Bureaux : les grandes surfaces portent le marché régional
CBRE observe les sept principales métropoles régionales, dont Lyon. - © MAT

Bureaux : les grandes surfaces portent le marché régional

Cyril Peter |  le 03/05/2022  |  TertiaireBureauxCBRErégionsFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Tertiaire
Bureaux
CBRE
régions
France
Lyon
Lille
Aix-en-Provence
Marseille
Nice
Bordeaux
Toulouse
Nantes
Conjoncture
Valider

Boosté par le retour des grandes transactions, le marché du bureau dans les principales métropoles régionales confirme son dynamisme au premier trimestre.

Comme en 2021, le marché du bureau en régions est « principalement porté par l’activité des PME / PMI même si nous notons un retour des grandes transactions », résume CBRE dans un communiqué le 3 mai.

Au premier trimestre (T1) 2022, la demande placée dans les sept principales métropoles régionales (Lille, Lyon, Aix-Marseille, Bordeaux, Nantes, Nice-Sophia Antipolis, Toulouse) a gagné 55% sur un an, à 331 800m². La moyenne des premiers trimestres des cinq dernières années affiche seulement 221 600 m².

« Les grandes opérations (> 5000 m²), au nombre de 9, ont porté le marché, pour un volume de 110 700 m² (soit +151% sur un an). Face à une offre de qualité qui reste insuffisante pour répondre à la demande, les opérations en compte propre ont été particulièrement dynamiques. Ces dernières ont cumulé près d’1/4 de la demande placée. Au global, la part du neuf est toujours élevée, cumulant 56% des volumes », analyse CBRE.

Sur le même sujet Bureaux, commerces, gares : où en sont les assujettis au décret tertiaire ?

Indispensables lancements en blanc

Avec 180 000 m² en cours de construction pour une moyenne annuelle de 500 000 m² commercialisés, « le pipeline pour fin 2022 reste limité et pourrait impacter l’activité », pointe Stanislas Leborgne, son directeur exécutif chargé des régions. « Les marchés en régions risquent de se heurter à une bulle d’air, poursuit-il. Les lancements en blanc et la réhabilitation des immeubles de seconde main deviennent plus que jamais indispensables afin de maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande. »

Le taux de vacance moyen demeure inférieur à 5%, contre 13% à La Défense ou encore 17% en première couronne Nord d’Ile-de-France.

Enfin, avec près de 600 M€ investis (-7%), la société de conseil observe « un retrait des volumes plus modéré que le marché francilien ».

Sur le même sujet Bureaux : record historique de la vacance en Ile-de-France

Commentaires

Bureaux : les grandes surfaces portent le marché régional

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil