En direct

Bureaux en blanc à tendance verte

MILENA CHESSA |  le 11/07/2014  |  TravailInternationalFrance entièreSeine-Saint-DenisGironde

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Travail
International
France entière
Seine-Saint-Denis
Gironde
Yvelines
Valider
Bâtiment tertiaire -

Opérationnelle en septembre prochain, la Cité régionale de l’environnement à Pantin (Seine-Saint-Denis) produira sur place l’énergie qui servira à alimenter ses bureaux.

Dernière livraison de la ZAC de l’Hôtel de Ville à Pantin (Seine-Saint-Denis), l’immeuble de bureaux situé au 90, boulevard du Général- Leclerc attend pour début septembre ses premiers locataires. Ce lieu porte le nom de Cité régionale de l’environnement, car plusieurs organismes œuvrant dans ce secteur en Ile-de-France y regrouperont progressivement leurs salariés, aujourd’hui dispersés : la Société d’aménagement et d’équipement de la région parisienne, l’Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies, l’Agence des espaces verts, Airparif, Bruitparif, Natureparif, Ondeparif, Ordif ou encore la SEM Energies Posit’if. Tous ces organismes à tendance « verte » n’auront pas à rougir de l’édifice qui les accueillera, puisqu’il est certifié HQE « Passeport exceptionnel » et Breeam « Very Good ». Son maître d’ouvrage, le promoteur immobilier PRD Office (Groupe PRD), annonce aussi qu’il s’agit du premier bâtiment tertiaire à énergie positive et en autoconsommation de France.

Matériau durable

La parcelle (1 617 m²) en forme de boomerang constitue l’ultime pièce d’un puzzle urbain commencé voilà quinze ans. L’édifice (6 255 m² Shon) adopte cette forme coudée en plan et adapte tous ses angles aux contours irréguliers du périmètre autorisé. Pour relever le défi tant urbanistique qu’architectural de l’opération, le maître d’ouvrage a fait appel à Olivier Fassio et Jean-Brice Viaud, formés à Versailles, une école d’architecture réputée pour son attention au site et au paysage. Ensemble, ils ont mené une bataille foncière visant à acheter une partie du terrain du groupe scolaire voisin pour améliorer l’éclairage naturel de leurs bureaux. Résultat, la cour de récréation a été agrandie et agrémentée d’un jardin surélevé, aménagé sur le domaine public. L’Agence des espaces verts de la région Ile-de-France envisage de favoriser la biodiversité de l’îlot sur cette nouvelle bande de terre.
Entourée d’architectures disparates, la façade des quatre étages de bureaux a été habillée par l’agence Fassio-Viaud de 2 200 m² de Corian, coloris Glacier White, un matériau composite mis au point par l’industriel DuPont. L’immeuble tertiaire à Pantin est le deuxième édifice français revêtu de ce bardage après l’hôtel Seeko’o à Bordeaux, livré en 2007 par l’Atelier d’architecture King Kong.
Au total, 584 panneaux d’une épaisseur de 12 mm et de trois tailles différentes (jusqu’à 4,10 m de longueur), ont été posés. Les panneaux d’angle ont été cintrés en usine par thermoformage pour épouser in situ les courbes du bâtiment. Ils reposent sur une ossature en aluminium fixée aux façades porteuses en béton. Le ruban de Corian est entrecoupé de fentes verticales sur 40 % de sa surface, afin d’éclairer les plateaux. Au fil du temps, le matériau conservera sa blancheur immaculée grâce à sa surface autonettoyante et ponçable en cas de dégradations. « Pour ce produit, nous y mettons le prix (600 à 700 euros/m²), assume le maître d’ouvrage, mais cela ne nous semble pas absurde pour une opération de bureaux qui se veut durable. »

PHOTO - 801249.BR.jpg
PHOTO - 801249.BR.jpg - © photos SERGIO GRAZIA
PHOTO - 801351.BR.jpg
PHOTO - 801351.BR.jpg - © FASSIO VIAUD
PHOTO - 801248.BR.jpg
PHOTO - 801248.BR.jpg - ©
Olivier Raoux, directeur général adjoint associé PRD

PRD Office est une jeune société de promotion immobilière qui, en quatre ans d’existence, a livré plusieurs bâtiments tertiaires exemplaires au niveau environnemental, sous la marque déposée « Bonne énergie ». Ces immeubles sont conçus en synthétisant les meilleures idées en termes d’architecture, de durabilité et de confort, avec toujours une volonté de sobriété. Pour que nos enfants ne nous disent pas dans quelques années « voilà à quoi ressemblaient les premiers bâtiments tertiaires à énergie positive », ces immeubles de bureaux de nouvelle génération ne doivent pas être une débauche de haute technologie. La conception, la réalisation et la maintenance doivent rester simples. Et cela ne coûte pas plus cher qu’un immeuble de bureaux lambda. Il faut savoir optimiser les investissements sur les postes stratégiques. Faire mieux pour le même prix. Et nous y sommes arrivés.

PHOTO - 801350.BR.jpg
PHOTO - 801350.BR.jpg - © LEDROIT-PERRIN
Fiche technique

Aménageur : Semip. Maîtrise d’ouvrage : PRD Office. AMO HQE : Addenda. Maîtrise d’œuvre : Fassio-Viaud Architectes, architectes. BET : Arcoba (TCE), Alto (fluides), Dya (façade), Lasa (acoustique). Entreprise générale : Hervé. Surfaces : 5 810 m² SU, 6 255 m² Shon. Coût d’opération : 13 millions d’euros HT.

Performance énergétique - Autoconsommation et autopartage

L’immeuble produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. Mieux : il consomme l’énergie qu’il produit. De quoi satisfaire son maître d’ouvrage, PRD Office, qui présente cette opération comme le premier bâtiment tertiaire à énergie positive et en autoconsommation de France. « En moyenne, 80 % de la production énergétique générée par notre installation photovoltaïque seront utilisés sur place et 20 % seront réinjectés dans le réseau EDF », estime Olivier Raoux, directeur général adjoint associé chez PRD. La consommation prévisionnelle a été évaluée à 40 kWhep/m².an. « Nous sommes environ deux fois plus performants que la RT 2012, précise-t-il. Faire encore plus serait trop contraignant techniquement, voire absurde. » Implantés en toute discrétion sur la toiture-terrasse, ce qui permet de masquer les divers réseaux de fluides, une nappe de 440 panneaux photovoltaïques alimente en énergie l’édifice, mais aussi une poignée de voitures électriques disponibles pour les salariés en autopartage. Le parc de stationnement pour 37 véhicules et 34 deux-roues occupe le rez-de-chaussée du bâtiment. Trois avantages dans cette disposition : épargner des travaux en infrastructure, économiser l’éclairage artificiel et éviter aux salariés de travailler dans des bureaux en vis-à-vis avec la rue.

PHOTO - 801247.BR.jpg
PHOTO - 801247.BR.jpg - ©
PHOTO - 801250.BR.jpg
PHOTO - 801250.BR.jpg - © photos SERGIO GRAZIA
Aménagement intérieur - Des plateaux optimisés pour un plus grand confort des postes de travail

Accessibles par un vaste hall d’entrée double hauteur (photo ci-contre), les quatre étages de bureaux disposent d’une surface utile allant de 1 288 à 1 442 m². L’immeuble peut accueillir 466 personnes, soit un ratio confortable d’une personne pour 12,5 m² utiles. Le coût des travaux tous corps d’état, y compris les forages, la géothermie et la centrale photovoltaïque, s’élève à 2 028 euros HT le mètre carré. Les bureaux situés dans l’aile la plus fine de l’édifice (15 m) sont desservis par un unique couloir. Dans l’autre aile, plus épaisse (18 m), la circulation s’effectue autour de blocs techniques. La structure est en béton, avec une hauteur entre chaque dalle de 3,36 m. « La hauteur libre entre le faux plancher et le plafond est de 2,90 m, un luxe rare », soulignent les architectes Olivier Fassio et Jean-Brice Viaud, fondateurs de l’agence parisienne Fassio-Viaud en 1993. Le chauffage et le rafraîchissement de l’air sont assurés par des panneaux rayonnants qui intègrent les dispositifs d’éclairage et de traitement acoustique. Les salles de réunion occupent les extrémités du bâtiment, afin d’absorber les irrégularités d’un plan aux angles tantôt aigus, tantôt obtus, et de profiter d’une lumière naturelle optimale. Tous les salariés bénéficient d’une baie vitrée équipée d’un store intérieur à proximité des postes de travail. La trame de 1,35 m qui rythme la façade permet de cloisonner les plateaux selon les besoins des différents locataires. Ce rythme de petites ouvertures est brisé, de-ci de-là, par de grandes fenêtres qui cadrent le paysage alentour.

PHOTO - 801252.BR.jpg
PHOTO - 801252.BR.jpg - ©
PHOTO - 801251.BR.jpg
PHOTO - 801251.BR.jpg - © photos SERGIO GRAZIA

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur