En direct

Bouygues TP portera le premier PPP de Corée du Sud pour le pont de Masan Bay

JULIEN BEIDELER |  le 07/05/2004  |  EntreprisesCollectivités localesArchitectureAménagementRéglementation

Le français signe une joint-venture avec Hyundaï Engineering Corp

Bouygues Travaux Publics, une des huit entités formant Bouygues Construction, a remporté un contrat de 250 millions d'euros en Corée du Sud pour le pont Masan Bay. Implanté à l'embouchure de Masan dans le sud-est du pays, l'ouvrage créera une deuxième voie d'accès à Pusan - le deuxième pôle industriel de Corée du Sud - permettant de désengorger l'actuelle autoroute saturée. Le contrat signé en joint-venture (50/50) avec le coréen Hyundaï Engineering Corp porte sur le financement, la conception, la construction et l'exploitation du pont pour une durée de trente années.

Originalité du projet : il s'agit du premier ouvrage sud-coréen construit en partenariat public-privé associant une subvention d'Etat à un financement privé international. Bouygues TP et Hyundaï Engineering apportent 51 % du capital, les 49 % restant étant amenés par l'australien Macquarie et deux des plus grandes compagnies d'assurance coréennes, Kyobo et Korean Life Insurance. Pour s'affranchir de tout problème de parité euro/won, les responsables de Bouygues TP ont décidé de mener l'ensemble de l'opération dans la devise locale, soit au total 320 milliards de won.

Un délai de réalisation confortable

Le pont de Masan Bay, d'une longueur totale de 1 700 m, sera le deuxième du pays par sa portée. Il se compose d'un pont haubané de 740 m - dont le tablier sera un bi-poutre acier associé à une dalle béton - et de deux viaducs d'accès de 410 et 550 m. Le premier d'entre eux utilisera de grands caissons métalliques de hauteur variable pour limiter le nombre d'appuis en vue de l'agrandissement futur du port de Masan. Au rang des hypothèses prises en compte pour dimensionner l'ouvrage : les séismes et des vents de 250 km/h en cas de typhon. Les travaux qui viennent de débuter sont prévus pour durer cinquante mois, un délai de réalisation jugé confortable par les responsables du projet.

PHOTO :

Le pont de Masan Bay créera une deuxième voie d'accès au pôle industriel de Pusan. Long de 1 700 m, il se compose d'un pont haubané de 740 m et de deux viaducs d'accès de 410 et 550 m.

INTERVIEW Christian Gazaignes, directeur général de Bouygues Travaux Publics « Notre stratégie est de savoir saisir, avant les autres, les opportunités qui se présentent »

Christian Gazaignes, ingénieur X-Ponts, a effectué toute sa carrière chez Bouygues TP. A 48 ans, il fait partie de la garde rapprochée d'Yves Gabriel, P-DG de Bouygues Construction.

En quoi ce contrat est-il innovant ?

CHRISTIAN GAZAIGNES : Ce contrat est innovant à deux titres. D'abord, pour Bouygues Construction, c'est le premier contrat d'importance en Corée du Sud, si l'on excepte la passerelle piétonnière en Ductal réalisée à Séoul par la filiale locale de VSL. Ensuite, il s'agit de la première application, par un investisseur étranger, de la loi coréenne de 1997 sur les partenariats publics-privés (PPP).

Est-ce le premier projet d'une longue série en Corée du Sud ?

Difficile à dire, mais cette loi encourage sans nul doute la faisabilité des projets. En effet, elle garantit 80 % des recettes attendues, ce qui est favorable aux prêteurs puisqu'ils dimensionnent leur prêt - et leur taux d'intérêt- sur la base de ces recettes. En contrepoids, la puissance publique fixe un seuil de dépassement des prévisions à 120 %, au-delà duquel elle récupère les bénéfices. Cette seconde disposition effraie certains investisseurs qui parient sur des prévisions de trafic hautes et voient donc d'un mauvais oeil ce plafonnement des bénéfices. Mais, à mon sens, ces règles de partenariat sont saines et porteuses de projets.

Est-ce l'occasion pour Bouygues TP de s'implanter durablement en Corée du Sud ?

La stratégie de Bouygues TP n'est pas d'établir des avant-postes mais plutôt de savoir saisir, avant les autres, les opportunités qui se présentent. Par opportunités, j'entends tous les grands projets où notre ingénierie financière ou technique peut faire la différence. Pour le pont de Masan Bay, l'expérience que nous avons acquise dans le monde entier en termes de PPP nous a permis de mettre en place le financement dans de bonnes conditions. Je pourrais vous dire que la Corée du Sud, de par sa proximité avec le Japon ou la Chine, est une rampe de lancement idéale. Mais les particularismes culturels sont tels que cela n'est pas le cas.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur