En direct

BORDEAUX Accord entre la Lyonnaise et la CUB pour l'assainissement

JEAN-BERNARD GILLES |  le 26/01/2001  |  SantéCollectivités localesRéglementationCommande publiqueTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Santé
Collectivités locales
Réglementation
Commande publique
Technique
Environnement
Gironde
Réglementation des marchés publics
Délit dans les contrats publics
Valider

Après six mois de renégociation du contrat d'affermage

Les élus de la Communauté urbaine de Bordeaux ont voté, en décembre, l'avenant au contrat d'affermage du service public d'assainissement qui lie la CUB et la Lyonnaise des Eaux jusqu'en 2012. Les deux négociateurs se sont félicités d'un accord dont le résultat le plus visible est qu'il ramène, pour la totalité de ce contrat de 20 ans, la marge du fermier à 8,5 % du chiffre d'affaires. L'an passé, une première étude de service public 2000 stigmatisait un niveau de risque et de responsabilité réduit pour Suez Lyonnaise et un taux de marge supérieur à 14 %. Mais cette première étude ne prenait pas en compte la totalité des investissements prévus par la Communauté urbaine et donc des charges d'exploitation, pour le fermier, des nouvelles stations d'épuration. Depuis le printemps 2000, les points de vue se sont rapprochés. « La mise en place d'une comptabilité analytique nous permet désormais d'être sûr que 75 % des charges et des effectifs sont affectés au territoire communautaire », assure Patrick Pujol, président de la commission Assainissement et Eau de la CUB.

Construction de deux stations

La Lyonnaise prend désormais en charge l'élimination des boues des stations d'épuration, un risque mal évalué lors de la signature du contrat en 1992. « Nous sommes parvenus à une vision prospective très claire de l'évolution de l'assainissement sur le territoire de la CUB », se félicite Jean-Pierre Ermenault, directeur délégué Sud-Ouest de la Lyonnaise des eaux. La Communauté urbaine vient d'ailleurs de relancer les appels d'offres pour la construction des stations de Sabarèges (16 millions d'euros) et de Cantinolles (13,7 millions d'euros). Les prix proposés par les quatre candidats dépassaient en effet de 20 à 30 % l'enveloppe estimée initialement.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur