En direct

Canicule 2019 : comment Paris peut s’adapter à l’avenir ?
A Paris, le 25 juillet dernier, le mercure a atteint les 42,6 °C. - © Henri Garat - Ville de Paris

Canicule 2019 : comment Paris peut s’adapter à l’avenir ?

Amélie Luquain |  le 18/10/2019  |  ClimatParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
Climat
Paris
Valider

L’été dernier le mercure a battu des records avec 42,6 °C dans la capitale. Comment atténuer et s’adapter au réchauffement climatique ? Les solutions sont difficiles à mettre en œuvre sans moyens financiers et peu compatibles avec la préservation du patrimoine.

Le réchauffement climatique s’accélère et se traduit par des épisodes de canicules de plus en plus nombreux. Ces trente dernières années, 19 étés enregistraient des températures au-dessus des normales. L’été 2019 est même le troisième le plus chaud depuis l’année 1900. « Il a été marqué par deux vagues de chaleur brèves mais intenses, fin juin et fin juillet », rappelle Raphaëlle Kounkou-Arnaud, cheffe du service "Etudes et Climatologie" à la direction interrégionale Ile-de-France de Metéo France. A Paris, le 25 juillet dernier, le mercure a même atteint les 42,6 °C !

Conséquence directe de ces fortes chaleurs, Santé Publique France a recensé 1435 décès en excès à l’échelle nationale. A Paris, ce bilan sanitaire met en évidence une surmortalité de 12 %. Le "confort d’été", selon l’expression consacrée, est en passe de devenir un problème de santé publique.

Effet d’îlot de chaleur urbain

En ville, ces canicules sont amplifiées par le phénomène d’îlot de chaleur urbain. « A la campagne, le rayonnement solaire favorise la photosynthèse et l’évapotranspiration des plantes. Ces dernières, d’une part, absorbent le gaz carbonique, d’autre part puisent l’eau des sols, transpirent et rafraîchissent l’atmosphère », explique Jérémie Jaeger, chargé d’étude à l’Agence parisienne du climat (APC). Avant de poursuivre : « en ville, le rayonnement solaire est absorbé par les surfaces minérales, qui accumulent la chaleur pour la relâcher pendant la nuit. » L’été dernier, les différences de température entre Paris intra-muros et les zones rurales alentours ont atteint les 10 °C.

Travailler sur l’enveloppe

Afin de s’adapter au changement climatique, l’une des solutions consiste à installer des îlots de fraîcheur, grâce à la végétalisation des espaces publics. « Pour les bâtiments, il est nécessaire d’isoler l’enveloppe et d’améliorer la ventilation », estime Frédéric Delhommeau, directeur habitat et rénovation à l’APC.

L’expert en éco-rénovation de logements parisiens - l’APC accompagne aujourd’hui 10% du parc - préconise des isolations thermiques par l’extérieur avec des matériaux biosourcés (comme le béton de chanvre, la laine de bois, etc.) pour bénéficier de leur forte inertie. Il insiste sur la nécessaire réfection des toitures, majoritairement en zinc, qui absorbent beaucoup de calories. Sans négliger la mise en œuvre de solutions passives, comme les stores extérieurs qui arrêtent le flux solaire.

Des aides publiques pour réaliser les travaux ?

Seulement, à Paris, ces solutions s’avèrent incompatibles avec la préservation du patrimoine ou une réglementation urbaine stricte, comme en témoigne Julia Borsatto, l’une des copropriétaires d’un immeuble situé 2 rue Ernestine dans le 18e arrondissement.

L’immeuble d’angle datant de la fin du XIXe est un R+5 en pierre et brique. Il a été isolé en juin dernier avec une ITE à base de liège et de chaux. Mais sa rénovation reste incomplète. « Notre proximité avec des monuments historiques nous interdit la pose de volets, qui constituent pourtant une protection efficace à la chaleur », indique la copropriétaire.

Autre question, comment financer ces travaux ? Sur cette opération, d’un budget global d’un million d’euros, la copropriété a finalement pu bénéficier d’aides publiques. « Malgré un gain énergétique de 35 % par rapport à l’existant, nous étions loin des exigences imposées par l’Etat et les collectivités pour pouvoir mobiliser des aides financières. Une dérogation de l’Agence nationale de l'habitat (ANAH) a donc été nécessaire », pointe Grégory Lavoué, chef de projet chez Urbanis, société de conseil.

Scénario à + 7 °C d’ici à 2100

Pourtant, il est urgent d’agir. Selon les prévisions du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publiées à la mi-septembre, deux scénarios à l’échelle mondiale ressortent. Le plus pessimiste prévoit une augmentation des températures de 6 à 7°C d’ici à 2100. Le plus optimiste permettrait de rester sous l’objectif des 2°C. « Mais il ne pourra exister que si nous mettons en application les termes de l’accord de Paris, signé lors de la COP 21 en 2015. Une forte coopération internationale et des efforts d’atténuation sont impératifs, dès aujourd’hui, insiste Raphaëlle Kounkou-Arnaud. Les politiques climatiques doivent se mettre en place maintenant. »

Tirer l’air frais des cours haussmanniennes végétalisées

Lauréat de l’appel à projet FAIRE 2019, organisé par le pavillon de l’Arsenal, l’agence Ylé architecture et le bureau d’étude et institut de recherche Nobatek/Inef4 ont présenté le projet AIR. Il consiste à créer des écosystèmes rafraîchissants dans les cours haussmanniennes. En les raccordant aux conduits de cheminées délaissées, l’air, dépollué et rafraîchit, est redistribué dans les appartements. « Le parcours de l’air se fait par tirage thermique selon le principe naturel de cheminée solaire, acheminant l’air frais de la cour vers les espaces intérieurs et évacuant l’air chaud intérieur vers les souches en toiture. L’air chaud en s’échappant vers le haut crée une dépression et tire l’air frais en partie basse acheminé par convection », explique Romain Brochard, architecte associé de l’agence. Encore au stade de projet, les concepteurs sont actuellement à la recherche de partenaires, pour développer dans un premier temps une simulation numérique à l’horizon 2020 avant de passer à l’échelle 1, dans un second temps.

Commentaires

Canicule 2019 : comment Paris peut s’adapter à l’avenir ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Exécution des marchés publics

Exécution des marchés publics

Date de parution : 11/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur