concession signé, l’agenda de réalisation attendu

Le préfet propose "deux scénarios, techniquement réalisables, permettant de réaliser les travaux dans des conditions acceptables pour les usagers".
Le premier envisage une mise en service du nouveau train en mai 2024, mais avec "une nécessaire réduction du service" jusque fin 2025, le temps de terminer les travaux. Ce scénario exigerait notamment pour le RER B une fermeture complète de la partie nord pendant trois semaines à l'été 2023, ainsi que de nombreuses fermetures anticipées de la ligne à 23 heures.

SNCF Réseau n'aurait pas de marge dans un tel scénario, d'où des risques de perturbations et de retards.

"Surcoût important" dans le second scénario


La seconde option prévoit une livraison du CDG Express après les JO, en décembre 2025, en étalant les chantiers. Elle prévoit essentiellement pour le RER B davantage de coupures le week-end sur la période 2021-23.

Ce second scénario aurait un surcoût "important", qui obligerait l’État à augmenter son prêt au concessionnaire "et aurait un impact plus marqué sur le tarif de la taxe pour les voyageurs aériens" qui doit en partie financer le CDG Express, selon le rapport du préfet.

Sur le même sujet Keolis et RATP Dev vont exploiter la future liaison CDG Express

Les collectivités favorables au second scénario


Le groupe ADP, gestionnaire des aéroports de Paris, la Délégation interministérielle aux jeux Olympiques et Paralympiques (Dijop), et la société de projet CDG Express se sont prononcés en faveur du scénario 1, tandis que les régions Ile-de-France et Hauts-de-France, Ile-de-France Mobilités, la ville de Paris, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne préfèrent attendre fin 2015.

Sur le même sujet Le CDG Express fait face à une fronde grandissante en banlieue parisienne

La ministre des Transports Elisabeth Borne -qui a signé le contrat de concession début février- a de son côté dit à plusieurs reprises qu'elle préfèrerait retarder la mise en service de la ligne si les perturbations devaient être trop importantes pour les voyageurs de banlieue.

La balle est maintenant dans le camp du Premier ministre Edouard Philippe.

Le CDG Express doit coûter 2,1 milliards d'euros, financés par la Caisse des dépôts, ADP et SNCF Réseau, aidés par un prêt de l'État. Sur cette somme, 500 millions doivent aller à l'amélioration du RER B, selon Elisabeth Borne.

Commentaires

CDG Express: voici les deux scénarios que le préfet propose au gouvernement

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean claude

14/05/2019 07h:45

On pénaliserai les transports en commun, alternative à la voiture pour développer les voyages en avion.? Vous avez entendu parler du réchauffement climatique ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Joelle

01/06/2019 09h:32

Oui tres bonne solution car les gens qui vont au travaillent prioritaire au vacanciers et des etrangers

Votre e-mail ne sera pas publié

audaces

03/06/2019 09h:47

entre 2025 et 2024 quelle est la difference pour les retards de chantiers?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur