Chantiers

Bouygues TP fabrique l’extension marine de Monaco à… Marseille

Mots clés : Entreprise du BTP - Gares, aéroports - Transport maritime - Travaux publics

Bouygues Travaux publics a fabriqué sur le port de Marseille, le premier des 18 caissons qui vont délimiter en mer le futur quartier de l’Anse du Portier à Monaco, extension marine de 6 hectares. Ce premier élément prendra la mer au printemps 2018.

En 2025, la principauté de Monaco aura gagné 6 hectares sur la mer. Le chantier titanesque de construction du quartier L’Anse du Portier mobilise Bouygues TP, notamment chargé des travaux préparatoires du sous-sol marin sur place à Monaco.

Sur le front depuis septembre 2016, les équipes du groupe draguent actuellement les sédiments. Par exemple, en octobre dernier, une drague aspiratrice en marche (DAM) a retiré 350 000 m3.

En parallèle, sur le port de Marseille, sous la direction d’Eric Cheype, directeur de travaux chez Bouygues TP, 480 personnes travaillent sur un rythme de 7 jours sur 7 et 24h/24 (3/8 en semaine et 2/11 le week-end) pour fabriquer les 18 caissons qui constitueront la ceinture de protection en mer du futur quartier.

Cette dernière opération mobilise un investissement de 145 millions d’euros HT. De forme trapézoïdale pour épouser la courbe de l’extension marine, chacun des caissons pèse entre 8 000 et 10 000 tonnes. Leur dimension varie selon leur positionnement: 18,5 m pour trois d’entre eux, 24, 4 pour les autres; la largeur autour de 28 m reste la même.

Pour ce chantier qui va durer dix-huit mois, le groupe de TP occupe 22 000 m2 de terre-plein et près de 80 000 m2 de plan d’eau dans les bassins Est du Grand port maritime de Marseille. Elle a également installé trois grues dont deux sur pieds en mer.

 

Usine flottante

 

Ce chantier a nécessité la mise au point d’un béton spécifique avec un rapport eau/ciment de 0,38 (contre 0,45 en temps normal), ainsi que des armatures en inox pour la zone de marnage et en acier noir pour le reste. Par ailleurs, une protection cathodique est prévue également pour limiter les risques de corrosion.

Le chantier a aussi imposé la mise au point la fabrication d’un outil spécifique: le caissonnier nommé Marco Polo. Usine flottante de 4 600 tonnes, il est piloté par une salle de commande qui permet de suivre la descente des caissons, le tirant d’eau, les déflections du caissonnier. A l’intérieur sont construits le radier et les voiles dans un processus continu: «Les voiles en béton armé sont montés progressivement, soit entre 250 et 300 mètres linéaires à réaliser en même temps, avec le système des coffrages glissants. Ce système impose d’avoir des armatures les plus verticales possibles. Plus le caisson s’élève, plus le caissonnier, sous le poids de celui-ci, s’enfonce dans la mer jusqu’à une certaine côte, soit 6 ou 7 mètres de profondeur. Une fois les voiles terminés, on fait descendre le caissonnier jusqu’à 22 mètres. Cela permet la mise en flottaison du caisson qui se désolidarise de lui», explique Eric Cheype, directeur des travaux.

Arrivée au port de Marseille le 21 août, le caissonnier n’a pas fonctionné immédiatement. Il a d’abord fallu le préparer et le tester: vidage des soutes, remise en route des postes électrogènes à l’intérieur du caissonnier, équipement des ponts, essais de balastage, essais d’immersion, etc.

 

Coffrages glissants

 

Les équipes de Bouygues TP sont entrées dans le vif du sujet à la mi-septembre. Jusqu’à fin septembre, elles ont préparé les ferraillages, les coffrages et le bétonnage du radier. Entre fin septembre et mi-octobre, elles ont effectué les coffrages glissants composés des seize cellules intérieures et de 28 panneaux extérieurs. Il a fallu aussi installer les 186 vérins hydrauliques qui permettent la montée du coffrage.

Une fois les voiles réalisés (entre 18 et 25 m de hauteur), le premier caisson est sorti du caissonnier début novembre, a été immergé puis acheminé au poste Jarlan. Sur le quai, a pu ainsi démarrer la fabrication des poteaux des chambres Jarlan. En premier lieu, les compagnons ont procédé au décoffrage des cellules du coffrage glissant, avant de débuter les travaux de ferraillage, coffrage et bétonnage. Chaque caisson est composé d’une quinzaine de poteaux de 7,50 m de haut et de 1 m d’épaisseur. Le groupe a choisi de les couler trois par trois pour limiter la gîte. «Ces poteaux sont réalisés avec un coffrage fin car ils constituent les faces des caissons visibles depuis Monaco», précise le directeur des travaux. Il faudra ensuite traiter les faces extérieures des caissons pour permettre à la faune et à la flore sous-marine de s’y accrocher. L’opération consiste notamment à a sculpter des rainures de 15 mm de profondeur et de créer une granulométrie spécifique sur les parois verticales.

 

Entre quatre et huit caissons stockés

 

La fabrication du deuxième caisson vient de démarrer. Il aura fallu sept jours pour installer le coffrage contre douze nécessaires pour le premier.

Entre quatre et huit caissons seront stockés au port de Marseille avant leur acheminement un par un à Monaco. Le premier départ par remorquage est prévu en juin 2018 pour un voyage d’une durée de 48 à 72h.

A Monaco, les équipes de Bouygues TP auront encore à réaliser la dalle finale, le parvis de circulation et les autres ouvrages de finition (escaliers, margelles, voiles architecturaux, etc.). Le futur quartier L’Anse du Portier va, à terme, accueillir 60 000 m2 de surface de plancher.

Le dernier caisson sera fabriqué en février 2019 et posé deux mois plus tard. Au printemps 2019, la nouvelle digue de Monaco aura sa forme définitive. Un an aura passé entre la première et la dernière pose.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X