En direct

Carbone : Les sujets chauds de Sa Majesté
- ©

Carbone : Les sujets chauds de Sa Majesté

eric Leysens |  le 17/09/2008  |  InternationalEquipementProduits et matérielsEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
International
Equipement
Produits et matériels
Europe
Valider

Mercredi s’est tenu un procès qui fera sans doute date pour le secteur électrique britannique. L’origine de l’affaire remonte au mois d’octobre dernier. Six militants de Greenpeace grimpent sur l’une des cheminées de la centrale au charbon de Kingsnorth et y inscrivent en lettres blanches le prénom du Premier ministre : Gordon.

Mercredi s’est tenu un procès qui fera sans doute date pour le secteur électrique britannique. L’origine de l’affaire remonte au mois d’octobre dernier. Six militants de Greenpeace grimpent sur l’une des cheminées de la centrale au charbon de Kingsnorth et y inscrivent en lettres blanches le prénom du Premier ministre : Gordon.

Le sang des dirigeants d’E.ON UK ne fait qu’un tour. Et l’entreprise assigne devant la justice les activistes pour violation de propriété. Sans oublier de leur réclamer 30 000 livres pour rembourser les dégâts causés par leur intervention. Hélas, le jury populaire qui siégeait mercredi n’a pas suivi ces demandes. Reconnaissant aux "six de Kingsnorth" l’excuse légale d’avoir agit selon leur conscience pour prévenir ce qu’ils considèrent comme un crime (le renforcement de l’effet de serre), les jurés ont relaxé les militants. Ce verdict n’est, en soi, pas surprenant.
Il est régulièrement repris, souvent avec succès, par les avocats des écologistes qui tentent d’empêcher pacifiquement la construction d’autoroutes, d’incinérateurs, d’usines chimiques ou la plantation d’OGM.

Durcissement logique
Le problème est qu’il ne pouvait pas plus mal tomber pour le gouvernement Brown. Le successeur de Tony Blair entend, en effet, asseoir la production électrique du Royaume-Uni sur le triptyque charbon, nucléaire, éolien. Or, les opposants aux deux premières filières sont légion. D’ores et déjà, des centaines de militants sont en attente de leur jugement pour avoir occupé une ancienne mine de charbon dans le Derbyshire dont British Coal souhaite la réouverture. On ne compte plus les trains transportant du charbon qui sont aussi arrêtés par des partisans de Leave It In The Ground. Et gageons que les chantiers des prochains réacteurs nucléaires donneront lieu aux mêmes empoignades que celles qui ont opposé, cet été, écolo et policiers devant le Climate Camp de Kingsnorth, justement. Ce durcissement ne doit pas étonner. Voilà des années que les administrations britanniques martèlent que le changement climatique est la menace "Number One" et que tous doivent s’y préparer. Comment, dès lors, s’étonner que des citoyens, souvent soutenus par des scientifiques reconnus, s’opposent frontalement aux entreprises dont l’activité participe au "Global Warming"?

Enerpresse

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur