En direct

Budget 2014 : priorité aux transports

N. M. |  le 03/01/2014  |  Collectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Valider
RÉGION -

Voté le 20 décembre, le budget primitif 2014 de la région Ile-de-France s’élève à 4,77 milliards d’euros, en hausse de 1 % par rapport à 2013. Il consacre 2,75 milliards au fonctionnement dont 626,65 millions au titre de la contribution au Syndicat des transports d’Ile-de-France et 142,8 millions en faveur de la tarification sociale.

En investissement, les dépenses d’équipement hors dette se stabilisent à 1,64 milliard tandis que les autorisations de programme (AP) progressent de 7,2 %, à 2,4 milliards. « Nous n’avons pas le droit de déserter le champ de l’investissement dans les priorités qui sont les nôtres », a déclaré Jean-Paul Huchon, président du conseil régional, lors de la discussion budgétaire. La hausse des AP se concentre principalement sur les transports dotés de près d’un milliard d’euros (+ 15,9 %) dont 870 millions pour les transports en commun. Cet effort supplémentaire découle de la signature, en juillet dernier, d’un protocole entre Jean-Marc Ayrault et Jean-Paul Huchon relatif au plan d’amélioration des transports du quotidien qui mobilisera 6 milliards d’ici à 2017 dont 2,5 milliards apportés par la région.

Lycées : crédits stables

La dotation allouée à l’enseignement secondaire reste stable en AP comme en crédits de paiement (CP) à plus de 400 millions. Cette année, 55 millions sont affectés à la construction de lycées contre 32 millions en 2013. Autre secteur d’intervention : le logement doté de 173 millions en AP (- 10 %) - dont 102 millions pour la création de logements sociaux et 20,2 millions pour la lutte contre la précarité énergétique - et de 135 millions en CP (- 11 %).Côté recettes, la région, qui a décidé pour la 8 e  année consécutive de ne pas augmenter les taux de la fiscalité, déplore la diminution des dotations de l’Etat (30 millions d’euros). Le produit de la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) devrait afficher une baisse de 1,5 % et les recettes attendues de la taxe sur les cartes grises de 1,4 %. Seule hausse annoncée, celle de la redevance pour création de bureaux qui passe de 130 à 165 millions. Pour équilibrer le budget, l’exécutif a fixé le recours à l’emprunt à 762 millions (+ 1,5 %), les dépenses d’investissement étant autofinancées à hauteur de 54 %. Fin 2014, l’encours de la dette devrait atteindre 5,13 milliards, soit une capacité de désendettement de 7,4 ans comme en 2013.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur