En direct

Brest s'offre un grand polder
Le futur quai de 380 m de long (à gauche) est en construction, en même temps que la digue (à droite). - © PANORAMIC BRETAGNE / RÉGION BRETAGNE

Brest s'offre un grand polder

Anne-Elisabeth Bertucci |  le 07/09/2018  |  Finistère

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Finistère
Infrastructures
Valider

Infrastructure -

Le port finistérien poursuit son expansion. Objectif : résister aux lourds containers de la filière des énergies marines renouvelables.

Plus de 1 million de m3 de vase à draguer, 14 ha gagnés sur la mer et 220 millions d'euros d'investissement de la région Bretagne, maître d'ouvrage. Commencé il y a dix-huit mois, le chantier du port de Brest (Finistère) pèse lourd. La cité finistérienne étend ses infrastructures portuaires en vue de pérenniser le trafic maritime et d'accueillir la filière des énergies marines renouvelables (EMR).

Près de 80 entreprises, de la PME locale aux majors du BTP, assurent la progression des travaux dans le respect des délais.

Ce vaste projet s'organise en deux parties : des opérations terrestres de stabilisation et d'aménagement du polder existant (28 ha) d'une part, et la réalisation de l'extension sur la mer créant un nouveau polder (14 ha) d'autre part. Cette dernière comprend la construction d'un quai de 380 m de long, avec un terre-plein arrière pour les déchargements dédiés aux EMR, et d'une digue en arc de cercle de 890 m de long, qui viendra refermer le « casier », pour constituer le nouveau polder. « Avec la poldérisation, on fait d'une pierre deux coups : on crée notre propre filière d'évacuation des sédiments et on crée du terrain », remarque Lucile Héritier, cheffe de projet à la région Bretagne.

Plate-forme sur rails. Sur la mer, une plate-forme Cantitravel (40 m de long, 18 m de large) a permis de créer la structure métallique des 380 m du nouveau quai. Le retour de quai a été réalisé avec Shirine, une structure autoélévatrice de Vinci Construction Maritime et fluvial (VCMF). Cette plate-forme élévatrice avec vérins, d'une surface de pont de 800 m, équipée de quatre pieux, peut s'élever à 26,6 m de hauteur, ce qui évite les problèmes de marée et de houle et permet donc de gagner du temps.

« Par ailleurs, lancée à partir d'un ouvrage provisoire depuis la terre, la plate-forme Cantitravel progresse sur des rails. Elle est équipée d'un vibrofonceur, d'une grue de 300 t et d'un marteau de battage », décrit Marc Boussogne, directeur d'activité Grand Ouest de VCMF. Elle avance par segments de 10 m linéaires réalisés. Reliés par des tirants en palplanches, les deux rideaux mixtes du quai sont constitués par un alignement de pieux (entraxe de 2,50 m) et d'autres palplanches. A l'avant, un guide de battage sert de gabarit et permet de disposer ces tubes et ces plaques métalliques suivant l'implantation prévue. Le marteau de battage fonce les pieux dans la vase jusqu'au fond marin. La grue est dimensionnée pour le levage d'éléments de 25 à 35 m de haut.

Le fond du nouveau polder a été renforcé par « soil-mixing » : des colonnes de ciment dans la couche de vase créent des voiles parallèles aux tirants sur toute la longueur du quai. Le terre-plein de déchargement arrière doit être en capacité de supporter des colis lourds, comme les structures d'éoliennes pouvant atteindre 10 t/m2 . Aussi, le remplissage se fait d'abord avec du sable, acheminé par bateau, puis déversé par refoulement hydraulique via l'appontement sablier. Des matériaux de carrière vont compléter l'apport total de 700 000 m3. La stabilisation du terre-plein devrait s'achever en 2020.

Digue à base de gabions. Le marché de la digue de maintien du polder a été attribué à Bouygues Travaux publics Régions France (TPRF). « Alors que la solution initiale prévoyait une digue à talus en remblai, nous avons proposé un gabionnage, explique Pierre Bannier, ingénieur travaux. Cela réduit le volume de matériau de carrière, limite l'emprise au sol de l'ouvrage ainsi créé, et augmente la capacité de stockage du polder. » Au total, 26 gabions seront placés. Une plate-forme de travail de 140 m de long, l'estacade, se déplace au fur et à mesure de l'avancée de l'ouvrage.

Un premier atelier de génie civil à l'avant fabrique les gabions : les « ronds » sont constitués d'un assemblage de 132 palplanches réalisé à partir de l'estacade. Les palplanches, longues de plus de 30 m, sont ensuite vibrofoncées à 20 m dans le sol. Le même atelier crée les festons en arc de cercle qui réunissent les gabions. A l'arrière, un deuxième atelier de terrassement remplit les gabions avec des matériaux de carrière. L'ensemble de la digue nécessite 800 000 t de matériaux, de granulométries différentes. Le rideau côté mer sera traité par un talus d'enrochement. Et pour faire bonne mesure, des éco-récifs viendront retenir l'eau à marée basse afin de maintenir la diversité de l'écosystème.

Maître d'ouvrage : région Bretagne. Réalisation quai EMR (61 M€) : groupement Vinci Construction maritime et fluvial, Ménard, SDI, Idra Environnement, GTM Ouest. Digue d'enclôture (48 M€) : Bouygues TPRF, Liziard, Pigeon Bretagne Sud, STPA, Sodraco International. Calendrier : Consolidation polder existant : 2017 -2021. Aménagements paysagers : 2018-2020. Quai : 2017-2020. Digue : 2017-2019. Dragages : hivers 2019-2020 et 2020-2021.

Consolidation de l'extension en mer : 2022-2024.

PHOTO - 14828_892037_k3_k1_2092980.jpg
Un gabion en cours de réalisation. Il sera constitué de 132 palplanches en forme de cercle. - © MARC JOSSE / BOUYGUES TP
PHOTO - 14828_892037_k4_k1_2092981.jpg
Les gabions sont ensuite remplis de matériaux de carrière. - © MARC JOSSE / BOUYGUES TP
PHOTO - 14828_892037_k6_k1_2092989.jpg
Le nouveau terminal pourra recevoir des charges lourdes, telles les fondations d’éoliennes, pouvant peser jusqu’à 10 tonnes/m2. - © RÉGION BRETAGNE

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur