En direct

Capecobat ouvre la porte des HLM aux artisans

Nohmana Khalid |  le 08/06/2018  |  EnergieConjonctureImmobilierLogementEntreprises

Un portail web doit faciliter l'accès des TPE aux travaux de rénovation énergétique des logements sociaux franciliens.

Capecobat, pour « Cap sur les économies d'énergie du bâtiment ». La Capeb Grand Paris inaugure ce 8 juin, à l'occasion de son assemblée générale, une plate-forme Internet (1) pour aider les artisans à accéder aux marchés publics de rénovation énergétique des logements sociaux franciliens. Si l'outil cible l'Ile-de-France, c'est parce qu'un quart des plus de 4,5 millions de logements HLM de l'Hexagone s'y concentrent - dont plus de la moitié construits avant 1975. Enfin, le gouvernement souhaite que les bailleurs sociaux rénovent 100 000 logements sociaux par an. Or, selon la Capeb Grand Paris, une faible proportion des 45 000 petites entreprises locales du bâtiment se tournent vers le secteur du logement social (lire encadré) .

La complexité des procédures de marchés publics peut les rebuter. Pourtant, les artisans ont la compétence technique pour intervenir sur ce type de chantiers. Ils le font déjà en sous-traitance, bien souvent. « Nous souhaitons leur offrir un accès direct aux marchés des bailleurs sociaux pour qu'ils aient des marges plus importantes, des délais de paiement plus courts, et davantage de références », explique Carole Labaudinière, adjointe du secrétaire général au service économique de la Capeb Grand Paris.

Pour venir en aide aux entreprises artisanales, le dispositif Capecobat comporte trois volets. C'est d'abord un outil d'autodiagnostic en ligne gratuit. Après s'y être créé un compte, l'artisan remplit un questionnaire. En fonction de ses réponses, un accompagnement par les différents services des Capeb franciliennes et un parcours de formation lui sont proposés. Un Mooc gratuit de cinq semaines - le deuxième volet -, ouvert toute l'année, a été spécialement conçu à cet effet. Il sera lancé en octobre, mais les professionnels peuvent s'inscrire dès le 8 juin sur le site de Capecobat. Au programme : les besoins du logement social francilien, les spécificités de ses marchés de rénovation énergétique, le déroulement du chantier, la gestion de la fin des travaux et de l'après-chantier, et enfin, la méthodologie pour répondre à un marché public.

Un outil de sourcing. Dernier volet qui complète le Mooc : des « formations par le geste » sur les plateaux techniques Praxibat. Lancés par l'Ademe, ces lieux d'apprentissage reconstituent les conditions réelles des chantiers avec trois modules au choix : enveloppe, ventilation, éclairage. Le but : se perfectionner et revenir sur les erreurs les plus communes dans le domaine de la rénovation énergétique.

Les artisans ayant suivi ce parcours seront labellisés Capecobat et formeront un réseau de professionnels répertoriés dans un annuaire destiné aux bailleurs sociaux franciliens. Une fiche sur leur entreprise (coordonnées, qualifications, moyens humains et techniques, références de chantiers, etc. ) sera visible sur le site, également outil de sourcing pour les bailleurs. Capecobat ambitionne de donner à terme accès à tous les marchés des bailleurs de la région. Il a aussi vocation à être dupliqué ailleurs et dans d'autres domaines comme la rénovation des copropriétés et des maisons individuelles.

PHOTO - 13385_814880_k2_k1_1919328.jpg
PHOTO - 13385_814880_k2_k1_1919328.jpg
« Ce dispositif va permettre la montée en compétence des entreprises artisanales »

« Les artisans ont des difficultés à répondre à nos marchés de réhabilitation ou d'entretien courant. Ils peinent à réunir les pièces administratives, à proposer des prix adaptés et oublient de remplir une partie du cahier des charges, par exemple en matière de gestion du risque amiante. Par précaution, nous leur imposons de prendre en compte ce dernier, 75 % de notre patrimoine ayant été construit avant 2000. Les marchés lancés sont souvent infructueux en raison de l'impasse faite sur la problématique amiante. Capecobat va permettre la montée en compétence des artisans sur ce point et ainsi leur faciliter l'accès à nos marchés. »

(1) Cofinancé avec le ministère de la Cohésion des territoires, la région Ile-de-France, Qualigaz et l'Ademe, ce projet a été conçu en partenariat avec l'USH, l'Aorif, l'OPPBTP et le GIP Maximilien notamment.

Commentaires

Capecobat ouvre la porte des HLM aux artisans

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur