Environnement

Catastrophe de l’AZF : Thierry Desmarest en désaccord avec la justice

Mots clés : Energie nucléaire

Le président du groupe TotalFinaElf Thierry Desmarest a affirmé ce 30 août 2002 qu’il n’est « absolument pas d’accord avec les dernières explications données par la justice », attribuant à un mélange accidentel de produits chlorés avec 300 tonnes de nitrate d’ammonium l’explosion de l’usine toulousaine AZF le 21 septembre 2001.
A l’issue d’une rencontre au sujet du plan social avec les salariés de l’usine qui doit définitivement fermer, M. Desmarest a déclaré qu’il les avait aussi assurés de sa volonté « de chercher la vérité sans préjugé » sur les causes de l’explosion qui a fait 30 morts et plus de 2000 blessés. Le président de TotalFinaElf s’en est vivement pris à la thèse des experts judiciaires privilégiant la piste d’un « accident chimique » favorisé par une série de négligences en matière de sécurité, qui a débouché en juin sur 13 mises en examen dont celle de l’ancien directeur de l’usine Serge Biechlin et de 8 cadres de l’usine. « La justice a donné successivement trois ou quatre explications, chacune démontant la précédente, nous ne sommes absolument pas d’accord avec les dernières explications », a déclaré M. Desmarest estimant que la piste du mélange accidentel nitrate-chlore n’est « pas probante ».

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X