En direct

BTP La CGE se veut à la fois constructeur et concessionnaire

MICHEL OCTERNAUD |  le 04/04/1997  |  EuropeEntreprisesTravailCollectivités localesCommunication

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Europe
Entreprises
Travail
Collectivités locales
Communication
Manche
France
Valider

-Le BTP fait partie intégrante de la stratégie du groupe. -Illustration : le pont Vasco-de-Gama sera mis en service à la date prévue, en janvier 1998, à Lisbonne, dans le cadre de l'Exposition universelle.

Le président de la Générale des eaux, Jean-Marie Messier, en visitant le 25 mars le vaste chantier du pont Vasco-de-Gama (1) que réalise à Lisbonne le groupement piloté par Campenon Bernard SGE que dirige Henri Stouff, a confirmé à cette occasion que « la stratégie du groupe Générale des eaux était de se recentrer sur ses trois métiers principaux : la construction, les services et la communication ». Jean-Marie Messier, également président de la SGE, a rendu hommage à ces « grands chantiers qui sont destinés à améliorer la qualité de vie des usagers ». Le président de la Compagnie générale des eaux a mis en évidence l'existence des métiers du BTP regroupés au sein de la SGE : « des métiers qui resteront dans le périmètre du groupe ».

Citant en exemple le pont Vasco-de-Gama, Jean-Marie Messier a insisté sur le lien indispensable entre la construction et les métiers de services (2), telle que l'exploitation des ouvrages en concession : « Le tunnel sous la Manche a sonné le glas des opérations dans lesquelles on a déconnecté les constructeurs des concessionnaires », a-t-il souligné.

Ce lien s'est illustré dans le cadre de la réalisation du pont Vasco-de-Gama, dont « la livraison en janvier 1998 » a été confirmée, par Antoine Zacharias, administrateur-directeur général de la SGE : les constructeurs sont, en effet, aussi les artisans de la concession, la SGE restant le pilote de la société d'exploitation des ouvrages concédés (voir encadré). Une exploitation qui a déjà démarré puisqu'une partie du financement de l'ouvrage est représentée, depuis le 1er janvier 1996, par le revenu des péages du pont du 25-Avril existant. Ces péages représentent actuellement 5 francs pour un aller-retour en véhicule de tourisme. S'y ajouteront les revenus du nouveau pont, lorsque celui-ci sera mis en service en janvier 1998. A cette date, les tarifs de péage seront identiques sur les deux ouvrages, à 9 francs (à titre de comparaison le péage du tunnel Prado-Carénage en France est à 13 francs par passage) : soit un tarif aussi bas que possible, compte tenu de la clientèle qui l'utilisera à 83 % pour motifs professionnels. Ceci a déjà provoqué de vives réactions des usagers et de nouveaux problèmes pourraient se poser au moment de la mise en service du nouvel ouvrage. Le nouveau défi pour les bâtisseurs-concessionnaires va donc être de bien communiquer auprès des usagers sur l'utilité économique des ouvrages en concession.

(1) Voir « Le Moniteur » du 5 juillet 1996 p.50 et du 7 mars 1997 p.87. (2) La Générale des eaux est présente au Portugal. Elle y a réalisé, en 1996 1,232 milliard de francs, dont 722 millions dans le BTP.

PHOTO : Jean-Marie Messier (à gauche), P-DG de la CGE, et Antoine Zacharias, directeur général de la SGE, sur le pont Vasco-de-Gama, au-dessus du Tage.

La concession du pont Vasco-de-Gama

Durée : 33 ans.

Concédant : l'Etat portugais qui a mis en place une structure spécifique : le Gattel.

Concessionnaire : Lusoponte formé par la SGE (24,8 %), avec Campenon Bernard SGE et sa filiale Hagen, le britannique Trafalgar House (24,8 %) et les portugais Bento Pedroso (14,8 %), Mota & Companhia (13,8 %), Somague (13,8 %), Teixeira Duarte (7,5 %) et Edifer (0,4 %).

Constructeur : GIE Novaponte entre les entreprises membres de Lusoponte et piloté par Campenon Bernard SGE.

Exploitant : Gestiponte, filiale à 100 % de Lusoponte, et pilotée par la SGE.

Le financement du pont Vasco-de- Gama (6,2 milliards de francs estimés) est assuré par une subvention de l'Union européenne (environ 2,1 milliards de francs), un prêt de la BEI (2 milliards de francs) et des garanties d'un pool bancaire comprenant des banques portugaises, des fonds propres (600 millions) et les revenus des péages de l'actuel pont du 25-Avril.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil