En direct

Caen : les ambitions du tramway sur pneus

JEAN-MICHEL GRADT |  le 20/06/1997  |  EvénementTransportsCollectivités localesAlpes-MaritimesBas-Rhin

A la fin de l'année 1999, ANF-Industrie (groupe Bombardier), aura livré les premières rames du tramway sur pneus que la ville de Caen mettra en service en l'an 2000. Derrière cette inauguration, se sont joués des choix décisifs en matière d'urbanisme et d'équipement en transports collectifs. En effet, la ville de Caen a été la première à faire le choix du TVR (transport sur voies réservées).

Outre les qualités techniques du produit, le TVR a su convaincre par son montage financier. A Caen, il s'agit en effet d'une concession. La STVR est la société concessionnaire constituée par ANF-Industrie (30 %) et Spie Batignolles (70 %). « C'est une formule de financement et de réalisation encore assez peu courante en France mais que nous avons déjà testé pour le tramway de Croydon, au Royaume-Uni. Après Caen, nous avons répondu aux appels d'offres de Lyon, Clermont-Ferrand et Rouen. Ensuite, il existe une trentaine de villes qui s'intéressent à ce type de produits », explique Francis Ancelet, directeur des projets urbains d'ANF Industrie. Parmi cette trentaine de villes, on compte Lyon, Clermont-Ferrand, Nice, Toulon et Le Mans.

La question centrale du coût au kilomètre

D'où la question du coût. Bien que chaque site soit différent, ANF-Industrie estime qu'il faut compter entre 50 et 70 millions de francs du kilomètre, génie civil, signalisation et caténaire inclus. Ce qui s'apprécie par rapport au prix d'un tramway « lourd » classique : 120 à 140 millions du kilomètre, voire 200 millions, à Strasbourg.

Au vu de la demande, dire que ses concepteurs n'auront pas le droit à l'erreur, va sans dire. D'autant que si le TVR de Caen a été conçu par ANF (coût de développement : 200 millions de francs sur cinq ans), deux autres candidats ; Lohr et Matra-RVI, se sont aujourd'hui positionnés sur ce créneau. Un créneau tellement concurrentiel que De Dietrich, qui proposait lui aussi un produit, s'est retiré du jeu l'an dernier. « Effectivement, trois industriels et trois produits "pneus" sur le même créneau cela peut paraître beaucoup à l'échelle d'un marché comme la France », nuance Renan Golias, le spécialiste des modes intermédiaires au Gart.

Sur ce créneau, c'est ANF Industrie (ex-UTDC), aujourd'hui filiale française du groupe canadien Bombardier (30 milliards de francs de chiffre d'affaires dans le monde) qui semble la mieux partie. « Notre TVR roule depuis un an sur notre piste d'essai à Rochefort. Nous l'avons présenté à Stuttgart, pour le congrès de l'UITP (union internationale des transports publics) et il pourrait être en démonstration à Valenciennes, puisque nos usines y sont installées », poursuit Francis Ancelet.

Toutefois, certains spécialistes font état, dans le cas du Translhor, d'un « plus » des systèmes de guidage. Quant au Civis de Matra-RVI, « nous proposons un produit capable de débiter 2 000 à 3 000 personnes par heure et par sens pour un ordre de grandeur de 50 millions de francs du kilomètre, tout compris », annonce Daniel Ferbeck, le directeur de Matra Transport. Il table sur deux atouts : son mode de guidage optique et le faible coût des infrastructures (un marquage par peinture suffit au guidage).

Si un marché limité à trente villes de France pouvait laisser un doute sur la viabilité économique d'un tel créneau, une bonne nouvelle vient redonner espoir aux trois concurrents.

La RATP s'intéresse à ces nouveaux produits et lance, dès novembre (voir encadré ci-dessus), une campagne d'expérimentation avec voyageurs. De plus, ANF-Industrie comme Matra produisent des véhicules ferroviaires de toutes sortes, métros et tramways classiques compris. Leur taille et leur présence à l'export (ANF annonce la signature d'une joint-venture en Chine) font qu'ils se contenteraient bien d'une vitrine française pour leur tram léger sur pneu, tout en restant convaincus que la taille du marché est au moins européenne, sinon mondiale.

PHOTO : Lyon, Clermont-Ferrand, Orléans, Nancy et au total, une trentaine de villes, regardent de près ce projet moitié moins cher qu'un tramway classique.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur