Brossette-Cedeo, la vie en commun
Rapprochement Brossette-Cedeo une puissance d'1,5 milliard d'euros - © © DR

Brossette-Cedeo, la vie en commun

Marie-Laure Barriera |  le 06/04/2012  |  Mise en concurrenceConjoncture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Mise en concurrence
Conjoncture
Valider

Près de neuf mois après que Saint-Gobain a fait connaître sa volonté d’acquérir Brossette, le dossier a reçu l’aval de l’Autorité de la concurrence. Un examen minutieux qui aura permis de cerner 22 sites risquant de déséquilibrer la concurrence locale en n’offrant plus au client de diversité dans l’offre.

Ces 22??agences représentent un CA de 29 millions d’euros et devront être cédées dans un délai de sept mois auprès d’un ou plusieurs acquéreurs «?crédibles?» selon les termes de l’Autorité, et sous l’œil vigilant d’un mandataire de contrôle. «?Nous avons une antériorité sur ce type de dossier qui nous a permis de rassurer les équipes au fil des échanges organisés ces dernières semaines, rappelle Patrice Richard, président du directoire du groupe Point.P, citant les acquisitions de Pum et de Boch Frères.

Pour Brossette, c’est une nouvelle aventure qui débute après de nombreuses restructurations opérées ces dernières années. Philippe Gruat, directeur général du groupe, notamment en charge de l’activité sanitaire-chauffage, réaffirme ainsi sa volonté de maintenir l’autonomie, les enseignes et les équipes en parallèle de celles des enseignes de DSC, «?en préservant les expertises, les savoir-faire, les cultures marketing, et en améliorant ce qui peut l’être?». Deux maîtres mots dominent ainsi le discours des dirigeants de Point.P?: l’humilité, avec laquelle ils parlent aujourd’hui en tant qu’acquéreurs, et la fierté, celle qu’ils souhaiteraient pouvoir redonner aux équipes de Brossette dans l’appartenance à une enseigne forte et reconnue. «?La stabilité nous paraît le meilleur moyen de redonner de l’élan, de l’efficacité et de la rentabilité?», poursuit Patrice Richard.

L’organigramme de Brossette reste inchangé, à l’exception toutefois de Thierry Leroy, son directeur général, qui partira dans quelques mois après une période d’accompagnement. Issu du monde industriel, son successeur, Jean-Daniel Elbim, avait rejoint la direction générale de Point.P il y a environ un an et demi.

 C’est donc une nouvelle puissance de vente et d’achat qui se constitue dans la distribution sanitaire-chauffage, avec un réseau de près de 530 points de vente et un CA de 1,5?Md€.

 A présent, l’heure est à l’action commune sur trois grandes orientations. «?Nous allons mettre en œuvre des synergies d’achats dans un partenariat gagnant-gagnant qui lie traditionnellement Point.P et ses fournisseurs?», exprime Philippe Gruat.

Autre axe de synergie, les systèmes d’informations et surtout la logistique. «?Avec Brossette et Cedeo, nous allons pouvoir améliorer la fluidité des commandes et la disponibilité en nous appuyant selon les familles de produits sur nos différents modèles de stocks?», commente Patrice Richard. «?Avec cette nouvelle logistique qui va se mettre en place, nous pouvons apporter une nouvelle solution au marché dans l’amélioration de la satisfaction client. C’est ce qui a fondé notre volonté de reprise de Brossette?», conclut le président.

Commentaires

Brossette-Cedeo, la vie en commun

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil