Carlita, la nouvelle assistante française des compagnons carreleurs

Carlita, la nouvelle assistante française des compagnons carreleurs

Constance Rumé |  le 12/05/2021  |  100 % second œuvreCarrelageVie du BTPSanté au travailFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % second œuvre
Carrelage
Vie du BTP
Santé au travail
France
Valider

Avec son prénom de femme fatale, Carlita pourrait bien devenir l’alliée indispensable des carreleurs. Conçue par deux professionnels du BTP, cette machine assiste le professionnel dans la manipulation et la pose de carrelage grâce à un bras articulé. Une levée de fonds a été lancée pour son développement.

Carlita a été imaginée par Serge Sémété, ingénieur de formation, et son associé. Ensemble, ils créent la start-up Robotile et un premier prototype de la machine en 2020. Ils croient en cette solution pour réduire les efforts et les troubles musculo-squelettiques tout en améliorant les rendements, et veulent faire connaître Carlita au plus large public.

C’est en observant, la tendance actuelle à utiliser des formats de carrelage et dallage de plus en plus grands que les fondateurs ont cherché à améliorer les conditions de travail des compagnons. À titre d’exemple, un carreau de format classique 60 x 60 cm dépasse souvent les 9 kg, soit l’équivalent d’un pack de 6 bouteilles d’eau.

Mais qui est vraiment Carlita ?

Grâce à son bras articulé muni de quatre ventouses, Carlita peut tracter et stocker jusqu’à 10 m2 de carreaux aux formats multiples, mais d’une surface maximale d’1 m2. Les dalles peuvent ensuite être posées rapidement et sans efforts le long du lit de colle sans entraver le geste de pose. Notons que la concurrente  allemande ne possède qu’une ventouse, rappelle Serge Sémété. Avec ce fonctionnement la pose s’effectue debout. Les efforts musculaires du carreleur se voient alors réduits de 35 %, selon les calculs du constructeur.

Composée de sept pièces démontables, la carreleuse mécanique est aisément transportable dans un véhicule utilitaire. Elle fonctionne sur secteur ou sur batterie avec une autonomie annoncée d’une journée. « Nous avons voulu un système très simple, pour que les compagnons puissent assurer eux-mêmes les réparations en cas de casse », précise Serge Sémété.

Une production en série pour 2022

Déjà vendue en France et en Allemagne, Carlita vise aussi des pays où la main d’œuvre est coûteuse comme au Lichtenstein, en Suisse, ou encore au Luxembourg. Serge Sémété prévoit la vente d’une soixantaine d’exemplaires d’ici fin 2022. Pour y parvenir, il souhaite accélérer le développement de son produit-phare et passer sur une production en série. D’où l’importance de la levée de fonds.

L’arrivée de Carlita sur le marché français s’inscrit dans un contexte fort où la machine s’impose de plus en plus comme un auxiliaire indispensable. Parmi les investisseurs potentiels, on retrouve des business angels prêts à surfer sur la vague des technologies d’assistance physique aussi bien que des industriels du BTP ou des entreprises de promotion marketing.

Commentaires

Carlita, la nouvelle assistante française des compagnons carreleurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil