Logement

Bonus-malus énergétique dans le logement : la FFB dénonce un revirement

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Démarche environnementale - Efficacité énergétique - Fenêtre - Gouvernement - Politique énergétique - Réglementation thermique et énergétique

Après l’annonce sur RTL vendredi 27 avril par Nicolas Hulot que le ministère de la Transition écologique et solidaire étudiait toujours la possibilité d’instaurer un bonus-malus visant à taxer les biens aux mauvaises performances énergétiques, la Fédération française du bâtiment craint un retour « par les fenêtres » de cette mesure qu’elle juge peu efficace. 

« Quel est le cap du gouvernement ? Où est le nord ? » s’interroge la Fédération française du bâtiment dans un communiqué publié jeudi 3 mai. En effet, l’annonce le 27 avril dernier par Nicolas Hulot, sur RTL, que le gouvernement n’écartait pas l’idée d’un bonus-malus dans le secteur du logement et que la décision serait prise avant l’été prochain, a quelque peu destabilisé le secteur du bâtiment.

Si les professionnels s’étaient réjouis de la nouvelle étape du plan de rénovation énergétique des bâtiments et de « ses objectifs ambitieux », ils avaient également apprécié qu’elle laisse de côté des pistes de solutions jugées « peu efficaces en réalité », dont le fameux bonus-malus énergétique qui consiste à taxer les biens aux mauvaises performances énergétiques lorsd’une vente. Une telle mesure, « pénaliserait avant tout les territoires déjà en difficulté, où le coût d’une rénovation énergétique équivaut à une part très importante du prix d’un logement », juge la FFB.

 

Revenue par la fenêtre

 

Or moins de 24 heures plus tard, voilà les mesures à nouveau sur la table… « Sorties par la porte du plan, elles pourraient revenir par les fenêtres du ministère de la Transition écologique, poussées par le ministre lui-même ! », s’étrangle la FFB.Qui prévient par la voix de son président, Jacques Chanut, : « dans l’immédiat, de tels coups de barre ont une conséquence prévisible et catastrophique pour l’activité et donc l’emploi : ils vont renforcer l’attentisme des acteurs, ménages comme professionnels. Avec un grand perdant : la transition écologique ».

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X