En direct

Brest Conforter la position de leader en réparation navale civile

bertrand escolin |  le 04/06/1999  |  transportFinistèreInternational (hors U.E)

-Premier site français de réparation navale civile, Brest entend bien consolider cette position en réorientant son activité construction militaire vers la réparation civile, notamment l'offshore. 100 millions de travaux sont prévus sur le radoub central.

« Nous avons deux objectifs : maintenir les capacités des outils existants en prolongeant ce qui a été entrepris dans le précédent contrat de plan », explique Jean-Luc Peltier, directeur des équipements à la chambre de commerce et d'industrie de Brest. Plus précisément, des travaux importants - de l'ordre de 100 millions de francs - sont à prévoir sur la forme de radoub numéro 1 qui date du début du siècle. « Sa largeur à la base est insuffisante pour accueillir les grands bateaux qui doivent donc être placés sur les deux autres formes plus larges », précise le responsable. De plus, si la diversification entamée récemment avec la remise en état de deux plates-formes offshore devait s'avérer une activité régulière, il serait nécessaire de prévoir d'autres équipements. « Cette hypothèse est bien sur soumise à l'évolution de l'activité offshore mais nous étudions d'ores et déjà la possibilité de séparer la forme numéro 3 en deux parties. Si cette solution n'était pas optimale, nous pourrions également acquérir un dock flottant », poursuit Jean-Luc Peltier.

Par ailleurs, le trafic de marchandises (2,271 millions de tonnes en 1998) est en augmentation avec notamment un bon démarrage de l'activité « conteneurs ». De nombreux investissements ont été réalisés ces dernières années, mais il reste au port de Brest à se doter d'un magasin de stockage d'une capacité d'environ 35 000 tonnes (35 millions de francs d'investissement).

A l'autre bout de la rade, le plan de développement du port de commerce prévoit la viabilisation d'un polder de plus de 50 hectares, destiné à accueillir les entreprises. Cette opération de stabilisation et de viabilisation se fera par tranches successives mais l'investissement global est de l'ordre de 100 millions de francs. Du côté de la Communauté urbaine de Brest, la ZAC « port de commerce » (17 hectares) est maintenant sur les rails. Outre le transfert de la gare de marchandises dont les travaux viennent de commencer (35 millions de francs), l'aménagement des accès avec notamment la pénétrante sud en provenance de Quimper est programmée. Mais quoiqu'il en soit, le développement de Brest dépend fortement de l'avenir de l'arsenal. Sur les rives de la Penfeld, la Marine nationale occupe un très vaste espace et nombreux sont ceux qui plaident pour son ouverture aux activités civiles.

PHOTO :

Le développement de Brest dépendant fortement de l'avenir de l'arsenal, de nombreux investissements ont été réalisés ces dernières années.

Commentaires

Brest Conforter la position de leader en réparation navale civile

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur