En direct

Boutique APC à Tokyo : un style indémodable

CATHERINE SABBAH |  le 16/08/2002  |  InternationalArchitectureBétonProduits et matériels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Architecture
Béton
Produits et matériels
Valider

La griffe de vêtements APC s'est offert un joli écrin à Tokyo. Paul Chemetov lui a dessiné un bâtiment « low-tech » très inspiré de l'architecture traditionnelle japonaise.

«Les premières collections d'APC portaient la date de leur production, comme pour prouver, dix ans après, que le style est indémodable et la matière indestructible », explique Paul Chemetov. C'est son point de départ pour la façade et la conception entière du siège-boutique de la marque française de vêtements dans le quartier de Daikanyama, à Tokyo.

Une structure en béton banché brut de décoffrage

L'immeuble de sept étages (quatre niveaux de bureaux, deux de vente et un de stockage) est une étroite « tourette » aux proportions d'un building, qui présente l'aspect d'un minibâtiment industriel : structure en béton banché brut de décoffrage, apparent à l'extérieur comme à l'intérieur, et remplissage par des matériaux légers.

Derrière cette conception binaire - et antisismique - se cache en réalité un bâtiment très sophistiqué. Le « remplissage », technique japonaise traditionnelle, est ici conjugué sur le mode du détournement de matériaux industriels : planches de Fibrociment, panneaux Réglit, caillebotis, verre, sont utilisés en mur-rideau, brise-soleil, marches d'escaliers, garde-corps..., et rythment la façade en lui créant une échelle.

Sans traitement ni parement décoratif, ces matières reprennent l'apparent dépouillement des vêtements de luxe exposés. Derrière des murs de verre pas totalement transparents, ils apparaissent sur la façade et deviennent de fait l'un des éléments constitutifs de l'immeuble.

Des matières traditionnelles

Simple et brute en surface, la façade est peaufinée dans ses moindres détails : « C'est une construction low-tech, au contraire de high-tech, c'est-à-dire qu'elle utilise des matières traditionnelles, et même un peu frustes, de manière très élaborée », précise l'architecte. Si la mise en oeuvre des matériaux est sophistiquée, en revanche le volume dégage une grande pureté : les plateaux visibles depuis la rue sont tous identiques et carrés. Ils sont surtout libérés des espaces techniques repoussés sur toute la hauteur du bâtiment dans une boîte rectangulaire située à l'arrière. Entre les deux constructions, une gaine technique à l'air libre dégage tout l'espace intérieur et ne consomme aucune surface constructible.

Maîtrise d'ouvrage : APC.

Maîtrise d'oeuvre : Paul Chemetov, C + H + Architectes, Thomas Dryjski, chef de projet, Shomei Architects, Atsushi Miyatani, représentant local.

Surface : 600 mètres carrés hors oeuvre net.

Coût : 3,05 millions d'euros.

Réalisation : mai 1998- janvier 1999.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur