En direct

Bois et métal jouent dans la même cour

MILENA CHESSA |  le 28/10/2011  |  NordParisSeine-Saint-DenisFrance entièreEurope

Equipements publics -

L’agence AAVP Architecture inaugure début novembre en banlieue nord de Paris un double équipement public. Autour d’une cour commune, un groupe scolaire bardé de bois sculpté fait face à une halle sportive revêtue d’aluminium perforé.

A quelques pas du Stade de France à Saint-Denis en Seine-Saint-Denis, dans un quartier où alternent pavillons décrépis et résidences flambant neuves, émerge un double équipement public, scolaire et sportif, bardé de matériaux contrastés : bois et métal. « L’opération s’inscrit sur un territoire rempli d’anciennes halles industrielles, commente l’architecte Vincent Parreira (agence AAVP Architecture). Nous avons donc cherché quelle était l’écriture vernaculaire de ces bâtiments, pour ensuite traduire en façade certains de leurs motifs - croix de Saint-André, modules en brique -. » Au premier regard, certains visiteurs imaginent plutôt un chalet suisse et des flocons de neige, mais cela ne chagrine pas son auteur, au contraire. Ce fils de maçon, qui faisait sur ce chantier sa « première expérience de construction en bois », tient à saluer, entre autres, le travail d’« orfèvre » réalisé par trois entreprises spécialisées regroupées sous la marque Arbonis (Vinci Construction France) : Arbonis Construction (conduite des travaux), Caillaud Lamellé-Collé (charpente du gymnase) et Satob Construction bois (ossature et vêture du groupe scolaire). D’autant que les délais de conception et de réalisation étaient courts : douze mois d’études et quinze mois de chantier.

Opération intercommunale

Les enfants d’Aubervilliers et de Saint-Denis ont effectué en septembre 2011 leur première rentrée au sein du groupe scolaire intercommunal Casarès-Doisneau. L’établissement, inauguré début novembre rue Cristino-Garcia, compte quatorze classes élémentaires et dix classes maternelles. Les salles d’enseignements sont réparties de part et d’autre d’un bâtiment implanté en « U » autour d’une double cour de récréation végétalisée. Cet édifice en forme de fer à cheval se déhanche sur son flanc Est afin de préserver la cheminée en brique d’une ancienne manufacture. Le gymnase et sa tour de vestiaires referment la parcelle au sud. Didier Paillard, maire de Saint-Denis, voit dans cette opération « la pièce maîtresse de la rénovation urbaine de ce quartier Anru ». Côté Aubervilliers, le maire Jacques Salvator souhaite « poursuivre la dynamique engagée » avec la création d’autres écoles à l’est et au sud de sa ville d’ici à 2014.

PHOTO - 595167.BR.jpg
PHOTO - 595167.BR.jpg
PHOTO - 595162.BR.jpg
PHOTO - 595162.BR.jpg
PHOTO - 595166.BR.jpg
PHOTO - 595166.BR.jpg
PHOTO - 595230.BR.jpg
PHOTO - 595230.BR.jpg
PHOTO - 595160.BR.jpg
PHOTO - 595160.BR.jpg
PHOTO - 595161.BR.jpg
PHOTO - 595161.BR.jpg
PHOTO - 595163.BR.jpg
PHOTO - 595163.BR.jpg
PHOTO - 595345.BR.jpg
PHOTO - 595345.BR.jpg
Une enveloppe continue en pin douglas

Les écoles maternelle (R   1) et élémentaire (R    2), construites en ossature bois, sont montées sur des pilotis en béton afin de dégager de vastes préaux. Une même vêture en pin douglas enveloppe façade, sur-toiture et sous-face des bâtiments. Celle-ci se compose d’une succession de tasseaux verticaux (5 x 5 cm), remarquablement alignés et raccordés compte tenu de la géométrie facettée du complexe bâti. Des joints creux obliques, ménagés entre les tasseaux, rappellent le dessin des croix de Saint-André. Pour donner plus de relief à cette structure à claire-voie, l’agence AAVP Architecture a rajouté des sculptures en bois tourné qui semblent extraites des panneaux ajourés protégeant les baies vitrées de l’étage inférieur. Quant aux cadres décoratifs des fenêtres, ils voient leur bordure découpée suivant un motif de briques. Des cassettes métalliques perforées, de teinte dorée, clôturent la parcelle, filtrent la vue sur la cour de récréation et dotent le groupe scolaire d’un soubassement.

Mantille dorée et panneaux alvéolaires

De l’ancienne manufacture il ne reste plus que la cheminée en brique, aujourd’hui restaurée et rehaussée d’un liseré doré. Néanmoins, le nouveau gymnase en reprend le gabarit. Façade et toiture du volume sont habillées d’une mantille dorée en tôle d’aluminium perforée, réalisée par l’entreprise SMI. Les perforations tamisent la lumière à l’intérieur de la halle sportive. Elles dessinent également des motifs géométriques en losanges sur les parois laiteuses qui ceinturent la salle. Ces parois sont constituées de panneaux en polycarbonate alvéolaire, remplis de billes d’aérogel de silice jouant le rôle d’isolant thermique. La charpente losangée en bois lamellé-collé du gymnase, haute de 7 mètres, repose sur un socle en béton dans lequel se loge la cantine scolaire. Celle-ci laisse apparaître son activité interne à travers le mur-rideau du rez-de-chaussée sur rue. Le bâtiment adjacent, à structure et bardage métalliques, contient les vestiaires et la centrale de traitement de l’air du gymnase. Sportifs et fluides transitent alors par les passerelles et les conduites enrobées de métal rouge.

A chaque école ses salles de classe, ses coursives et sa cour

Matin et midi, les élèves des écoles Robert-Doisneau et Maria-Casarès empruntent un grand hall commun accessible par la façade nord. Pour rejoindre leurs classes, ils montent par un escalier hélicoïdal en béton puis se dirigent soit vers l’aile des maternelles, à l’est, soit vers l’aile des élémentaires, à l’ouest. Les 24 salles de classe (50 à 60 m 2 ) sont orientées côté rue ou côté cour. Ces dernières disposent de baies vitrées coulissantes qui donnent un accès direct sur des coursives extérieures abritées, équipées de hauts garde-corps (1,30 m) en acier galvanisé. De là, les enfants peuvent rejoindre la cour de récréation en descendant l’escalier externe de leur propre école. Un traitement paysager délimite les deux cours de récréation, appuyé par la présence d’une clôture en rondins de bois. Des arbres seront plantés à la Toussaint. Une toiture-terrasse partiellement végétalisée est également accessible. Le gymnase et deux salles polyvalentes sont ouverts au public en dehors des horaires scolaires par des entrées distinctes.

vincent parreira, architecte AAVP Architecture

Notre projet s’inscrit dans une démarche de haute qualité environnementale (HQE). L’orientation du bâti maximise le confort intérieur. Le groupe scolaire utilise des matériaux durables comme le bois. Les façades en résille métallique et polycarbonate rempli de Nanogel assurent la performance thermique du gymnase. Et des capteurs solaires thermiques permettent l’autonomie du préchauffage d’eau chaude sanitaire pour le pôle de restauration.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Villes de Saint-Denis et d’Aubervilliers. Maîtrise d’œuvre : AAVP architecture (Vincent Parreira, Elise Reiffers, Thomas Rault), architecte mandataire ; Atelier 59, signalétique. BET : Incet (TCE), Sylva conseil (structure bois), Oasiis (HQE), Impédance (acoustique). Entreprise générale : Bateg. Entreprise cotraitante : Arbonis. Surface : 7 070 m 2 . Coût de l’opération : 15 millions d’euros HT.

Commentaires

Bois et métal jouent dans la même cour

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX