Entreprises de BTP

BTP : Vinci annonce des résultats solides au premier trimestre

Mots clés : Entreprise du BTP

Malgré un hiver particulièrement rigoureux en Europe, la bonne trajectoire du groupe Vinci se confirme sur les trois premiers mois de l’année 2018. Le chiffre d’affaires progresse de 4,9%, mais de 2,2% à structure comparable. Concessions et activités dans l’énergie tirent la croissance, tandis que les carnets de commande restent solides.

 

Il y a quelques jours, lors de l’assemblée générale des actionnaires, Xavier Huillard se montrait optimiste. « Nous prévoyons une hausse du chiffre d’affaires en 2018, et une nouvelle progression du résultat opérationnel et du résultat net », commentait le P-DG du groupe Vinci. Et les premiers résultats trimestriels de cette année, publiés le 26 avril, lui donnent raison.

En effet, le chiffre d’affaires du groupe progresse de près de 5% (1) par rapport au premier trimestre 2017 (à 8,8 Mds €). Une croissance qui s’appuie sur tous les métiers du groupe. Ce qui n’était pas forcément gagné au regard des conditions météorologiques particulièrement difficiles cet hiver, en France et en Europe.

 

Contraste dans les métiers du « contracting »

 

Les métiers du contracting n’ont cependant pas évolué de la même façon. La branche progresse au global de 5%, à 7,236 Mds€. En France, le chiffre d’affaires gonfle dans les mêmes proportions mais recule légèrement à l’international (-1,8%), où Eurovia (-5%, 505 M€) et Vinci Construction (-4,8%, 1,4Md€) sont en retrait.

Eurovia est davantage victime de la saisonnalité que d’autres entités, ce qui rend « peu représentative sa performance au premier trimestre », tente de désamorcer le groupe. Son chiffre d’affaires progresse légèrement (+1,5%), pour s’établir à près de 1,4 Md€. Les mauvaises conditions climatiques ont été pénalisantes pour les marchés allemands et britanniques. A l’inverse, l’activité en France (+5,5%, 902 millions d’euros), en Europe centrale et au Canada sont bien orientées.

 

Vinci Construction à la traîne à l’international

 

Vinci Construction reste stable par rapport au premier trimestre 2017 (+0,2, à 3 Mds€). Pourtant, le chiffre d’affaires est en grande forme dans l’Hexagone (+5,1%, à 1,6 Md€) et progresse tant dans le bâtiment que dans le génie civil. Mais à l’international, le groupe explique notamment sa contre-perfomance par « l’achèvement de plusieurs grands projets et le décalage du démarrage de nouvelles affaires ». L’activité reste cependant soutenue en Europe centrale et en Océanie, où le groupe a récemment racheté la société australienne Seymour White. Il devrait commencer à bénéficier des retombées de cette opération de croissance externe dans le courant de l’année.

Vinci Immobilier affiche un chiffre d’affaires en recul de 9,5%, à 178 M€. La raison : les décalages de lancements de travaux et des retards d’avancement sur certains chantiers à cause des intempéries subies ce trimestre. Mais la dynamique reste cependant bonne, et la branche immobilier voit son nombre de lots réservés (1256) augmenter de 20%.

 

L’énergie en super forme

 

C’est la filière énergie qui porte l’activité contracting ce trimestre, avec près de 13% de croissance et un chiffre d’affaires à presque 2,8 Mds€. En France (1,4 Md€, +4,9%), « le premier trimestre 2018 confirme le retour de la croissance organique », et l’ensemble des segments se portent bien, avec notamment +21% pour les infrastructures, +13% pour l’industrie.

L’effet croissance externe y est pour beaucoup. Sur une progression de 314 M€ vs janvier-mars 2017, elle pèse à elle-seule 266 M€. Le groupe ressent désormais l’impact de ses acquisitions 2017, parmi lesquelles Acuntia, Horlemann et Infratek, et celles finalisées en 2018 (Eitech et PrimeLine).

 

Développement des concessions

 

Les concessions, elles restent florissantes. Avec une croissance de 6% (1,5 Md€) au premier trimestre, la branche profite notamment de l’augmentation global du trafic passager géré par Vinci Airports. La filiale réalise un chiffre d’affaires de 342 M€ (+11,7%), et intègre l’aéroport de Salvador de Bahia (Brésil), repris il y a un an.

Dans le courant de l’année, Vinci Airports devrait toujours être bien orienté, puisque la filiale intègrera les actifs de Airports Worldwide, dont la reprise a été annoncée il y a quelques jours, ainsi que les contrats au Japon, en Serbie. Et alors que Xavier Huillard veut clairement renforcer l’activité Concessions, d’autres opérations ne sont pas à exclure.

 

Carnets de commandes solides

 

2018 s’annonce donc conforme aux attentes. D’autant que les carnets de commandes sont tous bien remplis. Là encore, Vinci Energies tire son épingle du jeu (+18% sur 12 mois, 8,1 Mds€ au 31 mars). Eurovia suit avec une progression de 5% sur 12 mois et 6,3 Mds€ de montants de marchés inscrits. Vinci Construction reste en revanche stable (17,4 Mds€).

Au global, le carnet de commandes progresse de 5% et frôle la barre de 32 Mds €. Ce qui représente plus de 11 mois d’activité moyenne.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X