En direct

Canicule : les grandes métropoles françaises sont (encore) trop éloignées des objectifs climatiques
Les mesures d’urgence adoptées par les grandes métropoles françaises sont désormais bien rodées, à l'instar de Lyon où la circulation différenciée a été adoptée ce mardi 7 août. - © Pixabay

Canicule : les grandes métropoles françaises sont (encore) trop éloignées des objectifs climatiques

M.H. |  le 08/08/2018  |  BâtimentDéveloppement durableCaniculeClimat

Les 10 grandes agglomérations françaises doivent « doubler, voire tripler leurs objectifs de réduction de gaz à effet de serre à l'horizon 2030 pour respecter l’objectif de l’accord de Paris », selon un rapport inédit réalisé par WWF France. Le bâtiment, contributeur majeur, représente une marge d'amélioration importante.

A chaque épisode de pollution et de canicule, les mesures d’urgence adoptées par les grandes métropoles françaises sont désormais bien rodées : circulation différenciée adoptée à Lyon et Paris ce mardi 7 août, transport public à prix réduits, réduction de la vitesse autorisée sur les grands axes. Autant de rustines que certains envisagent de rendre pérenne tant l’impact environnemental des transports dans les grandes agglomérations est majeur. Les métropoles doivent faire davantage au regard des enjeux du changement climatique.

C’est en tout cas les conclusions de l’étude « Le défi climatique des villes » publiée en juillet par WWF France et EcoActe. Les deux ONG dressent un constat alarmant pour les métropoles françaises : les 10 grandes agglomérations – qui représentent 16 % des émissions nationales de gaz à effet de serre (GES) et concentrent 20 % de la population – affichent un retard de 15 ans sur la trajectoire qui les mènerait à la neutralité carbone en 2050, objectif national défini par le ministre de la Transition écologique. Pire, ces territoires doivent « doubler, voire tripler leurs objectifs de réduction à 2030 pour respecter l’objectif de l’accord Paris », signé par 195 délégations dans le cadre de la COP 21 en décembre 2015.

Vision locale d’un enjeu planétaire

Ce constat résulte d’une étude inédite. Les deux organisations ont mis au point une méthodologie visant à définir une « mesure du défi climatique à l’échelon local ». Ce document se base sur le calcul d’un «  budget carbone » des dix plus grandes intercommunalités hexagonales au regard, à la fois de l’objectif national d’atteindre la neutralité carbone en 2050 et de l’Accord de Paris. Ce dernier vise à maintenir la hausse des températures du globe à 1,5°C ou à 2 °C maximum, d’ici la fin du siècle par rapport à l’ère préindustrielle (fin du XIXe).

Ce budget carbone – c’est-à-dire la quantité de Gaz à effet de serre (GES) qui reste à émettre afin de ne pas dépasser les objectifs de la COP 21 - est d’abord calculé au niveau planétaire, puis adapté au niveau national, et enfin décliné localement. Ainsi, selon le scénario de 2°C et la méthode utilisée, la métropole du Grand Paris dispose d’un budget carbone, pour la période 2016 – 2100, de 682 millions de tonnes équivalent CO2 (soit 43 % du budget des 10 métropoles) ; Aix-Marseille de 197 (13 %) et 139 pour la métropole de Lyon (9%).

Puis au regard de ces données, les auteurs ont analysé les engagements et dispositifs établis par les métropoles concernant leur action sur le climat : adhésion aux conventions et labels (Energy Cities, Climate Alliance) ; avancement des engagements politiques locaux comme le Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) désormais imposé dans les réformes de la loi Maptam et Notre ; ou encore, le volume des émissions de gaz à effet de serre considérées selon une « empreinte globale ».

Un budget carbone dépassé dès 2036

Les résultats sont donc inquiétants, selon la trajectoire actuelle calculée par l’étude. D’ici 2036, les 10 métropoles françaises auront dépassé leur budget carbone du scénario à 2°C. « Ce constat indique que les engagements ne sont pas suffisants pour respecter le budget carbone alloué dans le respect des objectifs de l’accord de Paris », appuie le rapport.

Plus précisément, la métropole du Grand Paris aura dépassé son crédit en 2025. « Cette trajectoire représente un budget carbone d’environ 1 600 MtéqCO2 […] soit 7 fois celui défini par le WWF comme étant alignés avec un objectif de 2°C », précise le texte. Alors que l’objectif défini dans le PCAET du Grand Paris vise une réduction de 38 % des émissions globales, les ONG estiment nécessaire une réduction de 72 % comme étant l’objectif afin de respecter le budget carbone 2°C. Au sein d’Aix-Marseille, il faudrait une réduction de 83 %, 56 % à Lyon, 44 % à Bordeaux ou encore 34 % à Toulouse.

Améliorer l'efficacité énergétique

L’étude éclaire également sur l’impact environnemental de plusieurs secteurs au sein de ces territoires. Outre celui des transports et de l’industrie, particulièrement émetteurs, celui du bâtiment est un contributeur intense de GES. Ainsi, 33 % des émissions dans les métropoles sont liées aux bâtiments. Enfin, la performance énergétique des bâtiments est particulièrement épinglée : sept des dix métropoles obtiennent une performance énergétique « D ».

Les deux organisations appellent donc à amplifier la rénovation du parc bâti. Elles proposent notamment une mobilisation des financements plus efficiente et le développement de « nouveaux outils tels que le tiers financement », une mesure qui figure dans le PCAET de Paris (voir ici p36). Un deuxième volet est abordé : l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’empreinte carbone des constructions neuves. Le Plan local d’urbanisme (PLU) des collectivités apparaît comme un « outil de référence ». Les auteurs proposent d’inscrire dans le règlement « un niveau maximal de consommation d’énergie primaire et/ou d’ensoleillement hivernal minimal ou encore en définissant des performances énergétiques et environnementales renforcées. »

Chantier de rénovation. (© Fotolia)

Concernant les mesures liées aux transports et aux mobilités, WWF France suggère un basculement vers des villes à basses émissions, avec la « mise en place de Zones à faibles émissions ». Des pistes également défendues dans le projet de loi d’orientation sur les mobilités. Le secteur industriel se voit proposé des solutions, qui pourraient bien booster la filière éco-conception : accélération des déploiements des systèmes à air comprimé peu énergivores, mise en place d’échangeurs thermiques, de systèmes frigorifiques et de refroidissement performants, etc.

14 milliards d’euros supplémentaires

Quelles que soient les mesures adoptées, la marge de manœuvre des gouvernances locales – même si les métropoles sont désormais « coordonnatrices de la transition énergétique » - semble faible au regard du poids des choix politiques nationaux. Des initiatives peuvent toutefois exister. Rouen Métropole a par exemple mis en place une COP 21 locale, organisée autour de chercheurs, entreprises, citoyens et association (dont WWF France) afin de limiter les émissions de GES.

Les moyens financiers seront toutefois au cœur du challenge de la transition, estiment les auteurs, dans un contexte « de diminution des dotations et de concours financiers de l’Etat ». La mise en œuvre de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) requiert, selon l’étude, 300 milliards d’euros d’investissements entre 2015 et 2030. En 2014 et 2015, les investissements étaient de l’ordre de 31 milliards d’euros, dont 13,3 milliards à destination du bâtiment. Un budget global qui doit être augmenté de « 14 milliards d’euros supplémentaires » afin de mettre en œuvre les mesures nécessaires. C’est le prix pour respecter les objectifs locaux, et ainsi faire sa part du colibri. Une petite part seulement : selon l’étude, la France ne représente que 0,7 % du budget carbone mondial sur la période 2016 – 2100, contre environ 18 % pour l’Inde.

Commentaires

Canicule : les grandes métropoles françaises sont (encore) trop éloignées des objectifs climatiques

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire de la fonction publique d'Etat et territoriale

Dictionnaire de la fonction publique d'Etat et territoriale

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

Les constructeurs et le risque du sol

Les constructeurs et le risque du sol

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur