En direct

Cap Ferrat : la communauté d'agglomération Nice Côte d'Azur décide de construire une station d'épuration

PERRIER François |  le 23/07/2004  |  CorseNiceAlpes-MaritimesPyrénées-OrientalesBouches-du-Rhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Corse
Nice
Alpes-Maritimes
Pyrénées-Orientales
Bouches-du-Rhône
Aude
Alpes-de-Haute-Provence
Hautes-Alpes
Lozère
Hérault
Var
Vaucluse
Gard
Principauté de Monaco
Environnement
Collectivités locales
International
Technique
Santé
Valider

" Nous ne voulons plus être la frange d'insoumis qui continuent à rejeter en mer des effluents non épurés. Le conseil des maires de la communauté d'agglomération Nice Côte d'Azur (CANCA) a décidé à l'unanimité de construire une station d'épuration pour les communes de l'est de notre territoire qui en sont dépourvues ", lance Jacques Peyrat, le président de la CANCA. Les résultats d'une inspection par la Comex de l'émissaire de la Caussinière au Cap Ferrat, qui déverse directement en mer les eaux usées de sept villes réputées de la Côte d'Azur (dont Beaulieu, Saint Jean Cap Ferrat et Villefranche sur Mer), accélère ce dossier qui empoisonne depuis de longs mois les relations entre la CANCA et le Sivom de Villefranche (détenteur d'une " cagnotte " de 4 millions d'euros) compétent jusqu'à ce que récemment la communauté d'agglomération prenne le relais. " L'ouvrage de 600 m de long est délabré, en manque manifeste d'entretien et il est vain aujourd'hui d'essayer de le réparer ", poursuit Jacques Peyrat. La CANCA a donc décidé deux choses: un remplacement de l'émissaire après l'été 2004 qui devrait coûter 3 à 4 millions d'euros et, parallèlement, la mise en route d'un projet de création d'une station d'épuration au départ de ce collecteur (coût estimé : environ 50 millions d'euros).
Les maires de Saint-Jean et Beaulieu vont devoir faire des propositions de sites d'implantation avant la fin septembre. " Si nous n'y arrivons pas comme cela, nous choisirons nous-mêmes le terrain, quitte à passer par une DUP ", assure Jacques Peyrat. Depuis quelques jours, ce dossier se retrouve aussi sur le terrain judiciaire avec une enquête préliminaire ouverte par le procureur Eric de Montgolfier ; la justice voulant savoir pourquoi ces communes demeurent depuis des années dans l'illégalité en matière d'assainissement tout en prélevant des taxes très élevées.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil