En direct

Boulogne-Billancourt Renault retient Hines-Nexity-Sorif pour l'aménagement de ses terrains

le 17/11/2000  |  Hauts-de-SeineFrance entièreCollectivités localesDroit de l'urbanismeEntreprises

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Hauts-de-Seine
France entière
Collectivités locales
Droit de l'urbanisme
Entreprises
Architecture
Aménagement
Urbanisme
Réglementation
Valider

Le POS global sur l'ensemble du territoire communal devrait être approuvé à l'automne 2001

A la suite de la consultation lancée en octobre 1999 et à laquelle avaient répondu quatre groupements de promoteurs (1), Renault a retenu DBS (Développement Boulogne Seguin), formé par Hines, Nexity et Sorif (groupe Vinci), pour l'aménagement et la vente de ses 45,8 ha de terrains à Boulogne-Billancourt, répartis sur le Trapèze, l'île Seguin, et deux parcelles proches. « Ces sociétés vont nous apporter leur expertise technique en immobilier et la capacité de financement nécessaire à cette opération », commente Michel de Virville, secrétaire général de l'entreprise.

Une cession progressive des terrains

Le protocole d'intention, qui détermine les conditions de ce partenariat, prévoit une cession progressive du foncier au fur et à mesure de l'adoption par la ville des règles d'urbanisme définissant les droits à construire. Selon Michel de Virville, les terrains du Trapèze et de l'île Seguin devraient être aménagés dans le cadre de plusieurs ZAC, qui relève de la compétence de la ville.

Les terrains ont été estimés à 4 milliards de francs, soit 5 000 F/m2, la constructibilité du site ayant été fixée par le préfet à 814 000 m2 shon, répartis entre 379 500 m2 de logements (dont un tiers de logements sociaux), 188 250 m2 de bureaux, et 264 250 m2 d'activités (y compris les 32 000 m2 dédiés à la fondation Pinault).

La firme au losange a pris une option - qu'elle ne sera pas obligée d'utiliser - sur 60 000 m2 de bureaux (pour la construction de son siège social dans le Trapèze) et 17 000 m2 d'activités. En cas de valorisation plus favorable de la charge foncière - le programme est prévu pour se dérouler sur dix ans - il y aura alors un partage entre Renault et son partenaire. Les terrains seront cédés dépollués et déconstruits.

4 milliards de francs pour le foncier

Ce chiffre de 4 milliards de francs est net des dépenses d'aménagement. Une étude a été confiée à G3A sur la programmation et le chiffrage des infrastructures, et des équipements publics nécessaires à l'urbanisation de ces 46 ha. « D'ici à 4-5 mois, on aura une idée des coûts », indique Jean-Pierre Fourcade, le maire de Boulogne. « Beaucoup de décisions ne sont pas arrêtées, reconnaît Michel de Virville. Mais l'une des vertus de ce protocole, c'est de pouvoir s'adapter. »

L'annonce de Renault intervient au lendemain de l'adoption du projet de POS de la ville habitée, qui était pour la 3e fois soumis au vote des élus boulonnais. C'est une première étape vers l'approbation du POS global (sur l'ensemble de Boulogne-Billancourt) attendue à l'automne 2001. Un calendrier que les élections municipales ne devraient pas remettre en cause.

(1) Quatre groupements ont répondu : HRO-Coprim/Bouygues-Unibail/Tishman Speyer-Meunier-Cogedim-Caisse des dépôts et consignations (TMCC)/Hines-Nexity-Sorif (DBS).

PHOTO : Le protocole d'intention entre Renault et DBS porte sur l'île Seguin et le Trapèze.

Plusieurs scénarios d'aménagement pour le Trapèze

En février 2000, la ville a lancé deux études de définition, l'une sur la rive de Billancourt (aménagement de la RD 1 et du futur parc de 7 ha, liaisons entre la ville et le fleuve) et le réaménagement du quartier du pont de Sèvres. Depuis le 10 novembre et jusqu'au 13 janvier, les propositions des six cabinets d'architectes-urbanistes associés à des paysagistes (cabinets : P. Chavannes & J. Ferrier, A. Grumbach & N. Seraji, Yves Lion pour la rive de Billancourt/Christian Devillers, Tania Conko/Treuttel-Garcias-Treuttel) font l'objet d'une exposition publique à la mairie.

A partir de ces scénarios, la ville définira des orientations, puis confiera des missions de conception à ces équipes, qui permettront d'arrêter les grands principes d'aménagement du Trapèze.

Parallèlement, G3A réalise une étude de faisabilité du programme prévu sur l'île Seguin (voir « Le Moniteur » du 6 octobre, p. 32). Elle devrait être achevée au printemps. La ville pourra alors organiser l'enquête publique sur l'ensemble du POS (ville habitée + terrains Renault). A noter que le projet de POS sur la ville habitée va faire l'objet d'une application anticipée pendant 6 mois.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Exécution des marchés publics

Exécution des marchés publics

Date de parution : 11/2019

Voir

Comprendre simplement la résistance des matériaux

Comprendre simplement la résistance des matériaux

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur