En direct

Camouflage portuaire
Le hangar est habillé d’un bardage sinusoïdal à grandes ondes, posé sur des plateaux métalliques, et de panneaux sandwichs. - © PHOTOS : JULIEN FERNANDEZ

Camouflage portuaire

Raphaëlle Saint-Pierre |  le 12/10/2018  |  GirondeBâtimentUrbanismeLoisirs

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Gironde
Bâtiment
Urbanisme
Loisirs
Valider

Local d'activités -

A Bordeaux, un hangar ultragraphique abrite le pôle nautique du quartier des Bassins à flot.

« Il y a encore ici une ambiance de friche industrielle qui disparaîtra dans les années à venir. Le pôle nautique établit un lien entre le passé maritime du site et aujourd'hui », explique Clément Miglierina, architecte de l'agence Elua, retenue pour concevoir ce bâtiment. Depuis 2010, sous la houlette de l'architecte-urbaniste Nicolas Michelin, l'atelier des Bassins à flot réunit des urbanistes et des représentants de la métropole et de la Ville de Bordeaux afin de créer un nouveau quartier mixte d'habitat, d'activités économiques et de loisirs. Dès que le moindre foncier se libère, une consultation architectes- promoteurs est organisée pour désigner une équipe. C'est ainsi qu'Elua est retenue en 2015 avec Fayat Immobilier et Pitch Promotion pour imaginer un local regroupant les activités historiques intimement liées aux bateaux : maintenance, réparation, construction.

La parcelle se situe dans une zone exposée aux regards, à l'entrée nord de Bordeaux, à l'extrémité des bassins. Devant un petit port de plaisance, elle fait face à la base sous-marine construite par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale, transformée depuis en espace culturel. « Les promoteurs ont insisté pour avoir le bâtiment le moins cher possible. Comme il n'est pas classé en “établissement recevant du public”, il est assez rustique », explique l'architecte bordelais.

Le hangar, comme sa toiture fragmentée, est divisé en huit cellules parallèles et modulables, ouvertes sur l'extérieur par de larges portes, avec une hauteur sous plafond suffisante pour y faire pénétrer des bateaux. En amont, des entreprises spécialisées dans les voiles, les moteurs, la peinture, l'accastillage et la vente de jet-skis achètent les lots.

Charpente en pin des Landes. Clément Miglierina tient à ce que la charpente soit en pin des Landes lamellé-collé et non en structure métallique préfabriquée comme cela lui était demandé. « Je savais que, financièrement, nous pouvions répondre à la demande en optimisant les formes. » Après consultation de l'entreprise Sacba, spécialisée dans les hangars agricoles, avec qui Elua a réalisé une maison penchée, les promoteurs finissent par admettre les qualités de légèreté, de flexibilité et environnementales du bois local.

« Comme le projet urbain des Bassins à flot est déjà marqué par de vastes hangars noirs et les volumes assez massifs des nouveaux logements, mon idée était de découper visuellement ses façades et sa toiture avec des motifs. » L'architecte décide de s'inspirer du razzle- dazzle, le camouflage militaire utilisé par les Alliés pendant les deux guerres mondiales, peint sur les bateaux pour brouiller l'image perçue par les sous-marins allemands. « Cela fausse la perception du volume du pôle qui paraît plus petit qu'il n'est. J'aimais bien aussi l'idée de rappeler le lourd passé de la base sous-marine même si c'est maintenant un lieu de fête. »

Cinq nuances de gris. Pour conserver apparentes les jonctions entre les plaques d'acier du bardage vertical, habituellement cachées, Clément Miglierina fait appel à l'entreprise M2F avec qui il vient de créer le bardage de la fameuse maison penchée. Après essai sur un prototype, les artisans réalisent des découpes biaises très nettes. Les rayures alternent entre le blanc et cinq nuances de gris. « Pour donner de la valeur au projet, nous avons soigné les détails de la serrurerie, de l'habillage des rives, les porte-enseigne, etc. », précise l'architecte.

Le long du hangar voisin, la façade plus technique est entièrement blanche, juste animée par des pyramides colorées et lumineuses en porte-à-faux de 2,50 mètres qui dissimulent les boîtes à eau et signalent la diversité des activités hébergées. En bas, les abris à vélos reprennent leur motif triangulaire. « Ce côté évoque le monde des bateaux avec ses fanions de quatre couleurs différentes qui s'inspirent du graphisme de l'alphabet nautique », conclut Clément Miglierina.

Maîtrise d'ouvrage : Fayat Immobilier/Pitch Promotion. Maîtrise d'œuvre : Elua Architecture. BET : Verdi. Entreprises : Dune Constructions (gros œuvre), Sacba (charpente), M2F (couverture et bardage), Jouneau (menuiseries extérieures), Eric Garanx (serrurerie). Surface : 2 200 m2 SP. Montant des travaux : 1,5 million d'euros HT.

PHOTO - 15388_923187_k3_k1_2156972.jpg
A l’intérieur, la structure est en pin des Landes et le sol en béton quartzé. - © PHOTOS : JULIEN FERNANDEZ
PHOTO - 15388_923187_k4_k1_2156974.jpg
L’interface avec le hangar voisin est animée par des pyramides lumineuses évoquant des fanions. - © PHOTOS : JULIEN FERNANDEZ

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur