En direct

Bois energie la filière se renforce

BERNARD REINTEAU, EMMANUELLE JEANSON, PASCALE LEROY-PAULAY |  le 30/03/2001  |  EnvironnementEnergieBoisEnergies renouvelablesCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Environnement
Energie
Bois
Energies renouvelables
Collectivités locales
France
Europe
Saône-et-Loire
International
Santé
Immobilier
Technique
Hygiène
Valider

Sommaire du dossier

  1. Développer les sources d'énergie moins polluantes
  2. LE SOLAIRE THERMIQUE Les promesses d'Hélios 2006
  3. L'EOLIEN Avis de vent favorable
  4. Jeumont Industrie va produire une éolienne à forte puissance
  5. Germa : premier bureau d'études spécialisé dans l'éolien
  6. Vergnet : du petit éolien pour l'export
  7. LA GEOTHERMIE Les pompes à chaleur ont de l'avenir
  8. LE PHOTOVOLTAIQUE Hors réseau : oui ; sur réseau : non
  9. Photowatt dans la course à la baisse des coûts
  10. Programme Hip Hip : intégrer les cellules photovoltaïques dans la construction
  11. ENTRETIEN ARNAUD MINE, P-DG d'Apex, ensemblier de modules photovoltaïques
  12. LA BIOMASSE Bois-énergie et biogaz sont en vedette
  13. LA COGENERATION au biogaz
  14. Elyo et Rep Energie investissent dans le Biogaz
  15. LA PILE A COMBUSTIBLE tisse son réseau
  16. Shell : un pétrolier investit dans le solaire
  17. Energies renouvelables : les initiatives se multiplient
  18. Le montage des éoliennes de goulien (Finistère)
  19. Exploitation des gaz de décharge à Roche-la-Molière (Loire)
  20. Solaire photovoltaïque à Sandillon (Loiret) Des « ardoises » énergétiques
  21. La revolution industrielle
  22. EOLIEN un dynamisme exceptionnel
  23. Petite hydraulique mini-gisement, maxi-nécessité de conviction
  24. Bois energie la filière se renforce
  25. Biogaz un intérêt récent
  26. Produire son energie en toute autonomie
  27. AVIS D'EXPERT Johann Zirngibl Chef de la division environnement et systèmes énergétiques du CSTB.
  28. AVIS D'EXPERT Jean-Louis Bal Directeur adjoint du bâtiment et des énergies renouvelables à l'Ademe
  29. Eolien autonome Energie et stockage « au fil du vent »
  30. Géothermie La terre, source de chaleur
  31. Solaire photovoltaïque Un mur-rideau de capteurs sous les arches d'une église
  32. Conférence L'indépendance des îles passe par le « mixage » énergétique
  33. CORSE Installer 100 MW d'éolien à l'horizon 2010
  34. Réunion et Guadeloupe Tirer profit des ressources locales

La production de chaleur reste la première utilisation du bois énergie. Les projets de chaufferies se multiplient. Mais la puissance des installations est trop modeste.

La filière bois énergie, première énergie renouvelable exploitée en France, continue à se développer. Une volonté politique s'affiche, notamment par le biais du nouveau PNAEE (1), qui prévoit au moins 7,62 millions d'euros (50 millions de francs) supplémentaires de crédits d'investissements, soit deux fois plus que lors du dernier plan. Cette énergie est toutefois pénalisée par rapport au gaz et à l'électricité à cause de l'application d'une TVA différente lors de la revente de la chaleur.

Dans les prochains mois, l'annonce des tarifs d'achat de l'électricité générée par la combustion de bois devrait donner une nouvelle impulsion à la filière. La production de chaleur, destinée au chauffage de logements, de locaux industriels et au process industriel, reste toutefois la première utilisation du bois.

Le programme national bois énergie de l'Ademe, initié en 1999, continue sur sa lancée. L'année 2000 a vu naître plus de 140 projets de chaufferies bois (le but est d'en installer 650 nouvelles d'ici à 2006) : 94 chaufferies collectives et tertiaires, soit + 40 % par rapport à 1999, et 48 chaufferies industrielles. Ces équipements utilisent des technologies modernes, souvent importées d'Europe du Nord, qui offrent souplesse (déchets et humidité variables), sécurité et optimisation de la gestion des installations (automatisation et contrôle de la combustion). Le total en France est de 500 chaufferies collectives et plus de 1 000 industrielles, générant une économie de 800 000 Tep par an. Parmi toutes ces installations, 70 % ont une puissance inférieure à 300 kW. Seulement 20 chaufferies, apparues ces deux dernières années, dépassent le mégawatt, ce qui rend cette progression fragile. Il est impératif d'augmenter la puissance des installa- tions, les petites structures étant économiquement moins rentables.

Une réponse pourrait venir de certains conseils généraux et régionaux qui s'intéressent à la maîtrise des coûts énergétiques, à la préservation de l'en- vironnement, à la valorisation des ressources locales (déchets ligneux divers, bientôt interdits en décharge), favorisant l'économie et la créa- tion d'emplois (trois fois plus que les autres énergies classiques).

Le secteur du chauffage domestique constitue une cible importante. Un programme visant à l'amélioration des performances des appareils et à l'organisation des circuits de distribution est mené. L'objectif est d'augmenter la consommation annuelle, qui stagne à 8 MTep (environ 42 millions de mètres cubes annuels, alors que la biomasse augmente de 1 % par an en France et que quelque 39 millions de mètres cubes sont disponibles). L'Ademe, le Gifam (2) et les principaux constructeurs d'appareils de chauffage domestique viennent de signer une charte de qualité Flamme verte. Celle-ci a pour but de stimuler la vente d'inserts, foyers fermés et poêles performants d'un point de vue environnemental et énergétique. Cette opération de labellisation volontaire sera bientôt rendue publique. Côté approvisionnement, un référentiel technique permettant de caractériser le bois est en cours d'établissement. L'Ademe y travaille avec les principaux producteurs - un secteur plutôt atomisé. Un étiquetage clair des bois commercialisés sera effectif courant 2001. A la suite de l'opération initiée avec Castorama il y a quelques mois, l'organisation d'une filière « moderne » de distribution de petit bois issu des tempêtes reprend en Ile-de-France, Pays-de-Loire, Rhône-Alpes et PACA. Des discussions se poursuivent avec quelques chaînes de grande distribution et des distributeurs de carburant (Shell a lancé un catalogue de bois de chauffage fondé sur le référentiel cité plus haut, mais n'a pas obtenu le logo de l'Ademe).

(1) Plan national d'amélioration de l'efficacité énergétique du 6 décembre 2000. (2) Groupement des industriels fabricants d'appareils ménagers.

PHOTOS : Dotée d'une chaudière unique Sermet de 8 MW (ci-contre), la chaufferie bois d'Autun est alimentée automatiquement par des écorces et sciures collectées dans les scieries des alentours. Considérée comme un ouvrage de référence, elle génère bien moins de rejets gazeux qu'une chaudière fuel.

Une biocentrale à la place de deux chaufferies fuel

Exemple concret de l'engagement d'une municipalité dans une réflexion globale de développement durable, la chaufferie bois d'Autun, dans le Morvan, est devenue un ouvrage de référence. Mise en service en février 1999, une chaudière unique (finlandaise) de 8 MW remplace deux chaufferies au fuel. Connectée au réseau de chauffage urbain de la ville et fonctionnant d'octobre à mai, elle couvre actuellement 70 % des besoins (3 500 équivalents logements), l'appoint étant obtenu par une chaufferie fuel et gaz. Alimentée automatiquement en écorces et sciures collectées par Bois Energie Bourgogne, cette chaudière très performante accepte des taux d'humidité allant jusqu'à 65 % et des déchets bois de qualité variable (18 000 t/an), pour un rendement énergétique supérieur à 80 %. Son coût est de 2,13 millions d'euros (14 millions de francs). L'extension du réseau de chaleur, la suppression d'une chaufferie au fuel et quelques modifications portent le budget total à 5,45 millions d'euros (35,7 millions de francs). L'économie réalisée par logement et par mois par rapport à une installation fuel est de 22 euros (143 francs). Quatre emplois ont été créés : trois en logistique, un en maintenance. L'intérêt environnemental est sensible : les émissions de gaz carbonique sont réduites de 11 000 t/an, celles de soufre, de 280 t/an, les poussières ramenées à 1,5 t/an, le taux d'oxyde d'azote divisé par trois. L'installation de silencieux dans la cheminée a éliminé les nuisances sonores. Cette chaufferie biomasse est la première certifiée ISO 14001 en France. Lors des Journées nationales de l'énergie, du 14 au 20 mai, l'exploitant, la Société d'Exploitation du Chauffage Urbain d'Autun (filiale de Dalkia), organisera deux jours de visites, en partenariat avec Bourgogne Energies Renouvelables.

Les technologies de demain : granules de bois et automatisation

En chauffage domestique, l'évolution des performances des appareils à bûches est très lente. En revanche, une technologie développée aux Etats Unis, le poêle à granulés de bois, offre une combustion digne des meilleures chaudières automatiques, avec un rendement de combustion de 75-80 %, bien supérieur à celui d'un poêle classique. Cet appareil dispose d'un silo de 20 à 30 kg et est alimenté par une vis sans fin vers un brûleur spécial. L'air chaud est soufflé dans la pièce. D'un coût supérieur à un appareil classique (20 à 25 000 francs contre 10 000 francs environ), il offre une autonomie de 24 à 72 heures et une régulation thermostatique. Hors des Etats-Unis, cette technologie est surtout développée en Autriche, avec un décollage fulgurant des poêles et chaudières à granulés depuis l'an dernier.

Dans les secteurs collectif et industriel, la révolution a eu lieu en 1994-1995, avec l'apparition des chaudières automatisées. Aujourd'hui, le marché français dispose d'une offre complète des meilleurs systèmes, et ce dans toutes les gammes de puissance. A plus longue échéance, la tendance sera au développement de la production décentralisée d'électricité, en petite cogénération (10 à 300 kW), qui offrirait autonomie et sécurité d'utilisation à défaut d'une électricité bon marché ! Une commercialisation est envisageable d'ici cinq à dix ans. Les fabricants de poêles à granulés s'intéressent également à cette technologie (leurs appareils fonctionnent à l'électricité).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire en pisé

Construire en pisé

Date de parution : 10/2020

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2020

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2020

Date de parution : 10/2020

Voir

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil