En direct

BOURGOGNE ET FRANCHE-COMTE La Caisse des dépôts contracte pour rajeunir les villes

CHRISTIANE PERRUCHOT, DIDIER HUGUE |  le 10/11/2000  |  Collectivités localesUrbanismeNièvreSaône-et-LoireFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Urbanisme
Nièvre
Saône-et-Loire
France
Doubs
Haute-Saône
Jura
Territoire de Belfort
Architecture
Valider

Renouvellement urbain à Nevers, Chalon-sur-Saône, et dans l'ère urbaine Belfort-Montbéliard

Avec deux nouvelles chartes de renouvellement urbain signées au début de l'automne, Chalon-sur-Saône et Nevers suivent la voie ouverte en décembre 1999 à Sens par la direction régionale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) de Bourgogne. « Qu'il s'agisse de l'aide directe à l'ingénierie ou de l'enveloppe de prêts à 3 %, notre soutien cible en priorité les espaces urbains marqués par une forte volonté de réinvestissement mixte », souligne René-Paul Gattefossé, directeur du financement de l'habitat et du renouvellement urbain à la CDC Bourgogne.

Pour Chalon-sur-Saône, la caisse épaulera les études à hauteur de 420 000 francs (64 028 euros). Les principales réflexions porteront sur les quartiers Aubépins, Prés-Saint-Jean, Plateau-Saint-Jean et Stade-Fontaine au Loup qui accueillent 19 725 habitants, soit le tiers de la population chalonnaise. Tous les projets arrêtés dans la charte devraient ensuite générer un volume de 80 millions de francs (12,2 millions d'euros) de prêts par an.

Pour Nevers, le soutien à l'ingénierie s'élève à 617 000 francs (94 061 euros). Il permettra de cofinancer les études sur les quartiers Est (Baratte, Courlis et Bords de Loire) et celles liées à la restructuration de la caserne Pittié et de l'ancien hôpital. Pour l'ensemble des opérations de renouvellement urbain qui suivront, la CDC mise sur une enveloppe annuelle de 60 millions de francs (9,15 millions d'euros) de prêts.

Simulations financières pour les villes moyennes

En Franche-Comté, la politique de la ville concentrera la majorité de ses moyens dans l'aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt. La CDC participe à l'élaboration du Grand projet de ville (GPV), dont les crédits sont attendus en fin d'année. Elle contribue aussi aux contrats spécifiques aux composantes de l'aire urbaine. A Héricourt (Haute-Saône), elle a engagé une réflexion sur la mise en cohérence du renouvellement d'un quartier d'habitat social, et de la restructuration du centre-ville, où une importante friche militaire va être requalifiée.

La direction régionale de la CDC se mobilise aussi dans les petites villes. A Pontarlier (Doubs), elle a utilisé ses outils de simulation pour mesurer l'impact financier de la transformation du quartier des tours Berlioz, où des démolitions sont attendues. Marie Ordas-Monot, directrice régionale, annonce également une présence appuyée sur les sites sensibles de Vesoul (Haute-Saône), Pontarlier, Morez et Saint-Claude (Jura), promis à des restructurations de moindre ampleur. Dans un tout autre domaine, la CDC a constitué un fonds d'intervention technique de 1,5 million de francs (230 000 euros) afin de subventionner les études préopérationnelles des projets communaux issus du contrat de plan spécifique Avenir du territoire, entre Saône et Rhin.

PHOTO : La direction régionale de la CDC a utilisé ses outils de simulation pour mesurer l'impact financier des démolitions des tours Berlioz à Pontarlier (Doubs).

"Les nouvelles mesures devraient favoriser la relance" INTERVIEW Marie Ordas-Monot, directrice régionale Franche-Comté de la Caisse des dépôts et consignations

Comment expliquez-vous le recul de la construction neuve dans le logement social en Franche-Comté ?

Depuis deux ans, le mouvement de construction des bailleurs est effectivement plus fortement à la baisse que sur l'ensemble du territoire national. Nous le ressentons dans le volume d'attribution des prêts. Il y a encore des projets dans le Territoire de Belfort, en revanche beaucoup moins dans le Doubs et en Haute-Saône. Un ralentissement est encore prévisible ces deux prochaines années pour plusieurs raisons. Les bailleurs sociaux ont été mobilisés par la remise à niveau de leur parc et la vacance les incitent à la prudence. Par ailleurs, la promotion privée a pris de l'élan. La montée des prix à la construction y est sans doute également pour quelque chose.

Comment, à votre avis, relancer la production ?

Les mesures prises par les pouvoirs publics (allégement de la dette HLM, nouveau prêt Plus) devraient favoriser la relance. Cela suppose toutefois que les différents acteurs disposent d'une meilleure connaissance prospective de l'évolution des marchés locaux de l'habitat. En Franche-Comté, cette volonté existe. La Caisse des dépôts et consignations est associée à un projet qui rassemble tous les partenaires publics ainsi que les notaires. L'idée est d'élargir à toute la région l'observatoire de l'habitat mis en place par le district de Besançon.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur